Navigation – Plan du site
Chaires

Entre dieux et hommes : anges, démons et autres

Fabian Pfitzmann
p. 30-31
Traduction(s) :
Between Gods and Humans: Angels, demons and others

Texte intégral

Astaroth, illustration de Louis Breton

1Le colloque interdisciplinaire « Entre dieux et hommes : anges, démons et autres » s’est tenu dans le cadre du séminaire de la chaire Milieux bibliques les 19 et 20 mai 2014.

2Ce colloque a été l’occasion de réunir une nouvelle fois des biblistes, des assyriologues, des spécialistes de l’Égypte et de la Grèce, un iranologue et une médiéviste, invités par le Pr Römer autour de la question des intermédiaires qui peuplent les espaces entre les dieux et les êtres humains. Dans beaucoup de religions et de systèmes philosophiques, la question de la place de l’homme et de sa relation avec des dieux ou des puissances supérieures occupe une place importante. De nombreux mythes et d’autres textes réfléchissent sur ce qui distingue l’homme des dieux. Mais on trouve en même temps aussi l’idée qu’il existe entre les dieux et les hommes toute une série d’êtres intermédiaires ou hybrides qui montrent que ces frontières ne sont pas étanches. En même temps, ces êtres peuvent aussi jouer des rôles que l’on ne veut pas attribuer aux dieux ou encore prendre le rôle de médiateur entre des dieux trop occupés ou trop lointains pour avoir une relation directe avec les humains.

Humain ou divin ?

3L’« entre-monde » est peuplé de figures autant dans la culture mésopotamienne, judéo-chrétienne que grecque (et d’autres encore). Certaines sont humaines, d’autres « surnaturelles », d’autres encore se substituent aux dieux. Ces figures ne sont pas toujours des intermédiaires au départ, mais le deviennent par la suite sans toujours le rester. Historiquement, certaines figures acquièrent ce statut pour le perdre ensuite. Ainsi, à l’époque de la monarchie en Israël (l’âge du Fer), il est probable que les ancêtres décédés étaient invoqués comme des esprits, ce que pourrait attester la présence de figures féminines nues dans les tombes, qui sont peut-être le signe d’une demande de guérison de certains cas de stérilité. Par la suite, cette conception de l’ancêtre intermédiaire aurait disparu au profit de la conception d’un sheol plus neutre, où les morts ne jouent plus ce rôle d’intermédiaire. Cette fluctuation se retrouve aussi entre les cultures qui se distinguent par la place qu’occupent les intermédiaires. Ainsi le héros est clairement considéré comme un demi-dieu dans L’Iliade, tandis que l’équivalent hébraïque semble plus terrestre. Dans le mazdéisme ancien de l’Avesta, la situation est encore différente, puisque l’on trouve une multiplicité de dieux subalternes, qui ne sont cependant pas vraiment des intermédiaires entre une divinité et des hommes.

Reflet de la cour du roi terrestre

4L’être intermédiaire est souvent très ambigu. Plusieurs communications du colloque ont ainsi porté sur la question de la nature des êtres intermédiaires qui peuplent le monde assyrien. Sont-ils des génies, ou des agents du mal ? La nomenclature assyrienne est ambigüe et le « démon » (udug=utukku) devrait plutôt être défini comme une entité neutre qu’être saisi à travers nos catégories de « bon » ou de « mauvais ». De manière générale, ce colloque a donc montré à quel point les frontières entre les « démons » et « les anges » sont perméables. Il ne faut pas oublier que même dans la tradition judéo-chrétienne, le diable appartient à l’origine à la cour divine (Job 1-2; Zacharie 3), avant de devenir une entité qui s’oppose à Dieu. Il est fort probable que la figure du diable s’inspire des messagers et accusateurs qui travaillent à la cour perse (vie-ve siècle avant J.-C.) pour leur roi. Cette origine humaine de la cour du roi qui va inspirer la description des « anges » et « démons » du monde divin se trouve autant dans le monde judéo-chrétien que mésopotamien. Ainsi les formules d’intercession auprès des rois mésopotamiens (Archives royales de Mari 10 156 : 4-33) ou des épouses deviennent un calque pour les formules d’intercession utilisées dans les religions.

