Navigation – Plan du site
Archives

La restauration d’un trésor des bibliothèques du Collège de France

L’Aṣṭasāhasrikā-Prajñāpāramitā ou Perfection de sagesse en huit mille vers, Inde, XIe siècle
Caroline Riberaigua
p. 66-67
Traduction(s) :
Restoration of a Treasure from the Collège de France Libraries

Texte intégral

Caroline RiberaiguaAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1L’un des fleurons des collections patrimoniales de l’Institut d’études indiennes, un manuscrit bouddhique du XIe siècle orné de peintures d’une rare beauté, présentait des altérations très préoccupantes. Grâce à une restauration financée par le Collège de France, cette œuvre exceptionnelle a pu être sauvée et retrouver tout son éclat.

2Bibliothèque de recherche surtout vouée à l’acquisition des publications les plus récentes, la bibliothèque de l’Institut d’études indiennes du Collège de France conserve également des œuvres d’art et de nombreux manuscrits provenant de dons et legs.

3Le plus ancien manuscrit date du XIe siècle. Il contient le texte de la Perfection de sagesse en huit mille vers, un des textes majeurs du bouddhisme du Grand Véhicule. Il fut offert à la République française en 1898, à la fin de la mission au Népal de Sylvain Lévi, professeur au Collège de France par le Premier Ministre de ce pays. La Perfection de sagesse développe des enseignements étrangers au bouddhisme ancien dit du Petit Véhicule : la perfection de sagesse comme voie vers le salut, c’est-à-dire une gnose reposant sur la doctrine de la vacuité selon laquelle on ne peut rien affirmer des êtres, des objets et des idées parce que leur vraie réalité, si elle existe, nous échappe.

4Comme beaucoup de traités du Grand Véhicule, ce texte fut l’objet d’un véritable culte : en faire ou en financer des copies était un acte éminemment pieux et méritoire. L’exemplaire que nous possédons est un des plus anciens connus. Il se présente comme les livres anciens de l’Inde et du Sud-est asiatique : il est écrit sur des feuilles de palme (ôles), liées par des cordelettes traversant chaque feuille, le tout protégé par des lattes de bois (ais) souvent sculptées ou peintes. Les ais de l’exemplaire possédé par l’Institut d’études indiennes montrent les cinq Jinas (les Bouddhas les plus importants pour le culte) et quatre déesses salvatrices Tr, ainsi que certaines scènes des vies antérieures du Bouddha.

5C’est un des rares témoignages subsistant de la peinture de l’Inde orientale (Bihar et Bengale) à l’époque pla (VIIIe-XIIe siècle). Celle-ci influença beaucoup l’art du Népal et de l’Himlaya. On saisit ici une des voies de cette influence : ce manuscrit fut sans doute réalisé à Patna ou au Bengale pour un fidèle népalais ou apporté au Népal par un moine ou un voyageur.

6Le caractère exceptionnel de ce document vient de sa rareté : les manuscrits sur ôles anciens ont disparu de l’Inde, à cause des insectes, des rongeurs et de l’humidité des périodes de mousson. Conservé grâce à l’altitude et au climat relativement sec de la vallée de Kathmandu, ce manuscrit n’était pourtant pas en bon état : ôles collées entre elles, galeries d’insectes xylophages, dépôts de boue, encrassement des ais. Par ailleurs l’air trop sec de nos bibliothèques françaises fit que les feuilles, déshydratées, ne pouvaient plus être manipulées sans s’effriter. La bibliothèque de l’Institut d’études indiennes, avec le soutien de la Direction des réseaux et des partenariats documentaires du Collège de France, a fait réaliser une expertise sur les altérations (rapport de M. Thierry Aubry, de la BnF), puis contacté plusieurs ateliers de restauration.

7Après une étude des différents protocoles proposés, le manuscrit a été confié à l’atelier de Mme Marie Messager, restauratrice en art graphique, en partenariat avec Mme Émilie Masse, spécialiste de la peinture sur bois. Une à une, chacune des 203 ôles, assouplie et mise à plat par humidification, a été nettoyée et consolidée à l’aide de papier japonais imprégné d’éther de cellulose, fixé à la colle d’amidon de blé. Les feuilles agglomérées ont été décollées, les fragments arrachés et collés sur l’ôle voisine ôtés et refixés à leur emplacement d’origine.

8Pour le nettoyage des ais, après plusieurs tests préliminaires avec différents solvants, la salive humaine, ensuite rincée à l’eau, a été retenue car elle combine une action efficace par les enzymes avec un pH quasiment neutre. Les soulèvements de la couche picturale ont été fixés à la colle d’esturgeon. Cette restauration délicate, longue et coûteuse, a permis de redonner leur éclat aux peintures et de faire réapparaître de nombreux détails jusqu’alors invisibles : la variété des motifs des textiles, la finesse du modelé des personnages, le détail des éléments de l’architecture et du paysage, etc. On distingue également désormais différentes strates de la couche picturale ce qui permettra à terme d’étudier plus précisément la technique utilisée.

9Un conditionnement sur mesure, chimiquement neutre, a été conçu, permettant de manipuler le manuscrit en toute sécurité par un dispositif dissociant les ais des ôles. À l’issue des travaux de l’Institut des civilisations, ce manuscrit bénéficiera d’une conservation dans des conditions hygrométriques rigoureusement contrôlées.

10L’Institut d’études indiennes espère pouvoir prochainement restaurer un autre de ses trésors en péril, un manuscrit du Śiva-dharma, recueil de textes en partie inédits, fondamentaux pour l’étude du Śivaïsme, dont la communication aux chercheurs est malheureusement pour l’instant impossible en raison de son mauvais état de conservation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Riberaigua, « La restauration d’un trésor des bibliothèques du Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1904

Haut de page

Auteur

Caroline Riberaigua

Chargée de ressources documentaires, Institut d’études indiennes, centre de documentation des Instituts d’Orient, Direction des réseaux et partenariats documentaires

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page