Navigation – Plan du site
Dossier : Climat et environnement

l’Europe peut-elle relever le défi ?

Colloque organisé en collaboration avec l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) et le Stockholm Environment Institute (SEI)
p. 18-23
Traduction(s) :
Can Europe Rise to the Challenge?

Texte intégral

Massif du Kebnekaise, Suède

1Le Collège de France a eu l’immense honneur d’accueillir le Président de la République François Hollande et sa Majesté le Roi Carl XVI de Suède pour l’ouverture du colloque « Climat et Environnement », qui s’est tenu dans l’amphithéâtre Marguerite de Navarre le 3 décembre.

2Après quelques mots d’ouverture prononcés par l’Administrateur Serge Haroche, la parole a été donnée à François Hollande et au Roi de Suède qui ont tour à tour rappelé l’importance cruciale de la question climatique, et la nécessité de la placer au cœur de la politique sociale, mais aussi économique, de l’Europe et du monde entier dans les années à venir. La France et la Suède sont toutes deux particulièrement sensibles à cet enjeu climatique, et les liens tissés entre les deux pays, unis par une ambition commune dans les années à venir ainsi que par la volonté de créer davantage de passerelles entre les sphères gouvernementales et les entreprises, ont pu être réaffirmés au fil des interventions. Les deux pays étaient particulièrement bien représentés, puisqu’étaient présents, aux côtés d’une importante délégation suédoise, Ibrahim Baylan, ministre de l’énergie de la Suède, Karin Wanngård, maire de Stockholm et Veronika Wand-Danielsson, ambassadrice de Suède en France, ainsi que Ségolène Royal, ministre de l’écologie, de l’environnement et de l’énergie et Geneviève Fioraso, secrétaire d’État chargée de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Dans moins d’un an, Paris illustrera la place importante de l’Europe dans la réflexion et l’action climatiques et environnementales, en accueillant la conférence Paris Climat 2015, dite COP21, le 12 décembre 2015. La France a en effet été officiellement nommée pays hôte de la 21e conférence climat en 2015 et la COP21 sera l’une des plus grandes conférences internationales organisées sur le territoire français.

Ouverture du colloque par l’Administrateur Serge Haroche

3Au nom du Collège de France, j’ai l’honneur de vous accueillir à ce colloque sur les défis posés à l’Europe par les questions du climat et de l’environnement, organisé conjointement avec le Stockholm environmental institute et l’Institut du développement durable et des relations internationales. Ce colloque se déroule dans le cadre de la visite d’État que Leurs Majestés, le Roi et la Reine de Suède, effectuent en France à l’invitation du Président de la République.

4Pour la première fois dans l’histoire de la Terre, une espèce biologique est devenue l’agent prépondérant régissant l’évolution du climat et de la biosphère de la planète. Pendant des centaines de millions d’années, cette évolution a été gouvernée par des forces naturelles aveugles, dérives des continents, successions de glaciations et de réchauffements climatiques, basculements du champ magnétique terrestre, dont les effets se faisaient sentir sur des échelles de temps longues, comptées en millions d’années.

5Par contraste, l’humanité exerce maintenant une pression déterminante sur l’équilibre de la Terre, induisant des changements très rapides, à l’échelle du siècle. Sera-t-elle, comme les agents inconscients qui l’ont précédée, une force aveugle, incapable de modifier le cours des choses qu’elle provoque ?

6Ou bien saurons-nous user de notre intelligence pour accompagner l’évolution que nous induisons, en contrôler les effets et maintenir des conditions de vie acceptables, pour nous et pour les espèces avec lesquelles nous partageons la planète ?
Pour que la réponse à cette dernière question soit positive, nous avons besoin d’un dialogue constructif entre la science et le politique. La science seule peut faire le constat objectif de l’état de la planète et de son évolution, estimer les changements probables de température et de niveau des océans et en évaluer les conséquences à long terme. Ce constat fait, la science peut aussi nous dire ce qu’il est possible de faire pour modérer les changements attendus ou s’y adapter, quelles sont les actions réalistes qui peuvent être envisagées, en tenant compte des lois de la physique qui, ne sont pas comme celles promulguées par l’homme, abrogeables ou amendables à volonté.

