Navigation – Plan du site
Histoire

Édouard Laboulaye et la Statue de la Liberté : l’élaboration de l’expérience démocratique

Stephen W. Sawyer
Traduction de Marc Kirsch
p. 53-55
Cet article est une traduction de :
Édouard Laboulaye and the Statue of Liberty: Forging the Democratic Experience

Entrées d’index

Mots-clés :

démocratie
Haut de page

Texte intégral

Portrait d’Édouard Laboulaye, Collège de France.

  • 1  René Rémond, Les États-Unis devant l’opinion française, 1815-1852, Paris, PUF, 1962.
  • 2  É. Laboulaye, « Pourquoi le Nord ne peut accepter la séparation », in E. Laboulaye, L’État et ses (...)

1Du Traité de Paris au « bonjour » lancé par Barack Obama à la fin de sa première conférence de presse, les États-Unis et la France ont noué une amitié qui fut au cœur de l’expérience démocratique. René Rémond, éminent historien français, a mis en exergue les trois Français qui, aux côtés de nombreuses grandes figures américaines, de Benjamin Franklin à Thomas Jefferson, ont consacré leurs efforts à cette longue amitié. Des années 1770 aux années 1830, les relations franco-américaines étaient représentées en France par le marquis de Lafayette, symbole du soutien direct de la France à la création de la République américaine pendant la guerre d’indépendance. Au cours des décennies 1830 et 1840, Alexis de Tocqueville, avec son livre De la démocratie en Amérique, publié en deux volumes en 1835 et 1840, produisit une véritable fascination française pour la nature de la participation politique au sein d’une démocratie américaine remarquablement stable. C’est ensuite Édouard Laboulaye qui, en 1849, commença ses cours sur la constitution américaine dans l’enceinte prestigieuse du Collège de France. La réalisation grandiose de la Statue de la Liberté en 18861 fut la consécration finale de son attachement à la démocratie américaine. Comme ses prédécesseurs, Lafayette et Tocqueville, Laboulaye fut un grand observateur et un fervent partisan de la démocratie américaine. Lafayette avait combattu aux côtés de Washington pendant la guerre révolutionnaire, Tocqueville avait révélé la force de la participation démocratique et Laboulaye mit en lumière l’apport constitutionnel des États-Unis pour les démocraties en mutation. « Puisse au moins [ma] voix trouver des échos dans le pays de La Fayette et prouver aux États-Unis que la France est toujours restée fidèle à l’Amérique et à la Liberté2 ». Cet attachement à défendre, observer et apprendre de la démocratie américaine s’étendit sur plus de cent ans et atteste le projet démocratique qui anime ces deux nations.

2Mais si la Statue de la Liberté demeure le témoignage le plus visible de la longue amitié qui unit ces deux démocraties – symbole non seulement de la démocratie américaine mais des valeurs partagées qui ont animé cette expérience et de la générosité qui l’a nourrie – l’homme qui fut l’artisan de sa création est beaucoup moins connu. Édouard Laboulaye, professeur de législation comparée, qui s’était spécialisé en histoire constitutionnelle américaine, fut, avec le sculpteur Frédéric-Auguste Bartholdi, le personnage clé auquel on doit la Statue de la Liberté. Il usa de sa position à la tête du Collège de France, illustre institution française fondée en 1530, pour donner le jour à un symbole politique qui est toujours vivant aujourd’hui.

3Laboulaye est né en 1811. Il connut une carrière exemplaire qui le conduisit jusqu’aux plus hautes responsabilités académiques et politiques en France. Après des débuts consacrés à l’Histoire ancienne, il fut élu au Collège de France en 1849. L’indépendance du Collège de France par rapport au système universitaire français et la liberté intellectuelle qui a toujours été la marque de cette institution permirent à Laboulaye de donner libre cours à une fascination très novatrice pour les États-Unis.

  • 3  É. Laboulaye, Histoire des États-Unis, Première époque, Préface, p. IV. (Cf. W. D. Gray, op. cit., (...)

