Navigation – Plan du site
Dossier Claude Bernard

Claude Bernard et la médecine expérimentale
au Collège de France

Pierre Corvol
p. 19-21

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Claude Bernard, dont nous célébrons le bicentenaire de la naissance, fut professeur au Collège de France vingt-trois années durant.

2Nommé titulaire de la chaire de Médecine en 1855, il ne quitta sa chaire que l’année de sa mort, en 1878. En fait, sa présence au Collège de France s’étend sur plus de trois décennies. Arrivé à Paris de son Beaujolais natal, dépité d’une carrière avortée de dramaturge, il découvre le Collège de France en 1841. Simple étudiant en médecine âgé de 28 ans, il assiste François Magendie, alors titulaire de la chaire de Médecine, en tant que préparateur de 1841 à 1844. Il passe son doctorat en médecine en 1843 et travaille déjà avec succès sur le contrôle nerveux de la sécrétion gastrique. Nommé suppléantde Magendie en 1847, il se voit confier en 1852, à la retraite de ce dernier, le laboratoire et la chaire de Médecine du Collège de France. Il sera titulaire de cette chaire en 1855. Plus tard, en hommage à ses contributions et à son rayonnement, cette chaire prendra le nom de « Médecine expérimentale » (voir encadré ci-contre)  ; le premier titulaire en sera Antoine Lacassagne en 1951.

3C’est à François Magendie (1783-1855) qu’il doit son orientation vers l’expérimentation physiologique, une vocation à laquelle il consacra toute sa carrière, mais aussi toute sa vie tant il travaillait sans relâche. Claude Bernard fit progresser cette discipline de façon spectaculaire. Ses premiers pas au Collège de France lui apprirent combien la vivisection animale constituait un outil pertinent de compréhension du vivant. Magendie le considérait « meilleur que lui » sur le plan expérimental et l’encourageait en lui montrant que les faits expérimentaux permettent de battre en brèche les fausses doctrines et les esprits empiriques que Claude Bernard n’eut de cesse de dénoncer. C’est ce Claude Bernard au Collège de France, et non l’Académicien, le Sénateur ou le professeur à la Sorbonne ou au Muséum, qui nous intéresse ici.

Portrait de Claude Bernard

© Collège de France, DR

Une vie de découvertes

4De 1843 à 1860, Claude Bernard multiplie les découvertes qui portent pour l’essentiel sur la digestion, le métabolisme glucidique, le système nerveux et la circulation. En fait, cette liste est bien loin d’être exhaustive, tant sa curiosité scientifique était vive pour toute nouvelle question physiologique.

5Parmi quelques-unes de ses plus importantes contributions originales, citons le rôle du sucre dans l’organisme animal et humain (dont la fameuse théorie de la fonction glycogénique du foie en 1848), le contrôle de la glycémie par le système nerveux central (1848), l’expérience du « foie lavé » qui révèle la production post mortem du sucre dans le foie (1855), la découverte du glycogène (1855) et son isolement (1857), la présence de sucre dans le liquide céphalo-rachidien (1855), la production de chaleur chez l’animal et sa régulation (1859). Il faut se rappeler­ que la théorie la plus admise à l’époque était que le sucre provenait de l’alimentation et qu’il était détruit par les phénomènes de combustion, notamment lors de la respiration. Claude Bernard constate en fait assez rapidement que le sang et le foie des animaux contiennent du sucre même quand leur alimentation en est dépourvue. Partant de l’hypothèse que le foie était l’organe de production du sucre dans l’organisme et non de sa destruction, il met en œuvre les expériences pour le prouver. À titre d’exemple, la fameuse expérience, dite « du foie lavé », menée sur un chien, lui permet de découvrir que le foie est capable d’élaborer une substance de réserve, le glycogène. Il démontre par là même que le foie est un organe de rétention du sucre dans l’organisme et qu’il alterne des fonctions de stockage et de déstockage afin de maintenir constant le taux de sucre dans le sang. Concernant le système nerveux, citons l’innervation sympathique et la physiologie de la vasomotricité, le concept de « circulations locales », les actions du curare et d’autres poisons (strychnine, opium, oxyde de carbone, anesthésiques) dans lesquels il voit la possibilité de réaliser des « dissections chimiques » riches d’enseignements. Il s’intéresse aussi à la physiologie du sang, aux phénomènes d’asphyxie ou au cathétérisme intra-cardiaque. C’est un âge béni pour la recherche. La compétition n’est qu’européenne et concerne essentiellement la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. La recherche se fait dans des laboratoires publics mais aussi privés. C’est le bond en avant, la médecine s’ouvre à d’autres horizons et à d’autres maîtres fondateurs des sciences expérimentales modernes. Même si l’attention de Claude Bernard ne s’est pas tournée vers l’essor de la pathologie cellulaire, la théorie des germes et l’hérédité, il reste que ce fut son génie que d’estimer que les grands principes de la physique et de la chimie du non-vivant pouvaient être appliqués au vivant, que les méthodes et les mesures utilisées par les sciences exactes pouvaient l’être chez l’homme, que la physiologie et la pathologie pouvaient et devaient devenir des sciences expérimentales. Claude Bernard, bien que médecin, n’a jamais exercé à l’hôpital mais faut-il le regretter ? À la Faculté de Médecine, l’observation clinique et anatomo-clinique résumait alors une recherche médicale essentiellement casuistique et nosologique. La médecine hospitalière de l’époque ne lui aurait pas permis d’aller au-delà de l’observation médicale qui n’était pour lui que le préalable à une recherche au laboratoire :