Reflet de l’histoire

5Mais d’où viennent ces être intermédiaires ? Souvent, les démons viennent de l’extérieur, comme c’est le cas pour Lamaštu, et traduisent une inquiétude historique. Ainsi Lamaštu est décrite comme une femme amorite dans les textes babyloniens anciens (tablette de la Yale Babylonian Collection 9846, 1-4), alors que les Amorites posaient justement problème aux rois babyloniens entre le iiie et le iie millénaire avant J.-C. Cette rhétorique n’empêche pas que d’autres textes montrent Lamaštu très bien insérée dans le panthéon et dans les croyances de Mésopotamie. Il est intéressant de voir que les croyances mésopotamiennes convergent avec le matériel biblique, puisqu’on imagine volontiers ces figures habiter les steppes, le désert ou les ruines, en tous cas en marge de la culture ambiante. En effet, la description des ruines dans la Bible (Esaïe 13, 19-22 ; 34, 9-17 ; etc.) rejoint ce souci d’imaginer les marges du monde ambiant et ses dangers. Plus les frontières seront connues, plus le langage sur les démons changera. Ainsi, il est intéressant de constater que les traducteurs grecs de ces passages dans la Septante, font coexister animaux mythologiques (sirènes, démons, onocentaures, etc.) et animaux naturels, puisque l’horizon culturel hellénistique élargit ses frontières. Les périphéries font de plus en plus l’objet d’une connaissance réelle et suscitent un nouvel intérêt. Dans la langue courante grecque, l’adjectif daimonios devient même à terme un simple synonyme de « prodigieux », « merveilleux » ou « qui suscite la stupeur ». Plus tard, l’islam des Mameloukes laissera encore moins de place à un « entre-monde » trop plein d’entités surnaturelles, car seuls les rassouls et le dernier des prophètes sont crédités d’une vraie fonction d’intermédiaire.

Les rites

6Pour finir, la question de la gestion de cet « entre-monde » menaçant ou rassurant a été évoquée. Comment se prémunir de ces êtres ou leur demander faveur ? Le bouc émissaire apparaît comme l’une des manières de gérer ce monde liminaire, puisqu’il est envoyé dans le désert (Lévitique 16). Comme l’« entre-monde » permet à la fois d’expliquer certains événements de l’histoire (Lamaštu) tout en essayant de l’influencer (intercessions), ce lieu ne finit pas d’intriguer l’homme. On observe d’ailleurs encore aujourd’hui que ces êtres intermédiaires sont de retour dans la « culture populaire », comme en témoignent les spiritualités de toutes sortes ou le succès récent des livres et des films sur les vampires.

Le Pr Römer a reçu le prix d'Histoire des religions de la fondation « Les amis de Pierre-Antoine Bernheim » le 20 juin 2014. Ce prix récompense son ouvrage intitulé L’Invention de Dieu (Paris, Le Seuil, 2014).

Intervention consultable en ligne
Ouverture du colloque
Thomas Römer, Collège de France

Génies protecteurs et agents du mal dans lʼart et les textes (fin iiie - début iie millénaire)
Michaël Guichard, Collège de France, UMR 7192
Anges ou démons ? Les êtres divins vus par les savants assyriens
Lionel Marti, Collège de France, UMR 7192
La vie avec les esprits ancestraux dans lʼâge de fer et la période persane
Diana Edelman, Trinity College, Dublin
Lʼimaginaire comparé du démoniaque dans les traditions de lʼIsraël Ancien. Les habitants des ruines dans le livre d'Esaïe
Christophe Nihan, Université de Lausanne, UMR 7192
Lʼimaginaire comparé du démoniaque dans les traditions de lʼIsraël Ancien. Le bestiaire dʼEsaïe dans la Septante
Anna Angelini, Université de Lausanne
Y avait-il un pandémonium israélite primitif ?
Brian Schmidt, University of Michigan
Lʼintercession dans la civilisation mésopotamienne
Dominique Charpin, Collège de France, UMR 7192
Vis-à-vis de la divinité, représentant du peuple (Ex 18,19bα) : postures de Moïse entre Yhwh et Israël
Daniele Garrone, Faculté Vaudoise de Rome
« Héros » : une figure intermédiaire ? Étude comparative des données épiques grecques et vétérotestamentaires
Matthieu Pellet, Université de Lausanne
Les anges des cieux et les éléments de l'univers
Marc Philonenko, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
Les identités multiples de Métatron dans le judaïsme ancien : homme, ange, dieu
David Hamidovic, Université de Lausanne
La figure de lʼange révélateur - à quoi bon ?
Christoph Uehlinger, Université de Zürich
Le dieu personnel du roi amorrite et le succès de ses sujets
Jean-Marie Durand, Collège de France, UMR 7192
Le roi - figure clé entre Dieu / les dieux et l'homme
Hans-Peter Mathys, Université de Bâle
La figure de lʼhomme conducteur du prophète en Ez 40-48
Dany Nocquet, Institut Protestant de Théologie, Montpellier
Les démons de la Mésopotamie - des pouvoirs étrangers mais aussi natifs ?
Nils Heessel, Université de Heidelberg
Du côté des Bès infernaux
Youri Volokhine, Université de Genève
Trop-plein dans le monde divin : le panthéon de Paul
Valérie Nicolet-Anderson, Institut Protestant de Théologie, Paris
Le bouc émissaire. Esquisse dʼune figure démoniaque dans l'Ancien Testament
Bernd Janowski, Université de Tübingen
Figures de la subsidiarité divine dans le mazdéisme
Jean Kellens, Collège de France
Messages et messagers divins dans quelques chroniques historiques mameloukes
Bernadette Martel-Thoumian, Université de Grenoble, UMR 7192
La nécessité du diable
Thomas Römer, Collège de France, UMR 7192

Haut de page

Table des illustrations

Légende Astaroth, illustration de Louis Breton
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1954/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabian Pfitzmann, « Entre dieux et hommes : anges, démons et autres », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1954

Haut de page

Auteur

Fabian Pfitzmann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page