Navigation – Plan du site
Chaires

« Impossible de répudier le legs génétique de nos parents »

Entretien avec Edith Heard
Catherine de Lange
Traduction de Liz Libbrecht
p. 26-27
Référence(s) :

Source : The Observer, dimanche 23 juin 2013, © Guardian News & Media Ltd 2013. Repris dans Collège de France Newsletter, n° 8, p. 30-31

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Edith HeardAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1Edith Heard fait partie de ces personnes qui veulent tout réparer. À commencer peut-être par la renommée de son domaine : l’épigénétique.

2Récemment, lors d’un colloque scientifique, le codécouvreur de la structure de l’ADN, James Watson, attaqua violemment et ouvertement ce secteur de recherche à la mode, avec son franc-parler habituel : « On sert l’épigénétique à toutes les sauces ». Aussi étonnant que cela paraisse, E. Heard, tout en consacrant sa carrière à l’épigénétique, aurait tendance à partager son point de vue, certes avec d’autres mots et dans une certaine mesure seulement. « J’ai le sentiment que le public veut croire que l’épigénétique va résoudre nos problèmes génétiques. Qu’elle pourrait, en quelque sorte, annihiler ce que nous avons hérité, d’un point de vue génétique, de nos parents », explique-t-elle. « Pour moi, c’est une illusion ».

3E. Heard dirige l’unité de génétique et biologie du développement à l’Institut Curie de Paris. Si le battage médiatique autour de sa spécialité la préoccupe, c’est sûrement parce qu’elle l’a vu propulsée sur le devant de la scène au fil de sa carrière. Étudiante, E. Heard n’en avait jamais entendu parler. « L’épigénétique n’était pas à l’ordre du jour ».

4Ayant grandi à Londres, ce n’est que dans les années 1980, pendant ses études de sciences naturelles à Cambridge, que son attention se porte vers la biologie. À l’époque, la biologie moléculaire faisait des pas de géant, notamment en ce qui concerne notre compréhension du développement précoce, de la formation des embryons et de la façon dont ils sont contrôlés par les gènes. « J’avais vraiment l’impression qu’il y avait de l’effervescence dans l’air… C’était une de ces révolutions scientifiques dont tout le monde parlait », dit-elle.

Edith Heard

Patrick Imbert – Collège de France

  • 1 Fonds impérial pour la recherche contre le cancer

5Poussée par un talent indéniable pour la biologie, et par le besoin de rendre sa science « utile », E. Heard se lance dans un doctorat de recherche en cancérologie à l’Imperial Cancer Research Fund 1de Londres. C’est là qu’elle observe pour la première fois un phénomène épigénétique à l’œuvre. « Je m’aperçus qu’une grande pagaille régnait dans les cellules cancéreuses… L’ADN ne suffisait pas à expliquer tous les changements qui s’opéraient ».

6C’est justement ce qui commence aujourd’hui à stimuler l’imagination des médias et du public. L’épigénétique, l’idée que des changements persistants peuvent survenir sur des gènes sans en modifier la séquence ADN, est devenue non seulement un mot branché, mais également un antidote contre le déterminisme génétique du début du XXIe siècle. C’est, en grande partie, grâce aux efforts du Projet Génome Humain que l’ADN fut alors considéré comme « le code de la vie ». L’épigénétique, en revanche, nourrit l’espoir séduisant que notre code génétique serait plus qu’un guide rudimentaire pouvant être revu et modifié, par exemple, par l’activation ou la désactivation de certains gènes.

7Si cela ne fait aucun doute (et les scientifiques, tout comme E. Heard, commencent tout juste à réellement comprendre les mécanismes impliqués), on a fait grand cas de l’idée que de tels changements puissent être provoqués par l’environnement et transmis aux générations futures. C’en est trop, proteste E. Heard. « Les gens vont raconter que l’épigénétique englobe toute influence environnementale pouvant modifier les schémas d’expression de nos gènes. Et de là, ils en concluent qu’en réalité ce que l’on mange, boit, voire même ce que l’on respire, aura non seulement une influence sur notre propre organisme, mais peut-être même sur celui de nos enfants et petits-enfants ». Cela peut arriver chez les plantes ou les petits organismes, mais chez l’homme, « aucune évidence concluante ne permet de dire que l’on peut hériter de cela sur plusieurs générations. C’est exagéré », s’indigne-t-elle.

8Son désir d’être témoin des vrais processus de l’épigénétique, mais aussi des raisons plus personnelles, la conduisent à Paris : la biologie n’était pas la seule à occuper ses pensées à Cambridge, E. Heard s’était éprise d’un doctorant français. Un heureux hasard voulut que Paris abrite l’Institut Pasteur ainsi que l’un des principaux laboratoires cherchant à élucider l’énigme d’une manifestation fondamentale de l’épigénétique : l’inactivation du chromosome X.

