Navigation – Plan du site
Dossier Claude Bernard

« Le Newton du brin d'herbe »

Alain PROCHIANTZ
p. 22-24

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Claude Bernard est né en 1813 et nous fêtons ses 200 ans. La célébration semble timide au regard de l'intérêt de l'œuvre de l'inventeur de la physiologie.

  • 1  Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Garnier-Flammarion, 19 (...)
  • 2  Georges Canguilhem, La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 2003.

2Il est vrai que l'homme a des allures de notable et que, si j'en réfère à mes propres souvenirs, son Introduction à l'étude de la médecine expérimentale1telle qu'elle a été servie à plusieurs générations de collégiens n'a probablement pas conduit à le rendre attrayant. Heureusement la lecture de Canguilhem2, parmi d'autres philosophes, nous a réconcilié avec ce texte et, plus largement, avec l'ensemble des écrits du physiologiste.

  • 3  Claude Bernard, Leçons sur les phénomènes communs aux animaux et aux végétaux, Paris, Vrin, 1966 [ (...)

3Pierre Corvol dans les pages qui précèdent a suffisamment planté le décors pour qu'on annonce, tout de go, que Claude Bernard est entré en physiologie par la bouche. Je veux dire par la nutrition. L'expérience du foie lavé (s'agit-il vraiment d'un chien ou plutôt d'un lapin ?) et les deux mesures discordantes de la teneur du foie en sucre le mènent sur la piste de la fonction glycogénique du foie, donc de la capacité qu'ont les animaux d'accumuler des réserves sucrées sous forme de glycogène et de les restituer sous forme de glucose (glycose à l'époque). Le glycogène des animaux est comme l'amidon des plantes et le trait physiologique ainsi tracé entre les deux règnes de la nature sera développé plus tard, en 1878 – année de la mort du physiologiste – dans ses cours au Muséum d'histoire naturelle3.

4C'est évidemment très important, mais moins sans doute que le concept de milieu intérieur né de cette expérience et transposition dans les sciences du vivant du concept de milieu en physique ou plutôt de la notion d'éther des physiciens post newtoniens. Le concept de force – aussi décalqué du concept newtonien – vient avec, comme l'accompagne celui de régulation, le milieu intérieur des organismes se devant de rester constant, ou à peu près tel, en tout cas de s'adapter dynamiquement, pour assurer la survie.

Statue en bronze de Claude Bernard avant guerre, réquisitionnée par les Allemands en 1941 et remplacée en 1946 par la version actuelle en pierre.

© Collège de France, DR

  • 4  Alain Prochiantz, Claude Bernard. La révolution physiologique, Paris, Presses universitaires de Fr (...)

5Sans revenir sur des vieilleries4, il me semble important de décliner cette affaire le long de deux axes principaux. Le premier, celui avec lequel nous sommes les plus familiers puisqu'il nous renvoie à nos classes terminales, est celui de la méthode. Contrairement à ce qui est souvent avancé, il ne s'agit pas d'un Discours de la méthode, une sorte de « comment raisonner ? » ou « comment trouver ? » qui aurait une valeur universelle. Claude Bernard n'est pas le Descartes du XIXe siècle. Il s'agit plutôt d'une approche pragmatique qui au-delà de certaines considérations philosophiques, défend le droit de plonger dans le milieu intérieur des animaux vivants, par l'usage de la vivisection, celui aussi des poisons. C'est très concret, comme est aujourd'hui concrète la manipulation des génomes, approche royale dans la modification du milieu intérieur.

  • 5  Claude Bernard, Principes de médecine expérimentale, Paris, Presses universitaires de France, 1987 (...)