7Les gouvernants doivent alors faire des choix pour décider des buts qu’il est souhaitable d’atteindre. Ce souhaitable, qui dépend de facteurs économiques, sociologiques, voire psychologiques, doit être défini après que le possible ait été scientifiquement évalué, et non l’inverse, comme nous en avons souvent vu des exemples. Afficher par exemple les proportions idéales à atteindre, au niveau national ou Européen, entre les énergies nucléaires, thermiques et renouvelables ne doit pas relever de souhaits idéologiques énoncés a priori, mais résulter d’estimations sérieuses sur la faisabilité de dispositifs de stockage, de transport et de flexibilité de production de l’énergie, ainsi que sur des considérations précises d’ordres de grandeur. Les solutions aux problèmes auxquels le monde est confronté ne peuvent ainsi venir que d’un dialogue sérieux entre scientifiques et politiques, dialogue d’autant plus nécessaire que les enjeux climatiques et énergétiques sont complexes et intimement interconnectés.

8Dans ce dialogue, un facteur essentiel est à considérer, celui du temps. Les actions à mener devront être rapides à l’échelle du siècle décisif qui s’annonce, mais seront lentes à l’aune du temps de la politique. Les pays démocratiques vivent au rythme d’élections rapprochées et les gouvernants souhaitent naturellement que leurs électeurs profitent rapidement des résultats de leurs décisions. Ils doivent également tenir compte de la difficulté à sensibiliser ces électeurs, soumis aux difficultés économiques du présent, à ce qui se passera dans 20, 30 ou 100 ans. La science, au contraire de la politique, se bâtit sur le long terme, évolue à l’échelle de la décennie plutôt qu’à celle de l’année. Nous voyons dans les innovations d’aujourd’hui le fruit de recherches commencées il y a longtemps.

9Un exemple frappant est celui des LEDs dont la mise au point vient d’être reconnue par le prix Nobel de Physique. Ces sources de lumière blanche, très peu gourmandes en énergie, assureront peut-être demain l’éclairage urbain, sans parler de leurs nombreuses autres applications. La découverte fondamentale qui a permis cette innovation, celle des diodes émettrices de lumière bleue, remonte aux années 1980. La recherche demande et demandera toujours du temps, parce que sa progression est, par définition, non prévisible. La plupart des découvertes qui ont profondément modifié notre vie quotidienne au cours des cinquante dernières années, le laser, l’ordinateur, l’internet, proviennent de recherches fondamentales conduites pour satisfaire le besoin de curiosité de chercheurs qui n’avaient pas imaginé à quelles technologies nouvelles leurs découvertes conduiraient au terme d’un long processus.

10Quelle que soit notre impatience à voir les problèmes résolus, il est impossible de court-circuiter ce long cheminement. Le contrôle du changement climatique et le développement des énergies alternatives ne peuvent résulter d’une action artificiellement programmée, au calendrier fixé, décidée de façon bureaucratique. Le succès dépendra de l’évolution de projets multiples, initiés par les chercheurs eux-mêmes, et d’un soutien massif à la recherche fondamentale, dont les progrès ouvriront progressivement des pistes nouvelles, encore imprévisibles, aux recherches appliquées.

11Pour réussir ensemble dans la période critique de quelques dizaines d’années qui attend l’humanité, il faudra que la science et la démocratie parviennent à concilier leurs rythmes différents et à faire progresser de concert l’émergence des solutions technologiques, les mentalités et les modes de vie. C’est là l’immense et essentiel défi auquel l’Europe, et notre civilisation en général, sont confrontées.

Discours de François Hollande, Président de la République

12Nous sommes au Collège de France, un haut lieu de la connaissance, une fierté pour notre pays, pour sa recherche, pour les femmes et les hommes qui se consacrent au progrès scientifique. C’était important que nous puissions évoquer la question de notre avenir et du climat ici, dans ce haut lieu du savoir, de sa production comme de sa diffusion. Nous devons toujours dialoguer entre science et démocratie, c’est ce qu’a fait M. Serge Haroche à l’instant. La démocratie est soumise à des rythmes ; la science a tout son temps, mais elle est aussi en alerte. Elle sait que ses travaux conduiront à la prise de décisions.

