Navigation – Plan du site
Chaires

La philosophie de la causalité

Colloque des 5 et 6 décembre 2013
Jean-Marie Chevalier, Benoit Gaultier et Claudine Tiercelin
p. 32-33
Traduction(s) :
The Philosophy of Causation

Entrées d’index

Mots-clés :

philosophie, causalité
Haut de page

Texte intégral

Pr Claudine TiercelinAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1Le séminaire de la Chaire de métaphysique et de philosophie de la connaissance du professeur Claudine Tiercelin a pris la forme d’un colloque en anglais sur la causalité, qui s’est tenu les 5 et 6 décembre 2013 sous le titre “Causation : New Prospects”. Ce colloque international témoigne de l’essor de la philosophie de la causalité.

2Depuis le début des années 1970, cet essor s’est, en grande partie, inscrit dans le grand mouvement de renouveau de la métaphysique, qui est allé de pair avec l’essor de la métaphysique des lois de la nature, de la modalité, de la probabilité ou des propriétés. Une des caractéristiques remarquables de la période philosophique actuelle mise en évidence par ce colloque est que les développements les plus prometteurs en ces différents domaines – et en philosophie de la causalité en particulier – ont pour principe leur entrecroisement serré, succédant à l’aspect parfois hyperspécialisé des recherches de la période antérieure.

Mouvements de l’air rencontrant une surface courbe inclinée, chronophotographie sur plaque fixe, Étienne-Jules Marey, 1901

© DR

3Il n’est pas sûr que l’essor de la philosophie de la causalité ait toujours été apprécié en France à sa juste mesure. En effet, on a beaucoup de mal à se défaire de l’idée que la philosophie de la causalité se résumerait, pour l’essentiel, aux attitudes suivantes : rappeler, d’une part, la critique humienne de l’idée de connexion causale  ; juger cette critique définitive (mais relativement superficielle)  ; réexposer, d’autre part, la position criticiste de Kant dans laquelle le mouvement inauguré par Hume serait à la fois pleinement développé et rendu philosophiquement profond  ; soutenir que la science du XXe siècle aurait établi le caractère intrinsèquement indéterminé de la nature ultime de la réalité  ; affirmer, enfin, qu’il existe entre cette leçon supposée de la science du siècle écoulé et une position comme celle de Kant (qu’on n’imagine pas vraiment remettre en cause) une relation telle que cette dernière est validée (plutôt que mise en difficulté) par la première.

4Ce sont pourtant d’autres questions, particulièrement vives, qui ont été abordées au cours de ces deux journées. Premièrement, quelle est la nature métaphysique de la connexion entre une cause C et son effet E ? S’agit-il d’une corrélation statistique, d’un processus physique, d’une relation de dépendance contrefactuelle, d’une subsomption nomologique ? En quoi consiste ensuite la nature métaphysique des relata causaux : sommes-nous en présence de faits, d’événements, d’objets, de propriétés ? Des absences, des omissions, des non-occurrences peuvent-elles être entendues comme des causes véritables ?

5Un autre enjeu fondamental de la philosophie de la causalité consiste à déterminer les critères qui permettent d’identifier une cause, et à la distinguer de simples conditions de réalisation d’un certain effet. Peut-on soutenir qu’une cause suffit à produire son effet, tandis qu’une condition de l’effet est simplement nécessaire à son occurrence ? La notion de connexion causale enveloppe-t-elle celle de nécessitation d’un effet ? Le problème est particulièrement aigu dans le cas d’une occurrence indéterminée de l’effet, au sens où elle serait dépourvue de conditions suffisantes : serait-elle pour autant sans cause ? Une approche probabiliste est-elle défendable ? Le problème dit de la « préemption » ne l’interdit-il pas ?

6La causalité intervient aussi en sciences et en philosophie au titre de l’explication. Donner une explication causale revient-il ou non à identifier une cause ? Ou se peut-il qu’un effet soit causalement expliqué sans que tel événement soit tenu pour sa cause véritable ? Notre concept de causalité recouvre-t-il deux idées fondamentalement distinctes : celle d’un rapport de dépendance contrefactuelle et celle d’une production physique ou mécaniste ? Et doit-il y avoir une priorité temporelle de la cause sur l’effet ?

7Au cours du colloque, Huw Price (Trinity College, University of Cambridge) a mis ses compétences sur la philosophie du temps au service d’une élucidation de la causalité quantique. Un dialogue s’est déroulé entre les grands spécialistes de la métaphysique de la causalité que sont Laurie Paul (University of North Carolina), Helen Beebee (University of Manchester), Sarah Bernstein (Duke University), Christopher Hitchcock (California Institute of Technology), Michael Strevens (New York University), Paul Noordhof (University of York) et Brad Weslake (University of Rochester). Thomas Pradeu (Université de Paris-Sorbonne) a exploré la conception de causalité en biologie. Tandis que Stephen Mumford (University of Nottingham) et Claudine Tiercelin défendaient deux conceptions d’une approche dispositionnaliste des causes, James Woodward (University of Pittsburgh), le fondateur de la théorie interventionniste de la causalité, répondait aux objections de son modèle historique.

8Que l’idée de causalité soit ou non, comme a pu l’écrire Russell, « la relique d’un âge révolu, qui ne survit, comme la monarchie britannique, que parce que l’on suppose à tort qu’elle ne fait de mal à personne », le colloque a fait apparaître qu’il faut d’abord être en mesure de trancher le genre de questions que l’on vient d’évoquer pour qu’un tel verdict puisse être prononcé, et que le cœur du travail philosophique sur la causalité réside dans le traitement précis de ces questions.

Programme

Introduction
Claudine Tiercelin, Collège de France

Causation in the Quantum World – A New Case for the Paris Option ?
Huw Price, Trinity College, University of Cambridge

Experience, Causal Productivity and the Temporal Arrow
L.A. Paul, University of North Carolina, Chapel Hill

Possible Causation
Sara Bernstein, Duke University

Causal Reality : One Thing, Two Aspects
Michael Strevens, New York University

Understanding Causation by Way of Failure
Stephen Mumford, University of Nottingham

Causal Powers, Causal Relations and Causal Explanation
Claudine Tiercelin, Collège de France

Discussion
Claudine Tiercelin, Collège de France

Development, Information and Causation
Thomas Pradeu, Université de Paris-Sorbonne

Difference-Making and Causal Exclusion : Is There Still a Problem ?
Helen Beebee, University of Manchester

Causation : New Arguments for the Counterfactual Theory of Causation
Paul Noordhof, University of York

Why Think Causally ?
Brad Weslake, University of Rochester

Actual Causation, Causal Paths, and Plans
Christopher Hitchcock, California Institute of Technology

Interventionism Defended : Methodology, Circularity, and Truth Conditions
James Woodward, University of Pittsburgh

General Discussion
Claudine Tiercelin, Collège de France

Retrouvez les vidéos du colloque sur le site www.college-de-france.fr, à la page du professeur.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Mouvements de l’air rencontrant une surface courbe inclinée, chronophotographie sur plaque fixe, Étienne-Jules Marey, 1901
Crédits © DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Chevalier, Benoit Gaultier et Claudine Tiercelin, « La philosophie de la causalité  », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1825

Haut de page

Auteurs

Claudine Tiercelin

Métaphysique et philosophie de la connaissance

Articles du même auteur

Benoit Gaultier

Articles du même auteur

Jean-Marie Chevalier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page