Navigation – Plan du site
International

Les amours d’Ismène et d’Isménias – « roman très connu » : un roman byzantin à Paris du XVIIIe siècle

Conférence du Pr Bob Becking - décembre 2013
Ingela Nilsson
p. 50

Texte intégral

Ingela NilssonAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1Il est bien connu que le roman grec a joué un rôle important au début de l’Europe moderne et surtout ici en France. Il est même évident que la transmission et la popularité du roman grec – en particulier les romans d’Héliodore et d’Achille Tatius – ont fourni un modèle et ont influencé les romans composés en France à partir du XVIIe siècle.

2L’Astrée d’Honoré d’Urfé était un roman pastoral, mais il était clairement influencé par Héliodore. Artamène, ou le Grand Cyrus de Mademoiselle de Scudéry a puisé son matériel dans Hérodote et Xénophon, mais l’intrigue a été conçue de manière à reproduire une ambiance romanesque. Les œuvres de Madame de La Fayette, notamment Zaïde et La Princesse de Clèves, maintenant considérées comme les premiers romans psychologiques, ont été composées, elles aussi, sous l’influence de la tradition ancienne.

3Mais quelle était la fortune des romans de l’époque comnène, composés à Constantinople au XIIe siècle, et écrits sous l’influence du roman ancien ? Ne faisaient-ils pas partie de l’héritage grec qui a atteint la France et le reste de l’Europe au XVIe siècle ? Ou n’étaient-ils pas regardés comme dignes de la même attention que les romans anciens, considérés comme appartenant à l’héritage classique ? La réponse à la première question est assez simple : les romans byzantins ont, en effet, été transmis en Occident pendant la Renaissance, tout comme les autres textes grecs. La deuxième question exige une réponse plus complexe, et cette conférence a été une tentative d’en offrir une clarification et une interprétation provisoire.

4J’ai focalisé mon investigation sur l’un des romans byzantins et sur sa réception au XVIIe siècle en France, à savoir Hysminé et Hysminias d’Eumathios Makrembolitès. Je me concentre sur trois cas d’adaptation : une traduction de Pierre-François Godard de Beauchamps (1729), une analyse du plaisir érotique dans le traité philosophique L’Art de jouir de Julien Offray de La Mettrie (1751), et un opéra de Pierre Lejaun et Jean Benjamin de La Borde, créé en 1763. Chacun des trois auteurs examinés ici a adapté Hysmine et Hysminias à sa manière et à ses propres fins. Dans la version de Beauchamps, il a été transformé en un roman court avec une histoire plus cohérente, moins descriptive et encore plus « grecque », toujours avec des implications allégoriques, émotionnelles et érotiques. Même si l’érotisme est quelque chose que nous avons appris à associer au milieu libertin, je dirais que l’émotionnel est le mot clé ici, plutôt que l’érotique en soi. Si nous passons à La Mettrie et à son utilisation d’Hysminé et Hysminias comme le couple idéal, ce n’est pas leur amour physique qui affecte principalement le philosophe, mais la qualité émotionnelle qui l’accompagne. La présence du couple byzantin dans les écrits de Beauchamps et La Mettrie peut donc être comprise du point de vue libertin, dans le sens où l’histoire trouvée dans Hysminé et Hysminias semblait adhérer à l’amour idéal d’un point de vue émotionnel et érotique. En ce qui concerne l’opéra, c’est encore le potentiel émotionnel de l’histoire qui le rend apte pour la scène. L’opéra et la tragédie lyrique en particulier, étaient censés susciter de fortes émotions dans le public par la combinaison de l’intrigue, du théâtre, et de la musique. Cet effet pourrait être encore renforcé, comme dans ce cas, par l’inclusion d’un ballet d’action.

5Il a été parfois supposé que la littérature byzantine n’avait pas sa place dans la tradition européenne avant qu’elle ne soit « découverte » dans le XIXe et le XXe siècles. J’espère montrer que cette idée est fausse et que la littérature profane de Byzance était en effet présente en Europe, bien que parfois sous des formes différentes de ce que nous attendons.

• Mme Ingela Nilsson a été invitée par l’Assemblée des professeurs sur la proposition du Pr John Scheid.

• Retrouvez les vidéos de ses conférences sur le site www.college-de-france.fr à la page du Pr John Scheid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingela Nilsson, « Les amours d’Ismène et d’Isménias – « roman très connu » : un roman byzantin à Paris du XVIIIe siècle  », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1881

Haut de page

Auteur

Ingela Nilsson

Professeur à l’université d’Uppsala (Suède)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page