13La démocratie – même si elle est soumise aux contraintes de l’élection et c’est heureux qu’il en soit ainsi – doit faire des choix longs. Le premier, c’est de donner à la recherche les moyens de son développement.
Ensuite, c’est de prendre des décisions qui vaudront bien au-delà de ceux
qui en auront la responsabilité.

14La politique, c’est aussi de comprendre qu’il y a des intérêts qui dépassent ceux qui vous ont conduits là où je suis aujourd’hui, et qu’il y a de l’honneur et même de la dignité à pouvoir agir sur les générations futures. Ce dialogue entre la science et la démocratie nous permet aussi de savoir où nous en sommes. Tous les experts sont maintenant quasi unanimes. Il y en a toujours un pour faire contradiction – mais c’est simplement pour permettre l’évolution de la science... Que nous disent ces experts ?

15D’abord, que le dérèglement climatique est une réalité, il s’est même accéléré. C’est une donnée scientifique incontestable. L'influence des activités humaines est démontrée : il y a un lien direct entre le réchauffement et le cumul des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine. Il y aura donc une augmentation de la température planétaire bien supérieure à deux degrés d’ici la fin du siècle, si nous ne faisions rien. Il est même probable, pour ne pas dire certain, qu’en cas d’indifférence, d’aveuglement ou d’inertie, ce n’est pas de trois degrés, mais de quatre, voire même davantage, qu’augmentera la température de la planète. Nous sommes aussi conscients que si ce réchauffement se produit à ce rythme, il y aura des catastrophes climatiques, une mise en danger de la biodiversité, une élévation du niveau de la mer, des défis sanitaires et alimentaires immenses. D’ores et déjà, il y a des territoires qui disparaissent. Plusieurs pays nous ont alertés, notamment ceux que l’on appelle les îles. Ils nous ont dit, dans le Pacifique comme dans l’Océan indien, qu’une partie de leurs territoires va être engloutie. Je veux saluer les travaux du GIEC – et je salue ici la présence de Jean Jouzel – qui ont fait comprendre cette évidence y compris en France. En France, nous pensons que nous ne sommes jamais touchés par rien, ni par les fléaux sanitaires, ni par les catastrophes naturelles, parce que la France est un très beau pays… C’est sans doute ce qui devrait la prémunir contre tous les vices et malheurs… Mais, même en France, il y aura une élévation des températures, des conséquences sur nos littoraux, une raréfaction de la ressource en eau et des dérèglements qui pourront aboutir à ce qu’une partie de la population, d’ici la fin du siècle, ne vive pas où ses aïeux ont décidé pourtant de s’établir.

16Le deuxième enseignement des scientifiques, et il est plus encourageant, c’est que nous pouvons agir. C’est que les solutions existent et qu’il suffit de les mettre en œuvre avec suffisamment de fermeté et de responsabilité. La France et la Suède ont montré l’exemple. La Suède s’est fixé des objectifs nationaux pour 2020 parmi les plus ambitieux au monde : 50 % pour la part des énergies renouvelables. La Suède a d’ores et déjà été capable de contracter ses émissions de gaz à effet de serre de 23 % sur la période 1990-2013. La Suède a également été capable de concilier écologie et croissance, puisque la hausse de la production nationale suédoise a été de 60 % sur la même période. Ce qui veut dire que la Suède a d’ores et déjà atteint des objectifs que l’Europe vient de s’assigner pour elle-même, sans que sa croissance en ait été affectée. On peut même penser que sa croissance en a été stimulée.

