Navigation – Plan du site
Hommage

Journée Hommage à Gilles Veinstein

Nicolas Vatin
p. 60
Traduction(s) :
A Day of Tribute to Gilles Veinstein

Texte intégral

Nicolas VatinAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1À l’initiative du Collège de France et du Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centre-asiatiques (CNRS/EHESS - Collège de France), grâce à la générosité de la fondation Hugot, une journée a été consacrée à Gilles Veinstein (1945-2013) le vendredi 7 février 2014, un an presque jour pour jour après son décès prématuré.

2Après un rappel par le professeur Henry Laurens de la biographie et la carrière de Gilles Veinstein (titulaire de la chaire d'Histoire turque et ottomane de 1999 à 2012), huit collègues et amis venus de France, mais aussi d’Autriche, de Grèce, du Royaume-Uni et de Turquie ont évoqué son apport aux études ottomanes et, plus largement, historiques, en revenant sur son enseignement à l’École des hautes études en sciences sociales et au Collège de France, puis sur ses recherches et publications envisagées en fonction des grandes aires couvertes et des principaux thèmes abordés.

3Tout en évoquant le pédagogue et le chercheur par des biais différents, les intervenants ont relevé plus d’un point commun tant dans l’évolution des intérêts que dans la pratique d’historien de Gilles Veinstein. De premiers travaux d’histoire économique, commerciale et sociale sur les rapports des Ottomans avec la mer Noire et les steppes pontiques l’ont amené progressivement à s’intéresser, tout en élargissant l’aire géographique concernée au monde grec et insulaire, aux questions foncières et aux particularités de l’installation des Ottomans dans les territoires conquis, puis au fonctionnement de l’État (notamment dans la guerre) et de la justice et à la diplomatie.

Gilles Veinstein lors de sa leçon inaugurale en 1999

4Il fut encore amené à aborder les questions religieuses, en historien de l’État et en comparatiste. Parallèlement, une attention toujours plus importante était consacrée à l’analyse du discours et de l’auto-représentation, souci inséparable de l’importance extrême accordée par Gilles Veinstein à l’étude diplomatique des documents de première main qui constituaient sa source de prédilection. Il allait en effet chercher sa documentation dans les fonds d’archives de Turquie, mais aussi de l’Europe entière. Ainsi, une attention toujours en éveil au poids des mots et la pratique de types de documents extrêmement variés lui permettaient d’éviter le piège des contresens et des surinterprétations.

5Dans ses ouvrages comme dans ses cours du Collège de France, Gilles Veinstein a montré d’exceptionnels dons de synthèse et de clarté, inscrivant les sujets traités dans les grandes tendances de la réflexion historique en général, puis dans l’état de la recherche ottomaniste, avant de reprendre la question en toute liberté d’esprit, en se fondant sur les faits révélés par la documentation, dussent-ils contredire telle théorie séduisante mais marquée par la volonté de démontrer plus que de connaître et comprendre. Plusieurs intervenants sont ainsi revenus sur la façon dont Gilles Veinstein a clos, par le retour aux faits analysés avec subtilité et minutie, le débat sur les çiftlik ottomans.

6Les nombreux articles de Gilles Veinstein manifestent les mêmes qualités et les mêmes méthodes, jamais revendiquées mais systématiquement appliquées. À partir d’un cas concret, le regard de l’historien se portait sur des horizons bien plus vastes, inscrivant l’étude d’une institution ou d’un événement dans un contexte et une évolution. La conclusion proposait alors une analyse fine et neuve de la nature de l’État et la société ottomans, faisant du sujet premier de l’article le révélateur de phénomènes et de tendances de première importance.

7Ce faisant, Gilles Veinstein s’imposait comme un historien dont les horizons dépassaient le seul champ des études ottomanes, qu’il a beaucoup contribué à désenclaver.

Programme

Introduction
Henry Laurens, Collège de France et Nathalie Clayer, CÉTOBAC

Matinée sous la présidence de François Hartog, EHESS

À l’écoute des sources. L’enseignement de Gilles Veinstein à l’École des hautes études en sciences sociales
Nicolas Vatin, CÉTOBAC, EPHE

Les cours de Gilles Veinstein au Collège de France
Olivier Bouquet, Université Paris VII

Les travaux de Gilles Veinstein sur le sud-est européen
Oliver Schmitt, Université de Vienne

Gilles Veinstein en territoire grec et insulaire
Elizabeth Zachariadou, membre honoraire de l’Institut d’études méditerranéennes, Rethymno

Après-midi sous la présidence d’Alexandre Popovic, CÉTOBAC

Avec le souci du détail : l’apport de Gilles Veinstein à l’étude de l’État ottoman
Colin Imber, professeur honoraire à l’université de Manchester

La société ottomane dans les travaux de Gilles Veinstein
Suraiya Faroqhi, Bilgi Üniversitesi, Istanbul

La contribution de Gilles Veinstein à l’étude de l’économie et du commerce ottomans
Edhem Eldem, Université du Bosphore, Istanbul

Dans et au-delà des études ottomanes : les questions religieuses
Nathalie Clayer, CÉTOBAC-EHESS

Haut de page

Table des illustrations

Légende Gilles Veinstein lors de sa leçon inaugurale en 1999
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1891/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Vatin, « Journée Hommage à Gilles Veinstein », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1891

Haut de page

Auteur

Nicolas Vatin

Directeur de l’Institut d’études arabes, turques et islamiques du Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page