Navigation – Plan du site
Publications

Publications

p. 69-73

Texte intégral

Gérard Berry

L’informatique du temps et des événements

Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2013

1Gérer le temps et les événements est central dans des domaines variés de l’informatique, des circuits et logiciels embarqués dans des objets de toutes sortes à la création musicale, en passant par la simulation de phénomènes physiques. Ce sujet est pourtant peu traité par l’informatique classique. Cette leçon présente des modélisations du temps et des événements associées à de nouveaux langages de programmation. Elle traite des notions d’épaisseur de l’instant, de temps hiérarchique et multiforme créé par la répétition d’événements, et du rapport temps réel / temps continu.

Sanjay Subrahmanyam

Aux origines de l’histoire globale

Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

2Qui pense le monde ? Les hommes du passé ou les historiens du présent ? L’histoire universelle telle qu’elle était pratiquée depuis l’Antiquité s’est transformée à partir du XVIe siècle dans des contextes variés, de l’Asie orientale à l’Amérique espagnole. Grâce à sa connaissance des archives dispersées à travers le monde, sa maîtrise des langues et des traditions historiographiques d’Asie, d’Europe et des Amériques, S. Subrahmanyam remet en perspective l’histoire des réseaux et des échanges de biens, de mythes et d’idéologies en sortant des cadres géopolitiques traditionnels soumis au modèle de l’État-nation. Il présente l’histoire globale comme un champ défini et redéfini par des « histoires en conversation ».

Né à New Delhi en 1961, Sanjay Subrahmanyam est historien. Il a enseigné à l’École des hautes études en sciences sociales, à l’université d’Oxford et à l’université de Californie à Los Angeles. Membre de l’Académie américaine des arts et des sciences, il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire globale de la première modernité, depuis avril 2013.

Pierre-Michel Menger

La différence, la concurrence et la disproportion
Sociologie du travail créateur

Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

3Le travail crée et transforme le monde social. Son incarnation la moins prévisible et la plus admirée, l’invention artistique et scientifique, semble défier l’analyse causale et les régularités statistiques. Bien plus que l’exploration des processus conscients et infraconscients de l’inventivité individuelle, c’est l’écologie sociale du travail créateur qui donne prise à l’analyse sociologique. Celle que propose Pierre-Michel Menger distingue trois caractéristiques essentielles : une différenciation illimitée des productions, des mécanismes de concurrence exploitant l’incertitude de la réussite et une concentration disproportionnée des gains et des réputations.

Après des études de philosophie et un doctorat de sociologie, Pierre-Michel Menger entre au Centre national de la recherche scientifique puis à l’École des hautes études en sciences sociales, où il a dirigé le Centre de sociologie du travail et des arts. Il est co-directeur de la Revue française de sociologie. Depuis avril 2013, il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Sociologie du travail créateur.

Frantz Grenet

Recentrer l’Asie centrale

Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

4La notion d’Asie centrale a émergé tardivement : ce n’est qu’à partir de 1825 qu’elle vient supplanter celle de « Tartarie », souvent associée à la terreur mongole. Au XXe siècle, deux courants archéologiques ont profondément contribué au renouvellement des études sur cette région : l’école française, portée par la Délégation archéologique française en Afghanistan, et l’école soviétique des grandes expéditions pluridisciplinaires. La redécouverte des deux langues principales de la région, le sogdien et le bactrien, a également fait avancer considérablement les recherches sur cette aire culturelle qui englobe le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Kazakhstan, le Kirghizistan et l’Afghanistan.

Frantz Grenet est archéologue. Il a participé aux fouilles d’Aï Khanoum menées par la Délégation archéologique française en Afghanistan et dirigé la Mission archéologique franco-ouzbèke de Sogdiane sur le site de l’ancienne Samarkand. En mars 2013, il a été nommé professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire et cultures de l’Asie centrale préislamique.

Jean Dalibard

Atomes et rayonnement

Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2013

5Matière et lumière sont intimement liées dans notre modélisation du monde physique. De l’élaboration de la théorie quantique à l’invention du laser, l’interaction entre atomes et rayonnement a joué un rôle central dans le développement de la science et de la technologie d’aujourd’hui. La maîtrise de cette interaction permet désormais d’atteindre les plus basses températures jamais mesurées. Le refroidissement de gaz d’atomes par la lumière d’un laser conduit à une « matière quantique » aux propriétés radicalement différentes des fluides ordinaires. Ces atomes froids sont à la base d’une nouvelle métrologie du temps et de l’espace, qui trouve des applications dans des domaines aussi divers que la navigation, les télécommunications ou encore la géophysique.

Ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de physique, Jean Dalibard travaille au laboratoire Kastler-Brossel de l’École normale supérieure. Il est membre de l’Académie des sciences et, depuis 2012, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Atomes et rayonnement.

Anny Cazenave

La Terre et l’environnement observés depuis l’espace

Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

6Depuis quelques décennies, l’observation de la Terre depuis l’espace a profondément changé notre regard sur la planète
et son environnement. Tout en fournissant une meilleure connaissance des différentes composantes du « système Terre » (globe solide, océans, atmosphère, glaces et terres émergées), l’observation spatiale permet aussi de suivre les changements globaux auxquels est soumise la planète sous l’effet des phénomènes naturels et des activités humaines. Ces données peuvent contribuer à alimenter des modèles de prévision mis au service de la société et des décideurs politiques en vue d’une gestion adaptée de notre planète.

Spécialiste des sciences de la planète, professeur invitée sur la chaire de Développement durable – Environnement, énergie et société au Collège de France pour l’année 2012-2013, Anny Cazenave est chercheur au Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS) et membre de l’Académie des sciences. Elle a participé aux 4e et 5e rapports du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC).

Tony Cragg

Sculpture et langage

Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

7Les œuvres d’art acquièrent du sens précisément parce qu’elles offrent une expérience qui nous conduit au-dehors, au-delà du périmètre de nos existences concrètes, connues et descriptibles, là où les signes n’ont pas encore été tournés en symboles et où il n’y a pas de vocabulaire descriptif  ; elles frappent à la porte de la non-connaissance, mais aussi du non-connaissable. La relation étroite entre la matière, le langage et la pensée permet aux artistes de changer les formes matérielles et, ainsi, de créer des pensées et des émotions nouvelles. Ce lien essentiel est le fondement de la pratique de la sculpture  ; c’est ce qui en fait une forme puissante et pertinente de l’expression artistique.

Né à Liverpool en 1949, Tony Cragg est sculpteur. Il vit et travaille à Wuppertal, en Allemagne, où il a créé un parc de sculptures, Waldfrieden. Ancien recteur de l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf et membre de l’Académie européenne des sciences et des arts, il est titulaire de la chaire de Création artistique du Collège de France pour l’année académique 2013-2014.

Gilles Boeuf

La biodiversité, de l’océan à la cité

Éditions Fayard, collection « Leçons inaugurales du Collège de France », Paris, 2014

8Née dans l’océan ancestral il y a plus de 3,8 milliards d’années, quand les premières cellules se sont clonées par scissiparité, la vie s’est ensuite diversifiée avant d’exploser sur les continents. Bien plus qu’un simple inventaire d’espèces élaboré depuis plusieurs siècles, la biodiversité se définit comme l’ensemble des relations entre les êtres vivants et leur environnement : c’est la fraction vivante de la nature. Elle est actuellement très menacée par la croissance démographique et l’urbanisation, la destruction et la contamination des milieux naturels, la surexploitation des ressources, l’introduction anarchique d’espèces et le réchauffement climatique. Saurons-nous, au XXIe siècle, mettre fin à cette crise écologique sans précédent ?

Professeur à l’université Pierre et Marie Curie (UPMC) et chercheur à l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-mer, Gilles Boeuf est président du Muséum national d’histoire naturelle de Paris. Il est professeur invité au Collège de France sur la chaire annuelle de Développement durable – Environnement, énergie et société
(2013-2014).

Thomas Römer

La Bible, quelles histoires ! (entretien avec Estelle Villeneuve)

éditions Bayard Jeunesse, collection « études et essai », 2014

9À l’origine du Dieu unique de la Bible se tenait un dompteur d’autruches… C’est là une des innombrables découvertes de la recherche en sciences bibliques dont l’un de ses meilleurs spécialistes actuels, Thomas Römer, nous révèle ici les résultats surprenants et spectaculaires.

10Sur l’arrière plan historique d’Abraham, Jacob ou Moïse, le polythéisme biblique ou le caractère éminemment humaniste des plus anciens récits de l’Ancien Testament, ce professeur au Collège de France propose de nouvelles perspectives. On découvre par exemple que le Pentateuque abrite deux visions antagonistes de l’humanité : l’une oriente sur l’élection intransigeante du Peuple juif, l’autre développe une conception universaliste de l’être humain.