17La France veut également montrer l’exemple et faire la démonstration que la croissance verte est possible. Nous sommes déjà l’un des pays qui, parmi les pays industrialisés, est le moins émetteur de gaz à effet de serre. Nous avons fait le choix d’une « nouvelle France énergétique ». C’est le sens de ce projet de loi qui est en discussion au Parlement et que Mme Ségolène Royal conduit. Cette « nouvelle France énergétique », c'est un choix écologique : c’est envoyer des signaux, notamment à travers le prix du carbone aux consommateurs, aux investisseurs, pour qu’ils soient conscients des conséquences de leurs décisions. C’est un choix social parce que les victimes de la crise écologique sont généralement ceux qui sont le plus confrontés à la précarité : précarité du travail, précarité énergétique, précarité de la santé… C’est un choix économique, car de nouvelles industries sont en train de se développer pour les économies d’énergie, pour les renouvelables ou tout simplement pour inventer les matériaux de demain. C’est un choix politique car la France veut, comme la Suède, être indépendante et donc réduire les sources en énergies fossiles, qui peuvent, à un moment, altérer ses décisions politiques internationales.

18EXTRAITS DU DISCOURS

Discours de sa Majesté le roi de Suède, Carl XVI Gustaf

19C’est un véritable honneur que de pouvoir ouvrir ce colloque sur le climat et l’énergie.

20Le besoin de développement durable est fondamental ; il est sur l’agenda international depuis fort longtemps. Il se trouve que j’ai participé à la première conférence des Nations unies sur l’environnement qui s’est tenue à Stockholm en 1972.

21Vingt ans plus tard, en 1992, a eu lieu le sommet de Rio de Janeiro. Depuis lors, c’est devenu un fait avéré que la sensibilisation du public aux questions climatiques s’est renforcée. Grâce à la science, nous avons appris que le changement climatique est une réalité qui touche l’ensemble de notre planète. De nouveaux faits ont été mis en lumière grâce au rapport du GIEC, il y a deux ou trois mois de cela, et je crois qu’il est désormais fondamental pour nous de comprendre à quel point le réchauffement climatique touchera et affectera les générations futures. Il nous faut trouver une façon efficace de relever les défis qui se posent désormais à nous.

22Je suis cependant encouragé par ce que je vois : je vois qu’on élabore plusieurs solutions pour faire face à ce changement climatique, et ce dans de nombreux domaines. Je suis également encouragé par les opportunités que cela suscite. En France (c’est aussi le cas en Suède), il a pu être prouvé que la réduction d’émission était possible et conciliable avec la croissance et le développement économique. C’est pourquoi je pense que la transition énergétique vers de moindres émissions peut offrir un potentiel en matière de croissance économique et de création de nouveaux emplois, et ainsi réduire la pauvreté tout en élargissant l’accès à la santé pour tous. Il faut le dire, l’Union européenne a été pionnière en la matière. J’espère que cela continuera et que nous pourrons arriver à un engagement fort pour lutter contre le réchauffement climatique.

23Mesdames et Messieurs, nous avons tous besoin de nous engager, nous avons tous besoin d’aller vers un nouvel accord mondial sur le climat, pour rester bien en deçà des deux degrés d’augmentation de température par rapport à l’ère industrielle. Nous allons, l’année prochaine à Paris, assister à la COP21 sous la présidence française. Nous y parlerons des droits, des obligations et des besoins de nos enfants et de nos petits-enfants, qui seront au cœur de l’élaboration d’un nouvel accord sur le climat. Soyez assurés que je suivrai la chose de très près.

Comment concilier climat et prospérité ?

Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie

24Tomas Transtörmer, grand poète suédois épris d’une nature menacée, lauréat du prix Nobel 2011 de littérature, a écrit dans un de ses recueils : « Las de tous ceux qui viennent avec des mots, des mots mais pas de langage, je partis pour l’île recouverte de neige. L’indomptable n’a pas de mots. Ses pages blanches s’étalent dans tous les sens ! Je tombe sur les traces de pattes d’un cerf dans la neige. Pas de mots, mais un langage ». Ou encore : « Le vent a pénétré dans la forêt de pins. Un murmure pesant et léger. La Baltique murmure aussi au milieu de l’île, au fond de la forêt nous voici en haute mer ». Comme l’a montré le rapport Stern-Calderón paru en septembre dernier, les dernières études économiques réfutent l’idée qu’il faille choisir entre la lutte contre les changements climatiques ou la croissance de l’économie mondiale. Il s’agit d’un faux dilemme.

