Navigation – Plan du site
Émission Croisements

Les vertiges du corps et les espaces de l’art

Alain Berthoz et Roland Recht
p. 51

Notes de la rédaction

• Produite et animée par Philippe Petit, l’émission Croisements a été organisée en partenariat avec le magazine Le Point, sur une idée originale de France Culture. Diffusée durant l’été, elle reposait sur l’échange et la rencontre inattendue de deux professeurs, qui croisent leurs connaissances et leurs points de vue.

• émission disponible à l'adresse suivante : http://www.franceculture.fr/emission-croisements-les-vertiges-du-corps-et-les-espaces-de-l’art-2011-08-21.html et sur le site du Collège de France à la page des professeurs.

Texte intégral

Une notion vous est commune, c’est celle d’espace.

Alain Berthoz : Le problème de l'espace est un sujet majeur de discussion, non seulement avec les historiens de l'art mais avec les artistes. Je suis très frappé de voir l’évolution du traitement de l'espace, entre les icônes et l'introduction de la perspective par exemple, puis avec le baroque, dont le mouvement déborde même l’architecture, et enfin aujourd’hui avec l’intégration du corps dans les installations.

Roland Recht : Il y a eu une longue période pendant laquelle le corps était tout simplement exclu de l’œuvre d’art. Ce n’est pas qu'on ne représentait pas des corps, mais les corps représentés dans l’art du Moyen Âge sont des corps stéréotypés, figés. À la Renaissance italienne, les choses changent, avec la prise en compte de l’œil perceptif – c’est-à-dire du spectateur – ainsi que de la place du spectateur à l'intérieur du dispositif du tableau – c'est-à-dire la perspective géométrique. À partir de là, le corps entre dans la perception de l'image. Les ombres sont codifiées, par exemple, parce qu'il faut que l'univers du tableau soit en quelque sorte le prolongement de l'univers réel dans lequel se trouve le spectateur. Par la suite, c'est une longue histoire qu'on ne peut pas évoquer ici en détail, mais dont on peut citer, effectivement, la période baroque, mais aussi un nouveau développement à l’extrême fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, dans lequel ce n'est plus l’œuvre qui représente l'artiste, mais l'artiste qui est représentatif de son œuvre : son propre corps va cette fois-ci être mis en scène.

Qu’en est-il du corps du spectateur ?

Roland Recht : Le corps du spectateur est inclus dans toute l'histoire de la perception de l’art. Je pense que le spectateur a quelque chose du rite du sacrement, par exemple dans l'église gothique. Il peut être considéré à la fois comme spectateur et comme participant de quelque chose.

AlainBerthoz : Actuellement, l’un des sujets brûlants dans notre domaine est celui de l'interaction avec autrui. Merleau Ponty disait que « la vision est palpation par le regard ». L'idée qu'il n'y a pas de perception abstraite, mais que le corps en acte est inclus, est une chose acquise désormais. Mais il se pose aujourd'hui le problème des mécanismes cérébraux de la relation avec autrui, et à travers cela la question de l'empathie. Nous avons le sentiment qu'il y a une très grande différence entre ce qu'on peut appeler la « sympathie » et l'« empathie ». Il y a en réalité une certaine imposture dans l'utilisation du mot « empathie ». Dans la sympathie, si vous êtes tout d'un coup très triste, je me mets à être triste – c'est la découverte de neurones miroirs. J'éprouve un sentiment, mais je reste à ma place, pour en revenir à l'espace. L'empathie telle qu'elle a été décrite par les grands philosophes allemands est beaucoup plus compliquée. Si je veux éprouver le sentiment que vous avez, ou si, devant un tableau, je veux vraiment comprendre ce qu'expriment la statue ou le personnage, il faut que je sorte de mon corps et que je me mette à sa place, tout en restant à la mienne. C'est donc un mécanisme extraordinairement complexe. L’un des enjeux, aujourd'hui, en physiologie de la perception, c'est de comprendre cette interaction, qui a d’ailleurs été abordée par des gens qui ont travaillé sur le concept de mimesis, qui ne revient pas simplement à être face à l'œuvre d'art, mais à être dedans, tout en restant à sa place.

RolandRecht : Aujourd'hui, la question de la mimesis ne se pose plus dans les mêmes termes dans lesquels elle s’était posée jusqu'au XIXe siècle inclus, à savoir que la mimesis était une mise en conformité de l'image ou de l'œuvre avec un modèle. Et ce modèle était, anthropologiquement, l’homme antique, la beauté idéale antique – c’est ce qui traverse toute l'histoire de l'art jusqu'à Rodin. Si Rodin fait violence à cette forme initiale, il reste encore fidèle à une image du corps, quand bien même il la détend, la distend, et la travaille d’une certaine manière.

AlainBerthoz : Oui, dans le marcheur de Rodin, par exemple, il y a cette chose étonnante : on a le sentiment que le marcheur n'est pas un vrai marcheur, mais, en tournant autour du marcheur, on a l'impression qu'il marche.

RolandRecht : On a aussi l'impression qu'il tombe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Berthoz et Roland Recht, « Les vertiges du corps et les espaces de l’art », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1713

Haut de page

Auteurs

Alain Berthoz

Articles du même auteur

Roland Recht

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page