Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Où va la philosophie médiévale ?

Extraits de la leçon inaugurale du 13 février 2014
Alain de Libera
p. 7
Traduction(s) :
Where is Medieval Philosophy Going?

Texte intégral

Alain de LiberaAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1On vient au Moyen Âge avec des questions, pour finalement en découvrir d’autres. Après plus de quarante ans d’enseignement et de recherche, j’avoue avoir abandonné la plupart de celles de mes prédécesseurs : philosophie chrétienne, théologie de l’histoire, philosophie de la religion. Une autre, en revanche, s’est imposée à moi avec une acuité croissante : comment faire de l’histoire en philosophie médiévale ?

2La difficulté tient, en premier lieu, à la nature de l’objet : la pensée médiévale, que l’on dit déchirée entre la raison et la foi  ; elle tient en second lieu au statut de la discipline elle-même : l’histoire de la philosophie, contestée aussi bien par les philosophes que par les historiens.

3À cela, je répondrai aujourd’hui simplement qu’on ne peut faire d’histoire de la philosophie médiévale sans faire de philosophie médiévale. La chaire qui vient d’être recréée n’est pas un cénotaphe. L’objet existe, et ne demande qu’à vivre. S’agissant de philosophie, n’en déplaise à Deslandes ou Legendre, le Moyen Âge n’est pas la plus longue parenthèse de l’histoire de la pensée humaine. Il est vrai qu’il traîne en longueur  ; il est vrai aussi que, tout en étant central, il est relativement loin de tout. Mais ses limites, précisément, sont variables, ou plutôt dépendent de la vision que l’on a, aussi bien de l’histoire que de la philosophie.

4Quand commence la philosophie médiévale ? Quand finit-elle ? On dira, cela va de soi, qu’elle commence et finit avec le Moyen Âge. C’est faux. Ou plutôt, cela dépend de la réponse que l’on fait à d’autres questions. Le Moyen Âge de l’historien a longtemps commencé à la chute de Rome, en 476, avec l’abdication de Romulus Augustule, dernier empereur romain d’Occident, pour s’achever en 1453, avec la prise de Constantinople par Mehmed II et la chute de l’empire romain d’Orient. Cette fin du Moyen Âge, événement politique et religieux interne à la fois à la romanité et à la chrétienté marquait aussi culturellement le début d’une période de renouveau, de « Renaissance », tisonnée par l’exil des humanistes byzantins en Italie. On le voit, il n’y a pas de périodisation historique pure : l’histoire politique se lie étroitement à l’histoire culturelle, et celle-ci à l’histoire littéraire, qui sur la même trame peut tisser deux récits de sens opposé. Il en va, évidemment, de même pour l’histoire de la philosophie.

5La philosophie médiévale ne peut s’ouvrir que sur un événement pour la philosophie : en l’occurrence, la fermeture de l’école néoplatonicienne d’Athènes en 529 par l’empereur chrétien Justinien, qui provoque l’exil en Perse des derniers philosophes païens : de Damascius et Simplicius à Isidore de Gaza. Pour qui la fermeture de l’École d’Athènes est-elle un événement ? Pour nous. Pas pour les chrétiens orientaux, qui depuis longtemps ont donné le baptême à la philosophie, en faisant de la « philosophie selon le Christ » la vraie philosophie, qu’il s’agisse de la vie chrétienne comme telle ou de sa forme parfaite, la vie monastique. Pas pour les Latins, qui, depuis longtemps, peuvent dire avec Augustin : « Verus philosophus est amator Dei ». Fermeture, exil, conversion : voilà le premier épisode. Quel est le dernier ? Pour Ernest Renan, le monde bascule, quand « le 4 avril 1497, Nicolas Léonicus Thomoeus monte dans la chaire de Padoue pour enseigner Aristote en grec » : la création d’une chaire de philosophie émancipée de la tutelle du latin arabisé des scolastiques, de leurs « catégories décharnées » et de leur « jargon sauvage », voilà qui marquerait la fin du Moyen Âge en philosophie. La thèse est précise, elle est même excessive, mais elle attire l’attention sur un point essentiel : l’entrée du grec, et du même coup, de la Grèce, alors orientale, en Europe.

6Entre la fermeture de l’École d’Athènes et la montée en chaire de Leonico Tomeo, il n’y a pas qu’un « Moyen Âge ». Il y a plusieurs continuations de l’Antiquité tardive, plusieurs changements de langues, il y a plusieurs phases de ruptures, de réaménagements ou de refontes, plusieurs renaissances, retours ou interruptions, en toutes sortes de milieux ou d’espaces géographiques, culturels, religieux, institutionnels, dont l’historien de la philosophie doit à la fois préserver les caractéristiques propres et saisir les ressemblances de famille. Un élève d’Olympiodore ou d’Étienne d’Athènes au VIe siècle n’est pas un écolâtre parisien du XIIe siècle, mais, par delà la diversité des lieux, des milieux et des idiomes, tous deux ont un formidable point commun : ils lisent les mêmes textes philosophiques, les Catégories d’Aristote ou l’Isagogè de Porphyre. Ils sont philosophiquement plus proches que ne le sont de nous ceux qui réputent aujourd’hui « inutile la lecture de tout article de philosophie datant de plus de dix ans ».

Leçon inaugurale parue aux Éditions Fayard le 4 juin 2014 et disponible sur le site www.college-de-france.fr à la page du professeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain de Libera, « Où va la philosophie médiévale ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1760

Haut de page

Auteur

Alain de Libera

Histoire de la philosophie médiévale

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page