6La nutrition constitue le deuxième thème de réflexion sur l'apport du physiologiste. On peut comprendre que le passage par des réserves, puis la libération des nutriments élémentaires (sucres, acides aminés, acides gras…) dans la circulation et le milieu interstitiel pour atteindre chaque cellule de l'organisme, rompent avec une conception relevant de Lavoisier qui se résumerait à un bilan énergétique entre ce qui est absorbé par l'organisme et ce qui en sort. La nutrition cesse d'être seulement une combustion organique – elle l'est forcément – elle devient aussi organogénique ou encore morphogénétique puisqu'en dépit du renouvellement des nutriments, les organes et organismes perdurent dans leurs formes, c'est à dire – pour Claude Bernard – aussi dans leurs fonctions physiologiques. Nonobstant le fait que les physiologistes du XIXe siècle n'étaient pas à même d'expliquer l'origine et l'évolution des formes, pas plus que leur développement ou leur maintien chez l'adulte. Sans s'interdire, dans le cas de Claude Bernard, de penser que cela sera possible dans le futur5 :

« J’admets parfaitement que lorsque la physiologie sera assez avancée, le physiologiste pourra faire des animaux et des végétaux nouveaux comme le chimiste produit des corps qui sont en puissance, mais qui n’existent pas dans l’état naturel des choses […]. Mais la physiologie devra agir scientifiquement […] parce qu’elle connaîtra les lois intimes de la formation des corps organiques comme le chimiste connaît les lois intimes de la formation des corps minéraux. C’est donc dans la connaissance de la loi de formation des corps organisés qu’agit toute la science biologique expérimentale... »

7À partir de cette citation (dont j'ai fait un usage fréquent, que mes collègues et lecteurs veuillent m'en excuser), nous pouvons rebondir sur le thème du maintien des formes chez l'adulte, son « embryogenèse silencieuse » pour reprendre l'expression bernardienne. Ce qui est sous-jacent dans cette idée d'une nutrition organogénique est le renouvellement permanent des structures. C'est ce que signifie le rapprochement des deux aphorismes « la vie c'est la création » et « la vie c'est la mort », qui, loin de s'opposer, se complètent, les deux mouvements de mort et de création se compensant, comme il est proposé dans les Leçons sur les phénomènes communs aux animaux et aux végétaux.

  • 6  Xavier Bichat, Recherches physiologiques sur la vie et la mort, Paris, Charpentier, 1864 [1799].
  • 7  Léon Brillouin, Vie, matière et observation, Paris, Albin Michel, 1959.
  • 8  François Jacob, La logique du vivant, Gallimard, 1970.

8Il s'agit bien là d'une rupture avec Bichat pour qui « la vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort6 » et, au-delà, avec une vison thermodynamicienne de la vie et de la mort, dans laquelle, la vie c'est l'ordre et la mort une augmentation du désordre qui précède la bascule dans le néant organique. Par où, après avoir, par sa conception de la nutrition, rompu avec Lavoisier et le premier principe de la thermodynamique, Claude Bernard prend ses distances avec Carnot père du deuxième­ principe. C'est là un point qui me semble important parce qu'une grande partie de la biologie contemporaine fera un détour par la théorie de l'information et la cybernétique, dont on connaît le rapport étroit avec le deuxième principe de la thermodynamique7.C'est tout particulièrement le cas de la génétique bactérienne à qui on doit une grande partie des concepts encore opérationnels dans nos disciplines biologiques8.

  • 9  Erwin Schrodinger, What is life? Cambridge University Press, 2012 [1944].

9L'œuvre de Claude Bernard est donc isolée de la conception thermodynamicienne du vivant, celle qui la précède, mais aussi celle qui va suivre bien illustrée par le rôle qu'a pu jouer – scientifiquement et idéologiquement – le « Qu'est-ce que la vie ? » de Erwin Schrödinger9. Cela peut expliquer en partie le purgatoire relatif d'un savant qui joue au XIXe siècle en physiologie un rôle d'importance égale à celui joué par Darwin pour l'évolutionnisme. On remarquera d'ailleurs que dans les deux cas – Canguilhem l'avait noté –, il s'agit de milieu et d'adaptation, et aussi d'évolution puisque l'adaptation physiologique repose sur un renouvellement qui ne se fait pas forcément à l'identique même s'il se doit de préserver la fonction.

