Navigation – Plan du site
Hommage

Hommage à Jean-Pierre de Morant (1933-2014)

Directeur des Affaires culturelles du Collège de France de 1972 à 1998
André Miquel
p. 61
Traduction(s) :
Tribute to Jean-Pierre de Morant (1933-2014)

Texte intégral

André MiquelAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1Quand une institution ou une société – ou l’une et l’autre dans le cas du Collège de France – voit s’en aller celui qui fut l’un de ses soutiens les plus fidèles, elle lui adresse les mots convenus en la circonstance.

2Convenus ? Cela ne vaut que s’ils le sont en effet, mais pas si on les réinvestit, en les prononçant, de leur plein sens. Engagement, dévouement, sagesse, compétence, disponibilité, fermeté et courtoisie, autorité et discrétion, autant de mots qui retrouvent, d’un coup, toute leur force quand ils sont dits pour Jean-Pierre de Morant. Autant de mots, avec bien d’autres, qui lui assurent la fidélité de notre souvenir.

Jean-Pierre De Morant en 1998

3Tous ceux-là finalement se résument en un seul : la passion, la passion du Collège de France. Jean-Pierre de Morant mit à son service une remarquable culture, philosophique, littéraire, ouverte au monde jusqu’en Asie. Et ceci encore : destiné à une carrière dans l’un des corps les plus prestigieux de l’État, Jean-Pierre de Morant y avait renoncé pour se mettre, absolument, définitivement, je reprends le mot : à son service. Combien de fois, en tant d’années, tous ceux qui fréquentèrent le Collège en sa vie quotidienne, ou y vinrent traiter de situations ou de projets intéressant le Collège dans ses relations au dehors, ont-ils pu mesurer l’exceptionnelle qualité d’un homme, d’un responsable, tout entier inspiré, en sa clairvoyance, par un intérêt supérieur dont il s’était fait, pour toute sa vie, le porte-parole unanimement écouté et respecté.

4Directeur des Affaires culturelles et des relations extérieures, Jean-Pierre de Morant, outre le soin et l’attention portés à ce que l’on qualifie d’affaires courantes, joua un rôle décisif de conseil, d’assistance et de proposition lorsque le Collège eut à envisager de nouveaux moyens pour son fonctionnement propre et ses activités d’enseignement et de recherche. Qu’il s’agisse de la création du Conseil d’Établissement, des extensions de la rue d’Ulm ou de l’École polytechnique, des cours dispensés hors de Paris, en France d’abord, puis en Europe et au-delà, en toutes ces occasions, Jean-Pierre de Morant fut présent et actif pour discuter des propositions à soumettre à l’Assemblée des Professeurs.

5Et quand fut engagé le programme de restauration, modernisation et extension des locaux du site Marcelin-Berthelot, entre tant d’initiatives que le Collège dut à Jean-Pierre de Morant, il en est une qui reste inscrite en ses murs mêmes. Lorsque fut venu le moment de baptiser les nouvelles salles d’enseignement, et d’abord le grand amphithéâtre, il fut décidé de le dédier à la sœur, confidente et conseillère de notre fondateur, Marguerite de Navarre : ce nom, ce fut Jean-Pierre de Morant qui le suggéra.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean-Pierre De Morant en 1998
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Miquel, « Hommage à Jean-Pierre de Morant (1933-2014) », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1894

Haut de page

Auteur

André Miquel

Administrateur du Collège de France de 1991 à 1997 et professeur honoraire de la chaire Langue et littérature arabes classiques

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page