Navigation – Plan du site
Actualités

Cycle de conférences 2014-2016

Jean-Louis Cohen (New York University)
John SCHEID
p. 25

Texte intégral

1Le commencement, au mois de mai, des cours du professeur invité Jean-Louis Cohen (New York University), ouvre une nouvelle page dans l’histoire des enseignements du Collège de France.

2Le nouveau dispositif augmente la liberté d’action du Collège de France. Nous pouvons ainsi inviter au Collège de France pour un enseignement relativement long des professeurs qui ne souhaitent pas renoncer à leur position permanente dans une autre institution et ne peuvent ainsi pas occuper une chaire permanente. Il peut arriver que le Collège de France souhaite s’attacher l’enseignement de ces professeurs pendant plusieurs années.

3Deux ou trois années consécutives permettent en effet de développer un enseignement. Les chaires annuelles dont le Collège de France dispose ne permettent pas toujours de satisfaire cette volonté. Car ces chaires sont soumises, comme les chaires permanentes, aux règles de la fonction publique, et excluent par exemple des invités qui auraient atteint la limite d’âge de la fonction publique. Les professeurs invités ne sont pas soumis à ces règles qui nous interdisent, par exemple, d’inviter pour un enseignement consistant des personnalités célèbres qui auraient dépassé la limite d’âge. D’autre part, la durée des enseignements donnés sur les chaires annuelles est limitée à un an, ce qui peut paraître trop court pour développer un projet d’enseignement plus large. Les chaires annuelles sont adaptées à une mise au point sur un problème précis, sur une tendance actuelle de la recherche, mais non sur le développement d’un thème plus large. De ce fait, les postes de professeur invité offrent éventuellement à des collègues étrangers ou français l’opportunité de se consacrer dans le détail à un élément de leurs recherches, qu’ils n’auraient pas la possibilité de développer avec la même ampleur dans leurs activités permanentes.

Programme des cours de Jean-Louis Cohen pour l’année 2014
• 21 mai, 17h : Architecture, modernité, modernisation
• 27 mai, 17h : Réforme sociale et modernité
• 04 juin, 17h : Guerre et reconstructions
• 11 juin, 17h : Langages et techniques de la haute croissance
• 18 juin, 17h : Les programmes de la modernisation
• 25 juin, 17h : Catharsis et renouveau

Colloque le lundi 23 juin 2014
L’architecture moderne, promesse ou menace ?

Jean-Louis Cohen

© G. Gaudet

4Jean-Louis Cohen est architecte et historien, auteur de multiples travaux sur l’architecture et les villes du XIXe siècle à aujourd’hui.

5Docteur en histoire de l’art et habilité par l’EHESS, Jean-Louis Cohen a dirigé le programme de recherche architecturale du Ministère de l’Équipement (1979-1983), avant d’occuper une chaire de recherche à l’École d’architecture Paris-Villemin (1983-1996), puis la chaire d’Histoire des villes à l’Institut français d’urbanisme de l’université de Paris 8 (1996-2005). En 1994, il a été nommé Sheldon H. Solow Professor in the History of Architecture à l’Institute of Fine Arts de New York University. Le ministère de la Culture lui a confié en 1997 la création de la Cité de l’architecture et du patrimoine, où il a dirigé l’Institut français d’architecture et le Musée des monuments français jusqu’en 2003. Jean-Louis Cohen a conçu et réalisé de nombreuses expositions, parmi lesquelles The Lost Vanguard, au Museum of Modern Art de New York (2007)  ; Scènes de la vie future et Architecture en uniforme, au Centre canadien d’architecture de Montréal (1995 et 2011). Au Centre Georges Pompidou, il a été responsable de l’architecture pour Paris- Moscou (1979) et conseiller scientifique pour L’aventure Le Corbusier (1987). En 2014, son exposition Le Corbusier, an Atlas of Modern Landscapes sera présentée à Barcelone et à Madrid, et il sera commissaire du pavillon de France à la Biennale d’architecture de Venise.

6En 2014, son cours considérera les conjonctures de l’architecture en France depuis le début du XXe siècle dans le champ européen et dans celui des politiques coloniales. Au centre de la réflexion figureront les tensions entre les institutions et les professions, et entre les esthétiques et les usages. L’hypothèse proposée est que les structures constitutives de la modernité dans un périmètre français sont marquées, jusque dans les laboratoires coloniaux, par la rencontre récurrente entre des politiques publiques extrêmement puissantes et le « tempérament constructif » propre à la France identifié dès 1928 par Sigfried Giedion. Nombre d’épisodes sont marqués par cette rencontre, comme les programmes de la loi Loucheur, ceux des trois reconstructions (1918, 1940 et 1945), ou ceux de la politique des grands ensembles. Les deux guerres sont loin d’être des moments de stase et par ailleurs les frontières sont poreuses : la réception des modèles, des formes, et des techniques venues d’Angleterre, d’Allemagne ou des États-Unis n’a pas cessé, la France exportant aussi ses expériences bien au-delà de ses territoires métropolitains.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jean-Louis Cohen
Crédits © G. Gaudet
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1798/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John SCHEID, « Cycle de conférences 2014-2016 », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1798

Haut de page

Auteur

John SCHEID

Vice-Administrateur du Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page