« La médecine ne finit pas à l’hôpital mais elle ne fait qu’y commencer. Le médecin qui est jaloux de mériter ce nom dans le sens scientifique doit, en sortant de l’hôpital, aller dans son laboratoire et c’est là qu’il cherchera par des expériences sur les animaux à se rendre compte de ce qu’il a observé chez ses malades. »

6Aujourd’hui, selon les critères de notre système actuel, Claude Bernard n’aurait aucune chance de réussite : trop de dispersion des thèmes de recherche, pratique de la vivisection désormais interdite, ignorance des statistiques, absence de « valorisation clinique » des travaux, etc. Pourtant, qui plus que lui a pu contribuer à promouvoir la recherche en médecine en alliant ces deux mots improbables « médecine et expérimental » (voir encadré page 13) ?

Une vie d’expérimentateur et d’enseignant

7« L’observation est l’investigation d’un phénomène naturel. L’expérience est l’investigation d’un phénomène modifié par l’investigateur ».Cette citation de Claude Bernard résume à elle seule une nouvelle approche scientifique mise au point par son auteur. La méthode expérimentale, basée sur l’observation et l’interprétation, fait du laboratoire un lieu privilégié de production des connaissances. À feuilleter les cahiers d’expérience de Claude Bernard au Collège de France, on reste confondu par le nombre impressionnant d’expériences qu’il a menées avec rigueur et méthode, par les hypothèses de travail qui les sous-tendent et par les interprétations qu’il leur a données. Ces travaux se tenaient au Collège de France dans des locaux aujourd’hui disparus et situés au coin de la rue Saint-Jacques et de la place de Cambrai (aujourd’hui place Marcelin-Berthelot). Là se trouvaient un amphithéâtre pour l’enseignement de la chaire de Médecine, le bureau de Claude Bernard, son laboratoire, et au sous-sol une « animalerie ». Le tout constituait le « caveau » auquel font référence ses auditeurs et amis. C’est là que Claude Bernard enseignait en réalisant une expérience directement devant ses disciples, comme le montre le tableau anachronique de Léon Lhermitte, La leçon de Claude Bernard (1889).

8Qu’enseignait-il au-delà de l’expérience extemporanée ? Il répond en énonçant que « notre rôle ici au Collège de France est de ne voir que la médecine scientifique pure  ; la médecine dans l’avenir par conséquent… ». Il déclare vouloir enseigner « une science qui n’existe pas ». Ses cours sont donc focalisés sur la recherche et ne concernent en rien l’enseignement traditionnel de la médecine. Et, à la fin de sa carrière, après deux ans d’absence pour maladie, il déclare :

« La science médicale fondée sur la physiologie que je n’apercevais pas il y a vingt ans, je commence à la voir poindre à l’horizon. Dès lors, je veux vous donner quelques jalons qui doivent tracer nettement les déterminants de cette science médicale telle que je la comprends sous le nom de médecine expérimentale. »

9En bref, comme il le dit excellemment, sa mission est « d’initier aux mouvements scientifiques du moment ».

