Navigation – Plan du site
Actualités

Grand prix Inserm

Extraits du discours prononcé le 2 décembre 2013 au Collège de France
Stanislas Dehaene
p. 21
Traduction(s) :
INSERM Grand Prize

Texte intégral

Pr Stanislas DehaeneAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1« Je me sens particulièrement heureux de recevoir aujourd’hui ce grand prix de l’INSERM, puisque c’est au sein de cet institut (avec l’appui indispensable du CEA et, depuis huit ans, du Collège de France) que j’ai mené toute ma carrière de chercheur.

2Voici presque un quart de siècle, l’INSERM me recrutait comme chargé de recherche 2e classe. J’avais tout juste 24 ans, je venais de passer ma thèse, je n’avais pas encore fait de post-doctorat, ce qui serait tout-à-fait inconcevable aujourd’hui… Toute ma gratitude va aux chercheurs qui m’ont si tôt témoigné leur confiance, et au premier chef Jean-Pierre Changeux et Jacques Mehler, qui ont encadré mes travaux de thèse à l’interface entre les neurosciences et la psychologie cognitive.

3En 1996, j’ai rejoint le service hospitalier Frédéric Joliot du CEA pour y fonder une équipe INSERM dédiée aux mécanismes cérébraux des fonctions cognitives humaines. Grâce à l’imagerie cérébrale, combinée aux méthodes de la psychologie cognitive, nous avions toute liberté d’explorer les idées les plus audacieuses. C’est ainsi que Lionel Naccache et moi avons tenté, pour la première fois, de mesurer les traces cérébrales de stimuli invisibles, des images subliminales. Première mesure d’une activité cérébrale inconsciente : des chiffres invisibles traversaient le système visuel, activaient le sens des quantités dans la région pariétale, et biaisaient même les décisions dans le cortex moteur – tout cela sans conscience.

4Aiguillonné par cette découverte, je lance alors un programme de recherche afin de contraster l’activité cérébrale évoquée par des images conscientes et non-conscientes, minimalement différentes. Nous découvrons qu’une intense activation du cortex préfrontal et de ses réseaux cérébraux accompagne la prise de conscience d’une information sensorielle. La conscience apparait comme un état de communication massive dans le cerveau : lorsqu’une information atteint un certain niveau de représentation, des connexions à longue distance la rendent disponible à tout le cortex. Ce que nous appelons « conscience » n’est peut-être rien d’autre que la disponibilité d’une information dans cet espace de travail neuronal global.

5Aujourd’hui, grâce à l’IRM, à l’EEG, à la magnéto-­encéphalographie, grâce au centre NeuroSpin issu de l’audace visionnaire d’André Syrota et de Denis Lebihan, la quête des « signatures cérébrales de la conscience » progresse très vite, aiguillonnée par la compétition internationale. Elle conduit désormais à des applications cliniques : avec Jean-Rémi King et Jacobo Sitt, au laboratoire, nous venons d’inventer une mesure mathématique qui, appliquée à l’EEG, est capable de déceler, parmi les patients qui récupèrent d’un coma, ceux qui ont une grande probabilité d’être déjà conscients ou de recouvrer très prochainement la conscience.

6Je n’oublie pas le Collège de France, qui m’élut professeur en 2005 sous la direction de Jacques Glowinski, puis de Pierre Corvol et aujourd’hui Serge Haroche. Impressionnant, intimidant Collège de France, qui grandit quiconque y est appelé – contraint à créer un cours nouveau chaque année, une vaste synthèse de la recherche en train de se faire, un enseignement de référence que tous pourront voir ensuite pendant des années sur internet. Choyé comme il l’est dans ces locaux, par une équipe du plus haut niveau, le professeur ne peut que se sentir porté à donner le meilleur de lui-même.

7Mes pensées vont, enfin, à tous les membres de mon laboratoire, l’Unité de neuroImagerie cognitive de l’INSERM, du CEA et de l’université Paris Sud, que je dirige depuis presque 12 ans. Tout le monde sait qu’aucune recherche ne se fait seul, mais encore moins l’imagerie cérébrale qui nécessite tout un arsenal de physiciens, d’informaticiens, de mathématiciens, de psychologues, de médecins, d’infirmières, de secrétaires… Nous sommes plus de 50 dans l’unité, et c’est une vraie responsabilité, mais surtout une joie permanente, d’explorer, de jouer, de créer de la science nouvelle ensemble. J’ai plus que jamais conscience de l’opportunité extraordinaire qu’il y a à mener ces recherches sur le cerveau humain au cours de ces décennies clés où tout s’ouvre, au point que la boite crânienne en devient presque transparente. Merci à toute l’équipe qui travaille avec moi depuis si longtemps, trop nombreux pour être nommés, mais à qui je dédie ce grand prix INSERM. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stanislas Dehaene, « Grand prix Inserm », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1786

Haut de page

Auteur

Stanislas Dehaene

Psychologie cognitive expérimentale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page