Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

Aux origines de l’histoire globale

Extraits de la leçon inaugurale du 28 novembre 2013
Sanjay Subrahmanyam
p. 4
Traduction(s) :
At the Origins of Global History

Texte intégral

Pr Sanjay SubrahmanyamAfficher l’image
Crédits : Patrick Imbert - Collège de France

1La circulation des textes et des matériaux pendant les xvie et xviie siècles a produit une conjoncture qui permettait un éventail de possibilités quant à la production historique.

2Dans un livre récent, l’historien américain Richard Kagan a dessiné une vision d’ensemble pour l’Espagne médiévale et de la première modernité, en allant des simples chorographies jusqu’à la chronique impériale globalisante d’Antonio de Herrera y Tordesillas. Pour l’Angleterre d’Elisabeth, nous pouvons opposer l’histoire très nationale de Raphael Holinshed à la vision globale d’un Richard Hakluyt, ou même à l’History of the World de Sir Walter Raleigh, un texte resté inachevé à la mise à mort de l’auteur en 1618. Pour prendre un dernier cas, je reviens à un contexte qui m’est très familier, celui de l’Empire moghol de la fin du xvie et du début du xviie siècle. Voici les possibilités historiographiques qui s’offrent à nous. D’abord, l’Akbar Nāma, grand texte rédigé par Shaikh Abu’l Fazl, qui commence avec la création du monde pour ensuite se restreindre à une histoire dynastique classique des sultans timourides en Inde. Ensuite, la chronique de Muhammad Qasim Firishta, produite en marge de l’Empire moghol mais puisant dans les textes moghols et antérieurs pour produire une histoire régionale du sous-continent indien sous domination musulmane. En troisième lieu, le texte hautement personnel et clandestin de Maulana ‘Abdul Qadir Badayuni, dans lequel on distingue une vision sceptique des prétentions mystiques et politiques des souverains moghols. Enfin, le Tārīkh-i Alfī, chronique millénaire de l’Islam, faite à plusieurs mains. À ces quatre productions, on peut facilement ajouter une dizaine d’autres textes, parfois écrits du point de vue des Afghans vaincus par les Moghols, parfois exprimant les doléances des élites centrasiatiques, déçues du comportement instable de leurs maîtres moghols.

Akbar Hunting Black Buck from the Akbarnama

© James Stevenson, DR

3Comme vous le savez, l’histoire globale se trouve au centre de quelques polémiques, à la fois dans ce pays et ailleurs dans le monde. On imagine parfois que ce n’est rien d’autre qu’une imposition américaine, vouée à détruire la bonne vieille tradition d’histoire nationale pour lui substituer une vision impériale et impérialiste. De leur côté, des auteurs anglophones ont souvent imaginé que le sujet avait été inventé dans la première moitié du xxe siècle par des auteurs comme Arnold Toynbee et Oswald Spengler, puis généralisé par la génération qui a suivi. D’autres historiens des idées, plus ambitieux, ont voulu faire remonter le courant jusqu’à la fin du xviiie siècle, en prenant des cas comme celui d’August Ludwig Schlözer, connu pour ses contributions à la Weltgeschichte. Ce type d’histoire était considéré dans cette acception comme un produit de la pensée des Aufklärers allemands et scandinaves et de leur ouverture exceptionnelle vers le monde. Ce n’est pas un hasard, par conséquent, si la montée en puissance depuis trente ans des mouvements postcoloniaux – souvent foncièrement hostiles aux Lumières et à leur héritage intellectuel, et confondant les propos de Schlözer et de Hegel – a créé des tensions autour du statut de l’histoire globale.

4Ce que j’ai voulu montrer ici est une partie de la longue et lente évolution de l’histoire globale comme tendance minoritaire, ou Oppositionswissenschaft, voire plus modestement comme une espèce de Bièvre contrastée à la Seine plus visible de l’histoire nationale et impériale. En réalité, la recherche et l’enseignement sur l’histoire globale de la première modernité ne sont pas sans précédent, ni en France, ni même au Collège de France, même si le sujet n’a pas toujours été formellement identifié en tant que tel. Comme je me suis efforcé de l’expliquer, le champ a une généalogie assez complexe et variée, mais il me semble important d’écarter d’emblée l’idée qu’il s’agit largement d’un champ où la synthèse domine par rapport à une recherche sur des archives et les textes traités de première main. Cela veut dire qu’il est impossible d’écrire une histoire globale de nulle part ou – comme certains l’ont proposé – en adoptant une perspective « extraterrestre ». Comme tout historien, je reste attaché à des lieux et à des espaces particuliers, et mon savoir est fonction directe d’une formation à la lecture de textes, d’archives et d’images. Il s’avère que dans le monde actuel, il y a un intérêt et une curiosité croissants pour ce type d’histoire, qui n’est pas voué pourtant – c’est ma profonde conviction – à remplacer l’histoire faite à une échelle régionale, nationale ou continentale, mais à la compléter. Je suis également convaincu que l’on peut même trouver de nouvelles synergies en combinant ces variétés d’histoire sous le même toit.

L’intégralité de la leçon inaugurale est consultable sur le site www.college-de-france.fr à la page du Professeur.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Akbar Hunting Black Buck from the Akbarnama
Crédits © James Stevenson, DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1742/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sanjay Subrahmanyam, « Aux origines de l’histoire globale », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1742

Haut de page

Auteur

Sanjay Subrahmanyam

Histoire globale de la première modernité

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page