Navigation – Plan du site
Actualités

Le Collège de France : 1973, 1993, 2013

Retour sur les documentaires de Marcel Bluwal
Antoine Compagnon  et Céline SURPRENANT
p. fr
Traduction(s) :
The Collège de France: 1973, 1993, 2013

Texte intégral

Pr Antoine Compagnon Afficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1Marcel Bluwal a réalisé deux documentaires sur le Collège de France, le premier en 1973 pour l’ORTF, dans le cadre d’une série d’émissions intitulées « Signe des temps », et diffusées entre 1972 et 1974, le deuxième tourné en 1993 et produit pour l’INA. Regards portés sur les professeurs, les auditeurs, les personnels, les bâtiments et sur les rues environnantes, ces films sont une mine d’information sur des périodes marquantes de l’histoire de l’institution.

2En 1973, huit nouveaux professeurs avaient été nommés, dont Jacqueline de Romilly (La Grèce et la formation de la pensée morale, 1973-1984), première femme élue professeur au Collège de France. Quant à 1993, qui voit des transformations de chaires presque aussi nombreuses qu’en 1973, c’est l’année où débute la rénovation du site Marcelin-Berthelot du Collège de France, dont la dernière phase se termine aujourd’hui, avec l’inauguration de l’Institut de physique et de l’Institut de chimie, installés dans le bâtiment de l’architecte Guilbert, construit dans les années 1930.

De gauche à droite : Antoine Compagnon, Marcel Bluwal, Jacques Glowinski, Pierre Corvol, John Scheid, Claudine Tiercelin et Alain Prochiantz

3En 1973, le réalisateur « partait à l’assaut du Collège », en promenant sa caméra dans les amphithéâtres, la salle des Assemblées, les laboratoires, les cours intérieures, dans le bureau de l’Administrateur occupé par Étienne Wolff (et par André Miquel en 1993), avec qui il s’entretenait sur la pérennité des traditions du Collège. L’influence du structuralisme est le fil conducteur de la première émission, réalisée peu après les remous de 1968, dans les bâtiments alors « vétustes » du Collège. Marcel Bluwal mettait en scène l’opposition de la « structure » et de « l’histoire », à travers les paroles du mathématicien André Lichnerowicz et de celles de l’historien Georges Duby, ou de l’anthropologue Claude Lévi-Strauss dont le Laboratoire d’anthropologie sociale avait été fondé en 1960. À travers cette opposition – et la dialectique marxiste qu’elle sous-tendait – se profilait le débat, qui est au cœur de la période, sur l’engagement du savant et de la science ou non dans « le siècle ».

4En 1993, l’alternative structure/histoire, qui agitait les esprits dans les années 1970, et que le réalisateur s’était plu à accentuer, n’est plus tout à fait actuelle, comme le suggère le mathématicien Alain Connes, longuement interviewé, qui critique avec humour l’usage des modèles mathématiques dans les sciences humaines, en particulier par le psychanalyste Jacques Lacan. Est maintenant en jeu la « transdisciplinarité », principe d’organisation du Collège de France, bien avant qu’il ne devienne à la mode à l’époque du film. On y découvre des personnalités, et des approches distinctes du travail scientifique.

Le Pr Pierre-Gilles de Gennes, dans le documentaire de Marcel Bluwal en 1973

5Les physiciens Claude Cohen-Tannoudji et Pierre-Gilles de Gennes parlent respectivement du « plaisir » comme moteur de la recherche et du rôle public des savants après la chute du mur de Berlin, Jean-Marie Lehn, de la manière dont le chimiste « sculpte » la matière, l’historien Paul Veyne de la liberté dont jouissent les professeurs pour se donner entièrement à leurs travaux. S’articulait ici une défense de la recherche fondamentale, qui est restée tout aussi impérative chez les professeurs actuels du Collège qu’en 1993. Se dégage également de ces deux films le désir de comprendre ce qu’est le Collège de France, qui devient sous l’œil du réalisateur, un objet de recherche à part entière.