4Son étude des États-Unis présentait une originalité : jusqu’en 1848, tous les cours d’histoire en France s’arrêtaient à 1789. En 1848, cette limite fut repoussée à 1814. De ce fait, jusque vers la fin des années 1840, les États-Unis ne figuraient même pas dans les programmes scolaires. Mais Laboulaye, dès qu’il fut nommé au Collège de France, mit à profit la liberté qu’offrait cette institution pour lancer un enseignement sur un sujet qui, il en était convaincu, était de la plus grande importance pour la nation française, qui avait compté elle-aussi parmi les nations fondatrices de l’expérience démocratique à la fin du xviiie siècle. « Nommé professeur, mon devoir était écrit. C’était de faire connaître l’Amérique à la France3 », écrira-t-il plus tard.

La « Liberté éclairant le monde » d’Auguste Bartholdi, qui se trouve au Jardin du Luxembourg à Paris, est le modèle en bronze qui servit à réaliser la statue de New York. Clichés pris au jardin d’acclimation où la statue a été temporairement déplacée en avril-mai 2009, à l’occasion de l’événement « Américains à Paris ».

5Sa première leçon au Collège de France avait pour titre « De la constitution américaine et de l’utilité de son étude » et fut publiée ensuite comme le premier chapitre de son Histoire des États-Unis. Cette entreprise fait de Laboulaye l’un des premiers intellectuels Français à consacrer sa carrière à l’étude des États-Unis. Il suscita un intérêt nouveau pour les États-Unis en attirant à ses cours, dans les années 1860, une assistance sans précédent. À mesure que sa réputation croissait, des Américains de Paris se joignaient au public et aux étudiants français pour suivre ses leçons – les salles de conférence du Collège de France étaient souvent si remplies que certains auditeurs étaient contraints de rester debout ou d’attendre à l’extérieur. C’est Laboulaye qui a fait de l’histoire et de la politique américaine un objet de fascination dans la France du milieu du xixe siècle.

  • 4  Lettre de E. Laboulaye à Francis Lieber, président de la Loyal National League of New York, Paris, (...)

6Tout au long des années 1860, il écrivit sur l’histoire américaine et en particulier sur l’histoire de la constitution américaine. Laboulaye était en contact avec beaucoup des intellectuels américains les plus importants de l’époque, comme George Bancroft, Francis Lieber, William Channing et Horace Mann. Bien qu’il n’ait jamais réellement fait le voyage, son imagination l’emporta jusqu’aux rivages de la Nouvelle Angleterre dans l’une des œuvres les plus lues à cette époque, Paris en Amérique, un livre d’une grande originalité. Grand lecteur de Montesquieu, inspiré par les Lettres persanes, Laboulaye a joué un rôle majeur en révélant l’influence exercée par Montesquieu sur les Pères fondateurs des États-Unis. Son livre est le récit du voyage imaginaire d’un Parisien à la Nouvelle Angleterre. C’est une critique à peine voilée de la politique et de la société françaises et parisiennes à partir d’un point de vue américain. Au cours de ces années, de nombreuses institutions américaines lui décernèrent des distinctions honoris causa – par exemple l’université Harvard, le 20 juillet 1864. Il fut distingué également par la Loyal National League de New York. Lors de la remise de ce prix, il répondit à Francis Lieber, le président de la Ligue : « J’ai reçu dans ma vie beaucoup de brevets et de diplômes d’académies et d’universités, mais aucun témoignage d’estime ne pouvait m’être plus agréable et plus honorable que celui que la Ligue de l’Union a bien voulu m’adresser. Je le garderai pour le laisser à mes enfants, afin qu’ils sachent bien que si le premier article de foi d’un Français est d’aimer la France, le second est d’aimer l’Amérique4. »

7Laboulaye fut l’un des plus grands historiens de la constitution américaine au xixe siècle. Comme beaucoup de ses pairs, il était convaincu que l’on pourrait venir à bout de la dialectique française entre révolution et réaction au moyen d’une constitution fondée sur des principes semblables à ceux de la constitution des États-Unis. Il considérait que seule une constitution écrite de ce genre pourrait servir d’exemple pour les Français. Au moment où le projet démocratique progressait à pas de géant, dans un xixe siècle où se développaient une citoyenneté élargie et de nouvelles formes de pouvoir d’État, Laboulaye présentait une vision de la démocratie américaine dans l’espoir qu’elle pourrait servir de modèle pour la démocratie française. En 1865, il espérait mettre à profit sa notoriété au Collège de France pour bâtir des projets au service du public. Il créa à cette fin la Société Franklin, association fondée sur le projet lancé à l’origine par Benjamin Franklin à partir de son idée de bibliothèques de souscription.