  • 10  Alain Prochiantz, Qu'est-ce que le vivant ? Le Seuil, 2012.

10Ce qui nous permet de clore en proposant que la physiologie est en passe de redevenir bernardienne. D'abord dans notre possibilité de « faire des animaux et des végétaux nouveaux », en accord avec la prédiction visionnaire du physiologiste, en agissant directement sur les génomes. Mais aussi (surtout ?) dans notre conception contemporaine du vivant. Je me suis exprimé sur ce point récemment10 et je n'y reviens que pour rappeler que le vivant est instable à tous les niveaux. Celui des espèces, ou des individus, est d'évidence car visible, mais cette instabilité et le renouvellement qui l'accompagne (« la vie c'est la création » et « la vie c'est la mort ») est la règle à tous les niveaux structurels : génomes, membranes, cellules… La physiologie s'inscrit dans ce renouvellement permanent des formes, base de la médecine régénérative. Comme s'y inscrit l'étiologie des pathologies qui peut aujourd'hui être recherchée dans ce qui déraille au cours d'un processus morphogénétique qui ne cesse qu'avec la mort. Ce qui constitue là encore une référence bernardienne puisqu'il est le premier à nous enseigner qu'il n'y a pas une physiologie pour le normal et une autre pour le pathologique.

« Les phénomènes physiologiques, pathologiques et thérapeutiques s'expliquent tous par les mêmes lois évolutives et ne diffèrent que par des conditions particulières, par un déterminisme spécial »

11- Claude Bernard ?
- Bien entendu Claude Bernard (Principes de médecine expérimentale).

Croquis de la main de Claude Bernard

© Collège de France, DR

Claude Bernard, pionnier de la médecine expérimentale
Si l’expression de « médecine expérimentale » peut paraître à première vue paradoxale, car les patients ne peuvent a priori être considérés comme des objets d’expérience, l’apport fondamental de Claude Bernard fut d’envisager de manière radicalement nouvelle la médecine comme objet de recherche. De cette avancée théorique essentielle, qui donne dès lors au médecin la double fonction de praticien et de chercheur, l’on peut retenir trois dates clés dont Claude Bernard fut l’initiateur :
• 1865 : Claude Bernard publie son Introduction à l’étude de la médecine expérimentale.
• 1958 : la réforme Debré sur les Centres Hospitaliers Universitaires est la première à introduire clairement la notion de « médecin chercheur ».
• 1988 : la loi Huriet-Sérusclat fixe un cadre légal aux essais cliniques et à l’expérimentation sur les malades.

Haut de page

Notes

1  Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Garnier-Flammarion, 1965 [1865].

2  Georges Canguilhem, La connaissance de la vie, Paris, Vrin, 2003.

3  Claude Bernard, Leçons sur les phénomènes communs aux animaux et aux végétaux, Paris, Vrin, 1966 [1878-1879].

4  Alain Prochiantz, Claude Bernard. La révolution physiologique, Paris, Presses universitaires de France, 1990.

5  Claude Bernard, Principes de médecine expérimentale, Paris, Presses universitaires de France, 1987 [1947].

6  Xavier Bichat, Recherches physiologiques sur la vie et la mort, Paris, Charpentier, 1864 [1799].

7  Léon Brillouin, Vie, matière et observation, Paris, Albin Michel, 1959.

8  François Jacob, La logique du vivant, Gallimard, 1970.

9  Erwin Schrodinger, What is life? Cambridge University Press, 2012 [1944].

10  Alain Prochiantz, Qu'est-ce que le vivant ? Le Seuil, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Statue en bronze de Claude Bernard avant guerre, réquisitionnée par les Allemands en 1941 et remplacée en 1946 par la version actuelle en pierre.
Crédits © Collège de France, DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende Croquis de la main de Claude Bernard
Crédits © Collège de France, DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 705k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain PROCHIANTZ, « « Le Newton du brin d'herbe » », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1723

Haut de page

Auteur

Alain PROCHIANTZ

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des Processus morphogénétiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page