11Ces conversations suscitent des surprises à l’échelle de celles provoquées, sur des thématiques similaires, par Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman dans La Bible dévoilée (Bayard, 2002).

Professeur au Collège de France et à l’université de Lausanne, Thomas Römer est un exégète réputé en Ancien Testament. À signaler parmi ses nombreuses publications, Moïse (Gallimard, 2002), Les Cornes de Moïse (Fayard, 2009) et, en collaboration, Clés pour le Pentateuque (Labor et Fides, 2013).

Thomas Römer

L’Invention de Dieu

éditions du Seuil, collection « Les Livres du nouveau monde », 2014

12Si le judaïsme et, à sa suite, le christianisme et l’islam proclament l’unicité d’un dieu régnant seul de toute éternité sur le ciel et la terre, la Bible hébraïque elle-même témoigne, pour qui la lit attentivement, de ses racines polythéistes. De fait, le « dieu d’Abraham » auquel se réfèrent, chacune à sa manière, les trois religions du Livre n’a pas été unique depuis toujours.

13Comment un dieu parmi les autres est-il devenu Dieu ? Telle est l’énigme fondatrice que cette plongée aux sources du monothéisme se propose d’élucider en parcourant, sur un millénaire, les étapes de son invention. D’où vient ce dieu et par quel biais s’est-il révélé à « Israël » ? Quels étaient ses attributs et quel était son nom avant que celui-ci ne devienne imprononçable ? Quand accéda-t-il au statut de dieu tutélaire des royaumes d’Israël et de Juda ? Sous quelles formes était-il vénéré et représenté ? Pourquoi les autres divinités au côté desquelles il trônait déchurent-elles ? Au terme de quel processus et en réaction à quels événements le culte exclusif qui lui a progressivement été rendu s’est-il imposé ? À la lumière de la critique historique, philologique et exégétique et des plus récentes découvertes de l’archéologie et de l’épigraphie, Thomas Römer livre les réponses d’une enquête rigoureuse et passionnante sur les traces d’une divinité de l’orage et de la guerre érigée, après sa « victoire » sur ses rivaux, en dieu unique, universel et transcendant.

Spécialiste mondialement reconnu de l’Ancien Testament, Thomas Römer occupe la chaire des Milieux bibliques au Collège de France  ; il est également professeur à la faculté de théologie et de sciences des religions de l’université de Lausanne.

Pierre Rosanvallon

Le parlement des invisibles

Éditions du Seuil, collection « Raconter la vie », 2014

14Une impression d’abandon exaspère aujourd’hui de nombreux Français. Ils se trouvent oubliés, incompris, pas écoutés. Le pays, en un mot, ne se sent pas représenté. Le projet Raconter la vie, dont cet essai constitue le manifeste, a l’ambition de contribuer à le sortir de cet état inquiétant, qui mine la démocratie et décourage les individus. Pour remédier à cette mal-représentation, il veut former, par le biais d’une collection de livres et d’un site Internet participatif, l’équivalent d’un Parlement des invisibles. Il répond ainsi au besoin de voir les vies ordinaires racontées, les voix de faible ampleur écoutées, la réalité quotidienne prise en compte. L’entreprise Raconter la vie ouvre un espace original d’expérimentation sociale et politique, autant qu’intellectuelle et littéraire.

15Pierre Rosanvallon est professeur au Collège de France. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire de la démocratie et ses métamorphoses contemporaines, dont le plus récent est La Société des égaux (Points-Seuil, 2013). Il contribue aussi à animer un débat public informé, en dirigeant notamment la collection de La République des idées et le site La Vie des idées.

Alain de Libera

La double révolution

Archéologie du sujet, tome III : L’acte de penser, vol. 1

Éditions Vrin, collection « Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie », 2014

16Qu’appelle-t-on penser ? La pensée est-elle un acte ? Une action ? Pensée et conscience vont-elles de pair ? Toute pensée est-elle consciente ? Personnelle ? Subjective ? Immanente ? Le sujet de la pensée est-il psychique ou corporel ? Unique ou multiple ? Âme ou esprit ? Esprit ou corps ? Avec ce troisième tome commence, scandé par les interventions successives de l’Université (condamnations parisiennes de 1277) et du Magistère (concile de Vienne, 1312, et de Latran V, 1513), la relation d’un débat de plus de cinq siècles sur l’aptitude de l’homme à revendiquer le statut de sujet-agent psychique. Tout en gravitant autour d’Aristote et de Descartes, on monte vers ce dernier en historiens du Moyen Âge et descend vers lui en archéologues de la modernité – d’où l’image de l’escalier à double vis. La description heideggérienne du « moment » cartésien de l’invention de la subjectivité ne suffisant pas à décrire le passage à la modernité, dans la mesure où elle ne livre que l’histoire allemande, idéaliste, transcendantale, bref « kantienne » de l’invention du sujet, on s’attache à l’autre source de la modernité en psychologie et philosophie de l’esprit : empiriste, autrichienne (Brentano), mais aussi anglaise (Locke) et écossaise (Reid, Hamilton). L’Acte de penser comporte donc deux volumes. La Double révolution va d’Aristote à Reid, avec Averroès, Siger de Brabant, Thomas d’Aquin et Olivi. L’Empire du sujet revient au Moyen Âge à partir de la modernité.

