Navigation – Plan du site
Dossier Claude Bernard

Un patrimoine scientifique exceptionnel :
le fonds manuscrit Claude Bernard passe au numérique

Nicolas Postel-Vinay
p. 25

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

• Fonds numérisé avec le soutien de la Fondation de l'Orangerie et de ses généreux donateurs.

https://salamandre.college-de-france.fr

Texte intégral

1Le fonds Claude Bernard, légué par voie testamentaire à Arsène d’Arsonval et transmis au Collège de France en 1949, rassemble près de 23 000 pages, désormais accessibles en ligne.

Penser, classer, numériser

  • 1  Catalogue des manuscrits de Claude Bernard, établi par Mirko Drazen Grmek avec la collaboration du (...)

2D'un point de vue chronologique, le fonds comprend des notes prises au cours de l’hiver 1838-1939 (alors que Bernard était étudiant) et un cahier complété peu avant sa mort, en 1878. Toutefois cet ensemble ne possède ni « début », ni « fin » identifiés comme tels par son auteur, car Bernard écrivait sur plusieurs cahiers à la fois. Il n’a classé ses notes ni par ordre chronologique, ni par matières, mais il avait pris soin de donner titres et sous-titres à la plupart de ses cahiers et ­feuillets. De plus, il numérota de sa main la plupart des pages de ses cahiers. À la demande du Collège de France, Mirko Drazen Grmek (1924-2000), un des meilleurs connaisseurs de la pensée bernardienne, éplucha pendant six années chaque page et chaque billet pour leur attribuer une place dans le puzzle bernardien. Grâce à lui, le fonds est désormais classé en 20 séries de cahiers et 15 séries de feuilles détachées : ces repères ont été conservés au format numérique, respectant ainsi l’esprit du catalogue raisonné que publia Grmek1.

3La numérisation des archives a consisté en la photographie de la totalité des pages du fonds sous leurs diverses formes : cahiers, carnets, feuilles intercalées ou collées, billets détachés­. Afin de restituer au mieux l’état original des documents reproduits, couvertures et dos des cahiers n’ont pas été oubliés, non plus que certaines pages vierges qui ont été également reproduites, sachant que l’emplacement d’un billet­ ou le positionnement d’une note au sein d’un cahier est suscep­tible d’être interprété.

« Germes de pensée » : une archéologie bernardienne

  • 2  Alain Prochiantz, Claude Bernard, la révolution physiologique, PUF 1990, Paris

4Le fonds manuscrit offre un jour complémentaire sur l’œuvre publiée. Tantôt les courtes notes avaient une simple fonction de pense-bête, ailleurs elles constituaient des « germes de pensée » que Bernard ne voulait pas perdre mais n’avait pas le temps de développer le jour même. Les cahiers et notes détachées ne prennent jamais l’allure d’une correspondance ou d’un recueil d’anecdotes. On ne peut pas non plus les considérer comme un « brouillon » de ses ouvrages édités. Livré à l’état brut, ce corpus n’a pas été policé par un travail d’édition ni par Bernard, ni par ses élèves. Il constitue une matière première destinée aux historiens des sciences et aux philosophes souhaitant comprendre les traces d’une « science en train de se faire », bien différente de la mise en valeur d’une science constituée. Les cahiers sont un reflet immédiat – et à ce titre probablement fidèle – des gestes du chercheur  ; ceux qui débouchent sur des résultats encore incompris, des données contradictoires bien distinctes des synthèses ou des démonstrations élégamment tournées. Leur étude donne des clés, non pas seulement pour s’émerveiller du « j’ai trouvé », mais aussi pour s’interroger a posteriori sur le « comment ai-je trouvé », pour reprendre la formule d’Alain Prochiantz2.

5Grâce à l’Internet, il n’est plus besoin d’autorisation particulière, ni de se déplacer sur place, pour consulter chaque page du fonds manuscrit. Mais que l’on ne s’y trompe pas : la numérisation ne lève pas tous les obstacles à la lecture des manuscrits bernardiens. Aux difficultés de déchiffrement de la calligraphie – pas toujours lisible à certains endroits – s’ajoutent celles de l’intelligibilité du propos lui-même. Pour suivre sans erreur le détail de certaines expérimentations rapportées, il faut non seulement posséder de solides connaissances physiologiques, mais savoir aussi appréhender des détails techniques propres aux manipulations de laboratoire telles qu’elles étaient réalisées au XIXe siècle. Attention aux anachronismes. Par exemple, en lisant les textes de Bernard le lecteur d’aujourd’hui est dans l’impossibilité d’ignorer l’existence de l’insuline (découverte en 1922) ou la place formidable qu’a pris – après Bernard – la statistique dans la recherche biomédicale. Ceci explique qu’il est possible de lire çà et là des critiques, accompagnées de citations tronquées, faites à l’encontre de Bernard pour ne pas avoir découvert l’insuline­ ou pour s’être tant méfié de la quantification du vivant. On ne peut qu’inviter à une grande prudence d’interprétation lors des analyses rétrospectives, surtout lorsqu’il s’agit de notes personnelles prises dans l’instant d’une expérimentation. La portée scientifique de cette mise en ligne des manuscrits bernardiens, se jugera à l’aune des travaux philosophiques ou épistémologiques à venir. Ce fonds est un superbe chantier pour les archéologues du savoir.

Haut de page

Notes

1  Catalogue des manuscrits de Claude Bernard, établi par Mirko Drazen Grmek avec la collaboration du Collège de France, Masson et Cie, 1967, Paris, 420 p.

2  Alain Prochiantz, Claude Bernard, la révolution physiologique, PUF 1990, Paris

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Postel-Vinay, « Un patrimoine scientifique exceptionnel :
le fonds manuscrit Claude Bernard passe au numérique », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1724

Haut de page

Auteur

Nicolas Postel-Vinay

Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page