Navigation – Plan du site
Dossier : deux nouveaux instituts au Collège de France

Le Centre interdisciplinaire de recherche en biologie

Alain PROCHIANTZ
p. 18-20
Traduction(s) :
The Centre for Interdisciplinary Research in Biology

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le Centre interdisciplinaire de recherche en biologie, ou CIRB, est une unité mixte de recherche dont les tutelles sont le Collège de France, l’INSERM et le CNRS.

2Il est né de la volonté de créer sur le site Marcelin-Berthelot une structure de recherche dynamique et attractive. En effet, à la suite de l’ouverture de nouvelles surfaces dédiées à la recherche, on ne pouvait en 2009, date de la mise en place d’une gouvernance préfigurant la création du CIRB, faire l’impasse sur la nécessité d’attirer des équipes capables de mener une recherche biologique de haut niveau sur le site Marcelin-Berthelot du Collège de France.

3Les principes de l’organisation du CIRB qui regroupe aujourd’hui 18 équipes sont les suivants. À l’exception des équipes dirigées par les professeurs titulaires en activité et des équipes de chaire en nombre limité, les équipes sont recrutées sur appel d’offre international et par un conseil scientifique lui-même international. Ces appels d’offre sont soit ouverts à toutes les disciplines, soit thématiques si cela a été jugé pertinent dans le cadre de la politique scientifique du centre. Un jeune chercheur du centre peut accéder à la fonction de responsable d’équipe, mais cela doit être accepté par le conseil scientifique international ou suivre une évaluation internationale récente.

Patrick Imbert – Collège de France

4En général, un appel d’offre suscite environ 40 candidatures dont une dizaine sont sélectionnées par les responsables d’équipe déjà en place pour une audition par le conseil scientifique. Les séminaires d’audition sont ouverts à tous les membres du CIRB mais la délibération et le classement ne font intervenir que les membres du conseil scientifique international. Celui-ci fournit une liste restreinte au directeur du centre avec un résultat oscillant entre deux et trois recrutements par appel d’offre. Toutes les équipes doivent être adoubées par l’Assemblée des professeurs qui a donc une complète visibilité sur la recherche en biologie menée sur les sites du Collège de France. Les équipes ainsi recrutées sont (et doivent rester) de taille limitée (moins de 10 personnes), avec des responsables âgés de moins de 40 ans au moment de leur recrutement, même si des exceptions peuvent parfois s’imposer. Par ailleurs, les équipes sont accueillies pour une période de quatre années, renouvelable une fois. Le jeune âge des responsables et les résultats acquis après ce passage au Collège de France doivent faciliter l’accueil de l’équipe sortante par un autre centre de recherche.

Exemples d’images obtenues en microscopie à fluorescence, équipe du Pr Alain Prochiantz

Montage photo : France Maloumian

5Attirer de jeunes responsable de très haut niveau, nécessairement courtisés par d’autres centres de recherche au niveau national ou international, nécessite que l’offre faite par le Collège de France soit compétitive. Ce qui signifie une totale indépendance scientifique, l’accès aux outils technologiques les plus récents comme à tous les moyens dont disposent traditionnellement les titulaires de chaires, en particulier les postes d’ATER et de Maître de conférence, ainsi que la possibilité d’organiser des réunions et des colloques sur le site Marcelin-Berthelot. Pour ce qui est du CIRB lui-même, cela impose un fonctionnement démocratique assuré par un conseil des responsables d’équipe délibérant sur tous les aspects de la politique scientifique du CIRB, les décisions étant actées par un vote. Bien entendu, un conseil de laboratoire a été mis en place qui peut intervenir de façon consultative sur la politique mise en œuvre par un bureau constitué du directeur, du directeur adjoint et du secrétaire administratif du CIRB.

6Comme cela a déjà été indiqué, le CIRB est constitué aujourd’hui de 18 équipes indépendantes, rassemblant environ 200 personnes (dont la moitié sur contrat à durée déterminée, principalement des étudiants et post-doctorants) et œuvrant dans différents domaines de la biologie. À ce jour, les domaines couverts sont la cancérologie, les neurosciences, les maladies infectieuses, la recherche cardiovasculaire, la biologie du développement et de la régénération, la biologie cellulaire et la modélisation mathématique. Cette diversité est une richesse, mais elle nécessite des actions facilitant les inter­actions interdisciplinaires. Parmi ces actions on compte :

  • des séminaires réguliers accueillant des collègues extérieurs  ;

  • une présentation hebdomadaire, en anglais, de leurs travaux par des étudiants et post-doctorants à l’adresse de l’ensemble des chercheurs, ingénieurs et techniciens du centre  ;

  • une réunion mensuelle au cours de laquelle un responsable d’équipe expose le travail de son équipe aux autres responsables  ;