8Mais Laboulaye ne se contentait pas de ces activités publiques. Le projet de la Statue de la Liberté est né lors d’un dîner célèbre donné en 1865 chez Laboulaye à Versailles. La date de ce dîner ne doit rien au hasard, puisque la Statue de la Liberté n’a pas été conçue uniquement pour célébrer l’expérience démocratique commune de la France et des États-Unis, mais aussi pour commémorer la fin de la guerre civile et l’espoir d’une nouvelle ère pour la démocratie américaine.

La « Liberté éclairant le monde » d’Auguste Bartholdi.

  • 5  W. D. Gray, op. cit., p. 114.

9« Le monument de l’Indépendance sera exécuté en commun par les deux peuples associés dans cette œuvre fraternelle comme ils le furent jadis pour fonder l’Indépendance. Nous affirmerons ainsi par un souvenir impérissable l’amitié que le sang versé par nos pères avait scellée jadis entre les deux nations5. »

  • 6  Ibid., p. 129. (Correspondance de Laboulaye, Bartholdi à Laboulaye, Colmar, 8 mai 1871).

10Dès le départ, la Statue de la Liberté avait vocation à témoigner du projet commun initié par Lafayette au cours de la guerre d’Indépendance, et qui avait été renouvelé à chaque étape du xixe siècle. Frédéric-Auguste Bartholdi, qui était déjà acquis au projet d’une statue colossale, y voyait une manifestation de la vision qu’avait Laboulaye de la démocratie américaine : « J’ai relu et relis encore vos œuvres à ce sujet [liberté] et j’espère faire honneur à votre amitié qui me patronnera. Je tâcherai de glorifier la République et la Liberté là-bas6. »

La statue de la Liberté en construction, rue de Chazelles à Paris en 1885, avant son déplacement à New York.

Image d’archives © D.R.

  • 7  Ibid., p. 132.

11Tandis que le projet vacille en raison de la situation politique chaotique de la fin du Second Empire et du début de la Troisième République, Laboulaye le relance une nouvelle fois en créant en 1875 le Comité de l’Union Franco-Américaine, pour lever des fonds. Cette fois, il réunit les familles de ceux qui avaient incarné l’amitié franco-américaine. Étaient membres du comité les descendants des Français qui avaient joué un rôle important dans la Révolution américaine, Lafayette, Rochambeau et Noailles, ainsi que le frère d’Alexis de Tocqueville. Ces grandes figures incarnaient les idéaux partagés dont la Statue de la Liberté devait être porteuse. Laboulaye avait de hautes ambitions. La France venait de subir une cuisante défaite à l’issue de la guerre franco-prussienne. Elle avait dû céder à l’Allemagne une grande partie de deux de ses régions les plus riches, l’Alsace et la Lorraine, et était forcée de payer à ce pays des réparations au début des années 1870. Aussitôt les réparations acquittées, Laboulaye lança une campagne pour lever des fonds, s’efforçant de convaincre ses compatriotes de s’associer à ce présent offert aux États-Unis et de témoigner ainsi de leur vision démocratique commune. L’objectif initial était d’atteindre en 1876 une somme suffisante pour pouvoir annoncer le projet dans les temps afin qu’il coïncide avec le centième anniversaire de la déclaration d’Indépendance. Mais dans un contexte de difficultés économiques et d’absence de tradition philanthropique solide en France, la tâche allait devenir herculéenne. Les fonds ne furent réunis qu’en 1880, grâce à la ténacité de Laboulaye. Ainsi, le projet avait pris corps et le site de construction, proche de l’Arc de Triomphe, devint une véritable attraction touristique. Après sa visite en 1877, le président Grant, l’un des nombreux américains qui se rendirent sur le chantier, adressa à Laboulaye une lettre de soutien. Celui-ci fit au président la réponse suivante : « votre visite a été une sorte de consécration du monument qui doit attester aux générations les plus lointaines l’amitié de la France et des États-Unis7 ».

La statue de la Liberté dans les ateliers Gaget-Gauthier, rue de Chazelles, par Victor Dargaud, xixe siècle.

Image d’archives © CAG du musée Carnavalet, Paris.

