Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Biologie de la culture

Extraits de la conférence inaugurale du 8 octobre 2014
Jean-Jacques Hublin
p. 7
Traduction(s) :
Biology of Culture

Texte intégral

1L’Homo sapiens n’est pas le produit d’une évolution linéaire. Il a émergé d’un buisson d’espèces dont les branches se recouvrent dans le temps et parfois dans l’espace.

2Longtemps l’Afrique est restée le cœur évolutif et démographique des Hominines. L’Eurasie n’a été colonisée par les hommes qu’au cours des deux derniers millions d’années, et finalement une espèce, elle aussi originaire d’Afrique, a remplacé toutes les autres et occupé l’ensemble des terres émergées. Elle a modifié son environnement de façon spectaculaire et a étendu son emprise sur le génome d'autres formes vivantes.

3L'évolution humaine est des plus remarquables en ce qu’elle résulte d’un processus bio-culturel. Comme d’autres mammifères avant eux, nos plus lointains ancêtres se sont d’abord adaptés à des conditions nouvelles par des modifications biologiques affectant leur taille, leur anatomie, leur alimentation, leur locomotion ou encore leur mode de reproduction. Mais le développement chez les hommes de comportements techniques et de modes d’organisation sociale toujours plus complexes a ouvert un chapitre nouveau dans l’histoire de la vie. Au sens écologique du terme, c’est une « construction de niche », c’est-à-dire une modification de son environnement par une espèce pour y créer les conditions favorables à sa survie et à son développement. Tout au long de l’évolution humaine, on assiste ainsi à l’externalisation de fonctions biologiques essentielles. C’est cette externalisation du biologique vers le technique et le social qui a finalement permis à l’homme de s’adapter à tous les milieux, de façon flexible mais surtout de façon réversible.

4Notre cerveau, dont l’accroissement spectaculaire s’est produit au sein du genre Homo, a joué un rôle essentiel dans ce processus. Pour alimenter cet organe très gourmand en énergie, les hominines ont profondément modifié leur biologie et, notamment réorienté leur alimentation vers la consommation de viande et de graisse. Cette évolution s’est accompagnée d'une externalisation dans la sphère technique, avec l’apparition dès avant 2,5 millions d’années d’outils en pierre. La réduction du système masticateur humain a pu ainsi commencer et, avec elle, la réduction du coût métabolique de sa croissance. Les calories économisées lors de la digestion ont elles aussi été réinvesties dans le développement de cerveaux toujours plus gros.

5Une seconde externalisation s’est opérée en direction de la sphère sociale. Les défis énergétiques et anatomiques posés par le développement d’un grand cerveau ont été résolus par une limitation de sa taille à la naissance et un allongement de son temps de croissance. Cette maturation très tardive joue un rôle décisif dans le développement de notre complexité cognitive. Dans le même temps, la mise en place d’un sevrage précoce a permis la contribution de plus en plus importante dans l’alimentation des jeunes humains d’autres adultes que leur mère. Cette « reproduction bio-culturelle » fondée sur de complexes liens sociaux et affectifs a profondément influencé l’émergence de traits psychologiques propres à l’homme.

6À quelle époque du passé ces adaptions sont-elles apparues ? En ce qui concerne les rythmes de croissance, c’est seulement avec l’émergence des études sur les microstructures dentaires que cette question a pu être sérieusement abordée. Chez les australopithèques, la vitesse de développement était beaucoup plus rapide que celle des hommes actuels et proche de celle observée chez les grands singes africains. Chez Homo erectus, une taille adulte du cerveau est atteinte plus précocement que chez l’homme moderne et la longue période d’apprentissage qui caractérise notre espèce était encore loin d’être mise en place. Chez les Néandertaliens enfin, pourtant beaucoup plus proches de nous, des différences cérébrales avec l’homme moderne se mettent encore en place dès la première année de la vie et la maturité sexuelle continue probablement a être atteinte plus précocement que dans les populations récentes. C’est donc seulement au cours de phases récentes de l’évolution humaine, qu’un mode de développement moderne a été acquis. Il a permis l’éclosion complète de notre complexité cognitive mais n’a été rendu possible que grâce à l’environnement technique et social sophistiqué que les hommes ont su créer.

L’intégralité de la conférence inaugurale est consultable sur le site www.college-de-france.fr, à la page de Jean-Jacques Hublin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Hublin, « Biologie de la culture », La lettre du Collège de France [En ligne], 39 | mars 2015, mis en ligne le 01 août 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1935

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Hublin

Professeur invité pour un cycle pluriannuel, Professeur, Directeur au Max Planck Institut for Evolutionary Anthropology

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page