  • une retraite qui rassemble l’ensemble des étudiants et post-doctorants (tous les 2 ans  ; deux ont déjà eu lieu). Une retraite de tous les personnels (aussi tous les deux ans) est programmée. Sur le plan financier, le CIRB mutualise 25 % des dotations récurrentes en provenance du Collège de France, de l’INSERM et du CNRS, avoisinant les 950 k€. Les 75 % restants sont partagés entre les équipes, en fonction de leur discipline scientifique et du nombre de personnes composant l’équipe. Les équipes sont aussi financées par des contrats de recherche pour environ 75 % de leur dépense de fonctionnement et 50 % de leur budget consolidé. Ces contrats sont gérés par les responsables d’équipe et les aspects pratiques de cette gestion sont pris en charge par le secrétariat général du CIRB et sa cellule administrative. Les coûts de fonctionnement des plates-formes technologiques (imagerie, animaleries et histologie pour l’essentiel) sont pris en charge par les équipes en fonction de l’utilisation qu’ils en font sous le contrôle des responsables et comités de plate-forme. Les dépenses communes sont votées en conseil des équipes au cours de deux réunions, une en janvier et l’autre en juin. Un prélèvement supplémentaire sur les budgets des équipes peut être décidé, avec vote, en juin de chaque année.

7Le CIRB est localisé sur le site Marcelin-Berthelot et sa politique prend en compte la présence ou l’arrivée de laboratoires de physique et de chimie. C’est le souhait de la direction du CIRB que de développer des interactions fortes avec ces sciences expérimentales. Un moyen de le faire est de recruter des équipes travaillant aux interfaces de ces trois disciplines, comme cela a déjà été réalisé pour les mathématiques à travers le recrutement de deux équipes de mathématiciens intéressés par la biologie et l’accueil, sur les surfaces allouées au CIRB, du professeur Gérard Berry, titulaire de la chaire Algorithmes, machines et langages.

8Par-delà ces interactions sur les sites du Collège de France, le CIRB entretient des relations très étroites avec plusieurs centres et instituts de la Montagne Sainte-Geneviève. Une modalité pratique importante de ces relations est l’existence d’un laboratoire d’excellence (Labex Memolife) qui réunit les équipes du CIRB, celles de l’Institut de biologie de l’école normale supérieure et trois équipes de l’ESPCI. Outre une retraite commune des responsables d’équipe du Labex, ces relations incluent des financements de personnels (post-doctorants, accueil d’étudiants étrangers et quatrième année de thèse), des achats d’équipements communs et le partage de certaines plates-formes technologiques. C’est ainsi que le CIRB a pu faire l’économie de la mise en place des plates-formes de protéomique et de génomique fonctionnelle. Toujours dans le cadre des initiatives d’excellence, les équipes du CIRB ont accès aux appels d’offre lancés par PSL et finançant des travaux conjoints entre équipes de centres de recherche distincts, principalement – pour la biologie – le Collège de France, l’Institut Curie, l’École normale supérieure et l’ESPCI. Concrètement, ces financements Labex et PSL représentent un budget annuel consolidé d’environ 350 k€ pour les équipes du CIRB.

9En tant que directeur du CIRB, je suis parfaitement conscient du changement de gouvernance qu’a pu représenter et représente toujours l’apparition de cette nouvelle structure de recherche sur le site Marcelin-Berthelot. Si avec le professeur Pierre Corvol, précédent administrateur, nous nous sommes engagés dans cette voie, c’est parce qu’elle était imposée par la nécessité de développer au Collège de France une recherche en biologie à la hauteur des locaux mis à sa disposition grâce à l’engagement personnel et passionné du professeur Jacques Glowinski, à la hauteur aussi de l’aura intellectuelle du Collège de France. Les premier pas – le CIRB a été ouvert officiellement en janvier 2011 – sont prometteurs, mais rien n’est définitivement acquis et nous ne devons surtout pas relâcher notre effort, en particulier dans une période rendue très difficile par les restrictions budgétaires qui touchent la recherche fondamentale.

10Mais les équipes du CIRB sont optimistes, non seulement parce nous restons relativement privilégiés par rapport à d’autres institutions, mais aussi parce que notre politique correspond à celle, plus générale, du Collège de France et que nous bénéficions de l’aide et du soutien de la Direction générale des services et de ses directions administratives et techniques spécialisées. Je souhaite donc clore cette brève présentation du CIRB par mes remerciements à l’ensemble des personnels du Collège de France dont nous apprécions chaque jour l’engagement et la compétence.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Patrick Imbert – Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1784/img-1.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Exemples d’images obtenues en microscopie à fluorescence, équipe du Pr Alain Prochiantz
Crédits Montage photo : France Maloumian
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1784/img-2.png
Fichier image/png, 3,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain PROCHIANTZ, « Le Centre interdisciplinaire de recherche en biologie », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1784

Haut de page

Auteur

Alain PROCHIANTZ

Processus morphogénétiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page