9Découvert en premier lieu par la Britannique Mary Lyon en 1961, l’inactivation de l’X est le processus selon lequel le chromosome X se trouve réduit au silence au cours du développement de la femme, puisqu’elle en possède deux, tandis que l’homme n’en possède qu’un. Il en va de la survie de l’individu et cela constitue un des exemples les plus clairs de l’épigénétique : les gènes sont tous présents, intacts et dans le bon ordre séquentiel  ; toutefois, seule la moitié est nécessaire. Une partie se trouve donc réduite au silence. Ce changement persiste d’une division cellulaire à une autre. « Personne n’a jamais vraiment compris comment cela fonctionne », explique E. Heard. « Voilà donc ce qui m’a occupée à Paris pendant les neuf années suivantes ».

10Ce qu’elle voulait plus précisément découvrir, c’était pourquoi l’un des chromosomes X restait silencieux tandis que l’autre était actif, et ce, alors qu’ils partageaient le même noyau cellulaire. Leur position dans le noyau était-elle liée à ces changements épigénétiques ? « Je me suis rendu compte qu’il serait impossible de savoir exactement ce qu’il se passe si l’on ne regardait pas à l’intérieur même de chaque cellule ».

11Il lui fallait observer le phénomène épigénétique en pleine action. Après avoir ouvert son propre laboratoire à Paris, E. Heard entreprend d’élaborer de nouvelles techniques permettant de repérer l’ADN grâce à des colorants fluorescents. Ses efforts sont récompensés. Quelques mois plus tard, « il devint évident que des choses extraordinaires étaient en train de se passer, des choses que l’on n’aurait jamais pu imaginer ». Pour la première fois, elle put voir exactement où et quand avait lieu l’inactivation de l’X, ce qui permit de faire des découvertes considérables, dont le fait que l’inactivation de l’X ne se produit pas une, mais deux fois, au cours du développement : d’abord dans l’ensemble des cellules désignées comme responsables de la construction du placenta, puis de nouveau dans certaines cellules, envoyées pour former l’embryon. « Je me souviens m’être sentie comme prise de vertiges : je n’arrivais pas à croire que c’était effectivement comme ça que ça se passait ».

12Cette découverte a des implications énormes pour la recherche sur les cellules souches, qui se consacre en grande partie à faire revenir à son état embryonnaire des cellules dont la fonction a déjà été désignée. « C’était incroyable car cela démontrait cette plasticité. Prenons une cellule qui a déjà pris toute sorte de décisions apparemment stables et pourtant, elle peut toutes les annuler en deux cycles cellulaires ».

13La compréhension des processus complexes que recèle l’épigénétique fait germer l’espoir de pouvoir soigner des maladies telles que le cancer. À cet égard, E. Heard estime que son domaine de spécialisation mérite une partie de la publicité dont elle jouit, puisqu’il pourrait, à l’aide de médicaments épigénétiques, permettre de modifier l’action de nos gènes, surtout lorsqu’ils se dérèglent pour former des tumeurs. « Aujourd’hui, la grande question est de savoir à quel point les changements qui ont lieu dans le cas du cancer sont effectivement d’ordre épigénétique ».

14E. Heard rappelle néanmoins que même des changements épigénétiques pourraient avoir une racine génétique. « Même nos changements épigénétiques sont d’origine génétique. Le code génétique est le code, le seul code ». Mais à l’heure actuelle, avec l’épigénétique, « les gens ont l’espoir que des prières les préserveraient de gènes défectueux ».

15En somme, comment E. Heard compte-t-elle résoudre ce problème ? Elle espère que sa nomination en qualité de professeure au Collège de France et à la Royal Society Fellowship lui apportera de l’aide. Son rôle en France est particulièrement important, nous informe-t-elle, puisqu’elle doit donner neuf cours magistraux publics par an sur son domaine de prédilection. « C’est notre devoir en tant que scientifiques de transmettre les bons messages. Je ne veux pas dire que l’épigénétique n’est pas passionnante… Mais il existe un fossé entre fait et imaginaire. Maintenant, les faits doivent être mis à jour ».

Haut de page

Notes

1 Fonds impérial pour la recherche contre le cancer

Haut de page

Table des illustrations

Légende Edith Heard
Crédits Patrick Imbert – Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1801/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine de Lange, « « Impossible de répudier le legs génétique de nos parents » », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1801

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page