Jacques Tits

Œuvres – Collected Works

Volumes I–IV

European Mathematical Society, 2013

17Jacques Tits a reçu le prix Wolf en 1993 et le prix Abel en 2008 (en même temps que John Thompson). Ses contributions aux domaines de l’algèbre, de la théorie des groupes et de la géométrie ont un retentissement considérable depuis plusieurs décennies. Nombreux sont les développement mathématiques, dans des domaines fondamentaux, qui puisent dans les idées de Tits. Un grand nombre de ses écrits apparaissent comme le point de départ de recherches inédites, tout particulièrement ses articles sur les formes quadratiques, sur les groupes de Kac-Moody et sur ce qui est aujourd’hui connu comme « l’alternative de Tits ».

18Ces quatre volumes présentent la quasi totalité des écrits mathématiques de Tits. Ils incluent notamment nombre de manuscrits – publiés ou encore inédits – qui n’étaient pas jusqu’alors facilement accessibles. Cette anthologie rend manifeste l’évolution de sa pensée mathématique. Le développement de sa théorie des immeubles et des BN-paires, et son lien avec la théorie des groupes algébriques, par exemple, s’avère tout à fait fascinant. Ces écrits mathématiques de Tits s’accompagnent d’informations biographiques, d’articles de fond sur certains aspects du travail de Tits, et de commentaires sur le contenu de certains articles par les éditeurs. Avec cette publication, une pièce centrale des mathématiques du XXe siècle est désormais ouverte à tous.

Jacques Tits

Résumés des cours au Collège de France (1973-2000)

Éditions La Société mathématique de France, 2013

19Jacques Tits a occupé la chaire de Théorie des groupes au Collège de France de 1973 à 2000. Ce volume rassemble les résumés de cours qu’il publiait chaque année dans l’Annuaire du Collège de France  ; ces résumés décrivent, soit les travaux d’autres mathématiciens (notamment G. Margulis et R. Griess), soit des résultats originaux (par exemple sur les divers aspects de la théorie des immeubles) qui n’ont souvent pas été publiés ailleurs.

Yves Coppens

Le présent du passé au cube
Des nouvelles de la préhistoire

éditions Odile Jacob, collection « Sciences », 2013

Yves Coppens nous raconte dans ce nouveau livre, Des nouvelles de la préhistoire, ce qu’était la vie des premiers hommes, avec la précision qui est la sienne et toute la gourmandise de conteur qu’on lui connaît. Partant de nos origines, il répond à toutes les questions que nous nous posons sur les vrais débuts de la bipédie, le régime alimentaire de nos ancêtres, les plus anciens peuplements d’Europe ou de Chine, mais aussi l’utilisation des silex ou des haches d’apparat, les grottes ornées de France ou encore l’apparition de l’écriture.

De l’Éthiopie à l’Europe, de l’Extrême-Orient à l’Amérique, de l’Inde à l’Australie, voici un extraordinaire voyage dans le temps et dans l’espace qui met en lumière l’étonnante actualité de ce passé dont nous sommes tous issus. Que peut-on dire aujourd’hui de Lascaux, soixante-dix ans après sa découverte ? Pourquoi est-on désormais certain qu’il existait des formes de cannibalisme entre Neandertal et Cro-Magnon ?

Découvreur mondialement connu de nombreux fossiles humains célèbres dont Lucy, Yves Coppens est paléontologue. Professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine, il est également professeur honoraire au Muséum national d’histoire naturelle. Il est notamment l’auteur de Pré-ambules, du Genou de Lucy, de L’Histoire de l’homme, d’Yves Coppens raconte l’homme et, plus récemment, du Présent du passé et Pré-textes qui ont été de très grands succès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Publications  », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1908

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page