  • 8  Ibid., p. 58. (Extrait de la Leçon inauguralede Laboulaye au Collège de France, 4 déc 1849, publié (...)

12L’image de « La Liberté éclairant le monde » est issue d’un idéal commun à Laboulaye et à des historiens américains du dix-neuvième siècle et selon lequel la démocratie est une vision partagée. George Bancroft, l’un des fondateurs de l’histoire américaine, ami de Laboulaye, commençait sa monumentale histoire des États-Unis en plusieurs volumes en déclarant que « les États-Unis d’Amérique constituent une part essentielle d’un grand système politique qui englobe toutes les nations civilisées dans le monde. » Laboulaye lui faisait écho lorsqu’il recommandait « d’étudier la constitution américaine sérieusement, en détail, pour en apprécier le véritable caractère, pour en pénétrer l’esprit, et non pas dans un intérêt purement spéculatif, mais pour en tirer une instruction efficace, une règle de conduite, un profit immédiat et certain8. » Comme la référence de Bancroft à un « grand système politique », le souci manifesté par Laboulaye d’apprendre du modèle américain et son insistance généreuse à témoigner d’une expérience commune du gouvernement démocratique en soutenant la Statue de la Liberté suggéraient que ni l’Europe, ni les États-Unis ne pouvaient se targuer du monopole de l’expérience démocratique. Alors comme aujourd’hui, la démocratie était un projet commun à bâtir de concert.

Haut de page

Notes

1  René Rémond, Les États-Unis devant l’opinion française, 1815-1852, Paris, PUF, 1962.

2  É. Laboulaye, « Pourquoi le Nord ne peut accepter la séparation », in E. Laboulaye, L’État et ses limites, p. 391, cité par Walter Dennis Gray, Interpreting American democracy in France : the career of Édouard Laboulaye, 1811-1883, Newark, University of Delaware Press, 1994, p. 83.

3  É. Laboulaye, Histoire des États-Unis, Première époque, Préface, p. IV. (Cf. W. D. Gray, op. cit., p. 55).

4  Lettre de E. Laboulaye à Francis Lieber, président de la Loyal National League of New York, Paris, 31 juillet 1863 (Correspondance de E. Laboulaye, Lieber Papers, Huntington Library). Cf. Walter Gray, op. cit., p. 86.

5  W. D. Gray, op. cit., p. 114.

6  Ibid., p. 129. (Correspondance de Laboulaye, Bartholdi à Laboulaye, Colmar, 8 mai 1871).

7  Ibid., p. 132.

8  Ibid., p. 58. (Extrait de la Leçon inauguralede Laboulaye au Collège de France, 4 déc 1849, publiée dans le

volume intitulé De la constitution américaine et de l’utilité de son étude : discours prononcé, le 4 décembre 1849, à l’ouverture du cours de législation comparée / par M. Édouard Laboulaye, Paris, impr. de Hennuyer, 1850.)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Portrait d’Édouard Laboulaye, Collège de France.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/180/img-1.png
Fichier image/png, 122k
Légende La « Liberté éclairant le monde » d’Auguste Bartholdi, qui se trouve au Jardin du Luxembourg à Paris, est le modèle en bronze qui servit à réaliser la statue de New York. Clichés pris au jardin d’acclimation où la statue a été temporairement déplacée en avril-mai 2009, à l’occasion de l’événement « Américains à Paris ».
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/180/img-2.png
Fichier image/png, 115k
Légende La « Liberté éclairant le monde » d’Auguste Bartholdi.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/180/img-3.png
Fichier image/png, 330k
Légende La statue de la Liberté en construction, rue de Chazelles à Paris en 1885, avant son déplacement à New York.
Crédits Image d’archives © D.R.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/180/img-4.png
Fichier image/png, 149k
Légende La statue de la Liberté dans les ateliers Gaget-Gauthier, rue de Chazelles, par Victor Dargaud, xixe siècle.
Crédits Image d’archives © CAG du musée Carnavalet, Paris.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/180/img-5.png
Fichier image/png, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, juin 2008, p. 53-55. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Stephen W. Sawyer, « Édouard Laboulaye et la Statue de la Liberté : l’élaboration de l’expérience démocratique », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/180

Haut de page

Auteur

Stephen W. Sawyer

Historien, spécialiste de l’histoire des politiques urbaines en France et aux États-Unis, American, University of Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page