25Comment concilier climat et prospérité ? C’est le thème de cette première table ronde que j’ai l’honneur de présider, alors que la conférence de Lima vient de s’ouvrir il y a deux jours, dernier round de négociations avant la COP21 qui se tiendra à Paris dans un an maintenant. Face au réchauffement climatique qui menace, par exemple, nos glaciers, qu’il s’agisse du versant sud du Kebnekaise suédois ou des Alpes françaises, et le « langage » des cerfs ou chamois qui s’y trouvent, certaines de nos entreprises ont déjà compris qu’elles pouvaient changer leurs modes de production d’une façon à la fois rentable et bonne pour l’environnement, comme l’entreprise Ericsson, à la deuxième ou troisième place depuis quatre ans dans le classement « Cool IT » de Greenpeace, engagée dans une stratégie de « développement durable et responsabilité sociétale » depuis plus de vingt ans.

26Le 5e rapport du GIEC rappelle qu’à l’échelle mondiale, les pertes économiques imputables aux événements catastrophiques ont été multipliées par plus de dix dans les années 1990. Les coûts totaux doublent si l’on tient compte des pertes résultant de phénomènes météorologiques non catastrophiques de plus faible ampleur, rendant le secteur des assurances de plus en plus vulnérable. À l’inverse, la Banque mondiale a chiffré, dans une étude récente, à plus de deux points de PIB mondial les gains résultant d'une transition vers une économie verte. Je salue les efforts de nos deux pays pour que l’Europe relève le défi du climat et de l’environnement. Les investissements sont là : en Suède, dont le gouvernement a adopté en 2011 une nouvelle stratégie pour les technologies de l’environnement ; en France, avec les 34 plans pour nos filières industrielles validés en juillet dernier.

27Antoine de Saint-Exupéry, plus connu pour sa poésie en prose que pour ses analyses économiques, a pourtant écrit une chose très juste : « Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants. » La prospérité ne peut se permettre d’être entravée par une lourde dette, encore moins une dette climatique et écologique qui risque d’être irréversible et contre laquelle le GIEC nous a mis en garde. Faisons du climat une chance pour notre croissance économique.

Programme

Accueil
Serge Haroche
administrateur du Collège de France
Ouverture
François Hollande
Président de la République française
Sa Majesté le Roi Carl XVI Gustaf de Suède
Première table ronde
Comment concilier climat et prospérité ?
Modérateur
Johan Kuylenstierna
directeur du Stockholm Environment Institute (SEI)
Président de séance
Ségolène Royal
ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Énergie de la France
Maria van der Hoeven
directrice exécutive de l’Agence internationale de l’énergie (AIE)
Jean Jouzel
vice-président du groupe de travail I du Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat (GIEC)
Seconde table ronde
Les parties prenantes en action

Modératrice
Teresa Ribera
directrice de l’Institut du développement durable et des relations internationales
Président de séance
Ibrahim Baylan
ministre de l’Énergie de la Suède
Karin Wanngård
maire de Stockholm
Marie-Christine Coisne
présidente directrice générale de Sonepar
Leif Johansson
président d’Ericsson et d’AstraZeneca
Intervention spéciale
En route vers un nouvel accord international

Laurence Tubiana
ambassadrice climat de la France
et représentante spéciale du ministre des Affaires étrangères pour la COP21

Haut de page

Table des illustrations

Légende Massif du Kebnekaise, Suède
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1944/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1944/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Photographie ci-dessus (de gauche à droite) : sa Majesté le roi de Suède Carl XVI Gustaf, Ibrahim Baylan, Serge Haroche, Jean-Marie Lehn, François Weil, John Scheid, François Hollande et Ségolène Royal.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1944/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1944/img-7.png
Fichier image/png, 591k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« l’Europe peut-elle relever le défi ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1944

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page