6Vingt ans après le dernier film, il a semblé opportun d’organiser une nouvelle rencontre entre les professeurs du Collège et le réalisateur, afin de revenir sur certaines questions toujours brûlantes, dans le cadre du projet de recherche sur l’histoire des disciplines au Collège de France (« Passage des disciplines »), dirigé par Antoine Compagnon, en collaboration avec Céline Surprenant. Plutôt qu’une émission de télévision, une table-ronde, animée par Antoine Compagnon, a réuni M. Marcel Bluwal, Mme Claudine Tiercelin, et MM. Pierre Corvol, Jacques Glowinski, John Scheid et Alain Prochiantz, au cours de laquelle plusieurs séquences d’extraits du documentaire de 1993, lui-même incluant des extraits de l’émission de 1973, ont été présentées. Occasion a ainsi été donnée de rendre hommage à Marcel Bluwal, observateur attentif du Collège de France, pionnier de la télévision française pour avoir réalisé, outre des documentaires, de nombreuses et anthologiques adaptations d’œuvres romanesques et théâtrales (voir filmographie en encadré).

7Le réalisateur a ouvert le débat en éclairant sa « position de distingué amateur », figurant de dos dans les entretiens avec les professeurs. « Je suis une espèce de truchement » dit-il, pour « montrer » que la télévision est une chose médiate, qu’il « n’y a pas de contact direct à travers l’image d’une personnalité et du public ». Il s’institue « spectateur », tout en orchestrant l’opposition de points de vue divergents, par exemple, ceux du sociologue Pierre Bourdieu et de l’historien de la littérature Marc Fumaroli, ou en ce qui concerne la diffusion des cours ou l’élargissement des publics. Marcel Bluwal a en quelque sorte maintenu ce rôle pendant la table ronde, en interrogeant les professeurs sur le secret de certaines pratiques réputées du Collège, telles que le huis-clos des Assemblées, où se tient l’élection des professeurs. Les participants ont tantôt exprimé leurs émotions face à des images anciennes du Collège, évoqué leur premiers moments dans l’institution, tantôt parlé de la « difficulté d’être du Collège », car il est bâti en individualités et en une somme de disciplines, qui ne se sont pas toujours harmonisées. Les témoignages de leur prédécesseurs ont suscité chez les professeurs une réflexion sur le « sujet de la science » et du langage, qui accompagne toutes découvertes scientifiques, mais que l’on a eu tendance à minimiser face à un certain modèle mathématique qui a longtemps déterminé l’image de la science. C’est la perméabilité des scientifiques à « ce qui se passe dans le monde, dans la société » qui était et qui est toujours en jeu, ont-ils affirmé. Il a été question de la pertinence de l’opposition entre les sciences humaines et les sciences dures, dont les films fixent une image maintenant révolue, toujours selon les participants.

8Enfin, que ce soit par le rappel de l’histoire récente des « Grands Travaux » qui ont mené au Collège actuel, ou par la mise en avant de questions philosophiques sur l’exercice de la science, la table ronde a permis de renouveler la rencontre entre un réalisateur, chercheur par les images, et des scientifiques autour d’un objet – le Collège de France – dont l’histoire reste encore largement inédite.

Marcel Bluwal
Né à Paris en 1925, Marcel Bluwal est un auteur, metteur en scène et surtout, un des réalisateurs les plus prolifiques de la télévision française. Il s’est illustré dans tous les genres, en particulier dans de nombreuses adaptations d’œuvres littéraires et théâtrales classiques dont :
Le Mariage de Figaro (1961)
Don Juan ou le Festin de Pierre (1965)
Les jeux de l’amour et du hasard (1967)
La double inconstance (1968)
Les Misérables (1972)
Les Indes Noires (1964)
Il a réalisé les premières séries de l’ORTF, dont la série L’Inspecteur Leclerc (1962), Vidocq (1967) et Les Nouvelles Aventures de Vidocq (1971). Plus récemment, outre des œuvres littéraires, il a tourné des documentaires, Les Ritals (1991), À droite toute (2009).

Pour de plus amples informations sur ces documentaires, voir le site Internet de l’INA : www.ina.fr

Haut de page

Table des illustrations

Légende De gauche à droite : Antoine Compagnon, Marcel Bluwal, Jacques Glowinski, Pierre Corvol, John Scheid, Claudine Tiercelin et Alain Prochiantz
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1790/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Légende Le Pr Pierre-Gilles de Gennes, dans le documentaire de Marcel Bluwal en 1973
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1790/img-2.png
Fichier image/png, 797k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Compagnon  et Céline SURPRENANT, « Le Collège de France : 1973, 1993, 2013 », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1790

Haut de page

Auteurs

Antoine Compagnon 

Littérature française moderne et contemporaine : Histoire, critique, théorie

Céline SURPRENANT

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page