Navigation – Plan du site
Instituts

Petites histoires autour d’un catalogue chinois

Hubert Delahaye
p. 62

Texte intégral

Hubert DelahayeAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1Depuis l’époque des missionnaires et des philosophes des Lumières, les études chinoises et les ouvrages produits en Chine ont rencontré en Europe le succès que l’on sait, y compris au Collège de France où Jean-Pierre Abel-Rémusat exerça à la chaire de Langue et littérature chinoises et tartare-mandchoues dès 1814.

2L’intérêt du Collège de France pour les écrits et les documents chinois ne s’est pas démenti, et c’est ainsi que l’Institut des hautes études chinoises (IHEC), dont la fondation officielle en 1920 fut finalisée en 1927 par Paul Pelliot (autre sinologue du Collège) et Marcel Granet, y trouva naturellement sa tutelle en 1970, aux côtés des quatre autres instituts (Japon, Corée, Inde, Tibet) qui forment les Instituts d’Extrême-Orient (IEO).

3Toute cette glorieuse histoire accumula bien des livres et quelques trésors qu’on inventoria au fil des années en un catalogue bilingue sur des fiches cartonnées. Certaines mains y laissèrent de beaux caractères d’écriture  ; d’autres, probablement occidentales, se montrèrent moins habiles. C’était le plus souvent un travail d’étudiants, qui translittéraient le chinois en caractères latins selon les règles en vigueur à l’École française d’Extrême-Orient.

4On pourrait prolonger ce « récit vu de l’intérieur » (內傳, neizhuan) d’un catalogue qui ne manque pas d’aventures, mais ces quelques lignes n’ont pour objet que d’en présenter les avant-dernières évolutions.

5Alors que les sciences humaines se mettaient sérieusement à l’usage de l’informatique à partir des années 1980, la présence de caractères chinois, japonais ou coréens (CJK) dans la gestion des bibliothèques occidentales et de l’information scientifique représentait un défi technique particulier.

6La modernisation des outils de recherche sur l’Extrême-Orient constituait alors un marché jugé « marginal », et la question ne suscitait pas une grande empathie dans le monde des informaticiens et des bibliothécaires « normaux » qui dressaient le sourcil à l’évocation de cet environnement exotique.

7Parmi les problèmes à affronter, il fallait décider entre les caractères chinois traditionnels et ceux simplifiés par la réforme de l’écriture, entre plusieurs standards d’encodage pour chacun d’eux, plusieurs transcriptions, plusieurs formats possibles  ; Unicode n’était encore qu’un projet sur le papier et Internet était dans les limbes. On dut choisir le plus petit commun dénominateur, le plus évolutif, le plus pérenne, le moins cher.

8Dès l’automne 1983, le réseau américain RLIN publiait à Stanford ses premières bibliographies en caractères CJK. Les moyens engagés pour y parvenir, tant en ressources humaines qu’en ressources tout court, étaient largement hors de portée des bibliothèques concernées en France.

9Cependant, la technologie des personal computers fit son chemin, les prix baissèrent et il apparut possible, peu après 1985, qu’une ingénierie réduite et suffisamment versée dans les étrangetés de ces langues permettrait à moindre coût la programmation d’une application idoine à un niveau local.

10Ce qui fut fait, non sans peine. Les premières notices informatisées avec du chinois – et immédiatement imprimées, on ne sait jamais –, apparurent en 1989 sur un écran noir et blanc aux IEO. C’était l’œuvre du programme Asia, qui allait connaître quatre versions pendant ses vingt ans d’existence. Les premiers temps, il ne servit qu’à enregistrer les nouvelles entrées sur le catalogue de l’IHEC, avant d’être adopté par les quatre autres instituts.

11Asia ne manquait d’inconvénients et les premières versions pouvaient se montrer capricieuses. Il fallait parfois ruser, négocier les bugs. Faute de réseau local, l’application ne fonctionnait qu’en version monoposte, ce qui exigeait une certaine coordination dans la récolte, la révision et la compilation des notices.

12De même, l’indexation des champs uniquement par le début n’a pas tardé à poser problème. Asia prévoyait en effet que, les noms d’auteurs chinois précédant traditionnellement leur prénom, ils entraient ainsi dans l’index de façon automatique. Cependant, l’usage étant contraire pour les ouvrages occidentaux, cet index en début de champ faisait porter l’interrogation sur les prénoms  ; il fallait donc les écrire à la chinoise en faisant précéder le patronyme, ce qui constitue une entorse à la règle.

13Il y avait d’autres dérogations aux usages par rapport au format du catalogage Unimarc, mais dans l’ensemble c’était une révolution. Nous devenions modernes. À l’échelle européenne, on était dans les tout premiers à proposer des notices bibliographiques pourvues de leurs scripts d’origine en plus des translittérations en pinyin.

14Le cap des 5 000 notices fut bientôt atteint, mais il en restait encore au moins 150 000 à faire. Et encore : compte tenu du

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hubert Delahaye, « Petites histoires autour d’un catalogue chinois », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 18 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1898

Haut de page

Auteur

Hubert Delahaye

Instituts d’Extrême-Orient

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page