Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

La différence, la concurrence et la disproportion

Extraits de la leçon inaugurale du 9 janvier 2014
Pierre-Michel Menger
p. 6
Traduction(s) :
Difference, Competition and Disproportion

Entrées d’index

Mots-clés :

sociologie, travail
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Michel MengerAfficher l’image
Crédits : patrick Imbert - Collège de France

1Cette chaire est consacrée à la sociologie du travail créateur. Par son identité disciplinaire, elle s’inscrit dans une lignée illustre de sociologues qui ont enseigné ici, mais je pense aussi à deux d’entre eux qui auraient dû y enseigner – l’échec d’Émile Durkheim à être élu au Collège a fait date, négativement, et Maurice Halbwachs, peu après son élection, fut arrêté et déporté en 1944, et ne revint pas.

2Mon enseignement qualifiera le travail par son caractère créateur. Il faut entendre ici une résonance thématique – l’étude du travail de création, tout particulièrement dans les arts et les sciences – mais il faut entendre aussi les compléments que l’adjectif appelle pour définir le travail en créateur du social – valeur, identité, protection collective, statut, etc. Ces compléments, et d’autres, sont aisés à distribuer sur un continuum que polarisent les deux définitions fonctionnelles ordinaires du travail, sa valeur instrumentale et sa valeur expressive. Selon la première, le travail est l’engagement de l’énergie individuelle dans des conditions plus ou moins pénibles d’effort physique et de charge mentale. Selon la seconde, il est la réalisation de soi dans l’agir productif. La distinction entre ces deux valeurs fut forgée par une longue tradition philosophique, et fut reprise dans la critique sociale de la mutilation du travail par sa spécialisation et sa marchandisation. Elle n’est devenue analytiquement opératoire qu’avec la caractérisation multi­dimensionnelle de toute espèce de travail.

3On connaît l’efficacité critique de l’argument selon lequel le travail complexe n’est qu’un multiple du labeur simple : c’est sous cette clause que Marx proposa, non sans ambiguïté, d’homogénéiser le travail, et de mettre en correspondance l’économie de la valeur, la rémunération du travail, et la situation d’exploitation dans la relation de travail. Comme l’a montré Jon Elster, cette mise en correspondance vacille quand le travail est reconnu dans sa pleine hétérogénéité. La sociologie que je souhaite développer ici sera celle d’une exploration multi­dimensionnelle du travail.

4L’agenda des recherches sur le travail a évolué avec les transformations de nos sociétés et de leurs économies. La sociologie de l’emploi ouvrier industriel fut au cœur de la première sociologie du travail. La catégorie devenue prépondérante des employés imposa un autre défi, celui posé par la très grande diversité des métiers et des conditions d’emploi dans une économie désormais dominée par les services. L’élévation du niveau de qualification de la main-d’œuvre et l’expansion des emplois supérieurs ont, à partir de la fin des années 1970, suscité un intérêt croissant pour le travail des cadres et des professions intellectuelles, mais aussi pour les professions qui détiennent une forte expertise, un monopole légal d’exercice et des positions de marché souvent situées à l’intersection de la sphère privée et la sphère publique – les médecins, les avocats, les architectes, notamment.

5Les professions et les systèmes d’emploi dans les arts, auxquels j’ai consacré de nombreuses recherches, sont entrés dans l’agenda de la recherche sociologique depuis une trentaine d’années. Dans les années 1950, l’INSEE avait regroupé dans une même catégorie les artistes, le clergé, l’armée et la police, les professions sportives et quelques autres professions inclassables telles que les voyants et les radiesthésistes. Dans la nouvelle nomenclature des catégories socioprofessionnelles, qui fut refondue notamment sous l’influence des théories sociologiques les plus avancées, et qui fut mise en œuvre en 1982, les artistes furent classés par l’INSEE parmi les cadres et les professions intellectuelles supérieures, au voisinage des chercheurs et des enseignants. Mais le premier recensement exploitant cette nouvelle taxinomie révéla pour les artistes des traits singuliers : une position économique les apparentant aux professions intermédiaires, une très forte dispersion des revenus, et un taux élevé de sous-emploi et de pluriactivité, sans équivalent dans la catégorie des professions supérieures.

6Les particularités de ces mondes professionnels peuvent conduire à demander si le travail créateur est l’endroit, l’envers ou un idéal possible du travail. La réponse varie avec les critères choisis. L’attractivité des métiers de création et de recherche est grande : ils obtiennent des scores élevés dans les échelles de prestige des professions comme dans la mesure de la satisfaction procurée par le travail […]. Mais tout aussi grand est le risque d’échec, de sous-emploi ou d’exercice hybride, par combinaison avec des métiers adjacents de moindre intérêt […]. Avec l’engagement dans ces métiers, aurions-nous à faire à un cas d’exceptionnelle préférence pour le risque ?

Leçon inaugurale parue aux Éditions Fayard le 23 avril 2014 et disponible sur le site www.college-de-france.fr à la page du professeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Michel Menger, « La différence, la concurrence et la disproportion », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1755

Haut de page

Auteur

Pierre-Michel Menger

Sociologie du travail créateur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page