10Pédagogue, il a su coucher sa pensée dans des livres magistraux, dont L’Introduction à la médecine expérimentale (1865) fut le premier, et Les Principes de médecine expérimentale, retranscrit d’après ses notes et publié à titre posthume en 1947, le dernier.

Claude Bernard, un pionnier de la physiologie moderne

11Grâce à ses expériences et à ses observations, telles que celles sur la régulation de la glycémie, Claude Bernard a créé les fondements d’une nouvelle physiologie, celle des régulations.

12Le concept de milieu intérieur, terme toujours utilisé en français­ dans les articles anglo-saxons, a été énoncé formellement dans son ouvrage posthume Leçons sur les phéno­mènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux (1878-1879) mais a longtemps germé dans son esprit. Il repose sur l’existence de deux milieux, l’un extérieur et changeant, et l’autre intérieur, constant, formé par le liquide ­organique circulant (lymphe et plasma) qui entoure et baigne tous les éléments anatomiques des tissus. Selon lui, le milieu intérieur doit rester stable dans sa composition physico-chimique (concentration de glucose, alcalinité, etc.) car « la fixité du milieu intérieur est la condition d’une vie libre et indépendante ». Une belle définition de la vie par un biologiste !

13Claude Bernard s’écriait : « je suis la physiologie » – à juste titre. Chaque expérience a constitué pour lui les morceaux d’un puzzle qui, vu avec recul, bâtit les contours et la définition du vivant. Un croquis peint avec agnosticisme, rejetant l’empirisme, pouvant remettre en cause bien des doctrines dominantes. La physiologie bernardienne a su unir les organes par le concept de milieu intérieur, lier l’animal et le végétal (on pense aux Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux de 1878), s’interroger sur les définitions en miroir de la santé et de la maladie, proposer aux corps vivants de suivre un certain déterminisme, offrir aux scientifiques une méthode.

14Aujourd’hui, une nouvelle physiologie, dite « Systems physiology » ou « Systems biology », terme popularisé par les Anglo-saxons, cherche à relier la structure et la dynamique des systèmes biologiques en intégrant et en modélisant de très nombreuses données, physiologiques, cellulaires et moléculaires. Elle utilise des organismes modèles là où Claude Bernard travaillait sur les espèces animales qui pouvaient servir son propos. Elle emprunte à Claude Bernard la méthode réductionniste suivie d’une tentative de reconstruction et de compréhension holistique. Le puzzle comporte plus de pièces mais c’est la même démarche pour comprendre le fonctionnement des organes et des organismes. Nous n’avons pas fini d’exploiter le legs de Claude Bernard et, si nous voyons aujourd’hui plus loin que lui, c’est que nous sommes juchés sur ses épaules.

Léon Lhermitte, La Leçon de Claude Bernard, 1889

DR

La Médecine expérimentale au Collège
La chaire de Médecine expérimentale constitue l’unique exemple, au Collège de France, d’une chaire non seulement directement liée à une personnalité, mais aussi d’une remarquable permanence dans son intitulé puisqu’elle porte le même nom depuis 1951. En 1951, Antoine Lacassagne transforme la chaire de Médecine en chaire de Médecine expérimentale, à la fois dans la lignée de Claude Bernard et dans la continuité de son propre enseignement, puisqu’il est d’abord nommé en 1941 à la chaire de Radiobiologie expérimentale et qu’il travaille sur l’expérimentation en cancérologie. Dès le début de sa carrière, les recherches qu’il mène en radiobiologie sont à la frontière de la médecine expérimentale. Aussi, quand la chaire de Médecine se libère à la retraite de René Leriche, c’est tout naturellement qu’il prend sa succession en apportant ce nouvel intitulé.

Professeurs ayant occupé la chaire intitulée « Médecine expérimentale »
Antoine LACASSAGNE (1951-1954), Charles OBERLING (1955-1960), Bernard HALPERN (1961-1975), Jean DAUSSET (1977-1987), Pierre CORVOL (1989-2012)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Portrait de Claude Bernard
Crédits © Collège de France, DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Léon Lhermitte, La Leçon de Claude Bernard, 1889
Crédits DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1719/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Corvol, « Claude Bernard et la médecine expérimentale
au Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1719

Haut de page

Auteur

Pierre Corvol

Professeur émérite de la chaire de Médecine expérimentale de 1989 à 2012 et administrateur du Collège de France de 2006 à 2012

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page