Navigation – Plan du site

Ouverture de Salamandre

John SCHEID et Anne Chatellier
p. 3

Entrées d’index

Mots-clés :

Salamandre, éditorial
Haut de page

Texte intégral

1Il y a deux ans, sur les conseils de son Conseil d’Orientation Scientifique et Stratégique et sur proposition de sa Commission des bibliothèques, le Collège a décidé que la bibliothèque générale du Collège de France s’organiserait en bibliothèque patrimoniale, proposant désormais les ouvrages publiés par et sur les professeurs de l’institution, ainsi que leurs archives. Le projet Salamandre est né de la volonté de valoriser ces collections patrimoniales et les fonds d’archives en les rendant librement accessibles en ligne aux internautes au fur et à mesure de leur numérisation.

2Salamandre est à la fois un catalogue en ligne et un réservoir de documents patrimoniaux numérisés, car il répond à deux objectifs complémentaires. Il veut d'abord faciliter le travail des chercheurs qui peuvent désormais, depuis leur poste de travail, en France ou à l’étranger, repérer dans les inventaires en ligne les pièces dont ils ont besoin et préparer ainsi leur visite aux archives. Il a, ensuite, l'ambition de rendre les richesses patrimoniales du Collège plus visibles : tout internaute peut découvrir par le biais d’une numérisation de haute définition, systématiquement accompagnée de mots clefs et souvent enrichie de textes explicatifs rédigés par des spécialistes, des manuscrits, dessins, photographies, documents sonores, qui retracent l’histoire du Collège de France, les découvertes qui y ont été faites et les disciplines qui y ont été enseignées.

3La plateforme est ouverte depuis le 6 février 2013 sur l’intranet du Collège et le 6 mars 2013 sur Internet et est accessible à partir du site du Collège à la rubrique « Patrimoine en ligne » des pages Bibliothèques ou à l’adresse https://salamandre.college-de-france.fr.

4Choisis pour leur rareté et leur intérêt pour la recherche, plusieurs corpus de documents ont été sélectionnés en 2011 par un comité de pilotage composé de plusieurs professeurs, de bibliothécaires et archivistes. Ce comité a retenu quatre thématiques : l’histoire du Collège de France, la médecine expérimentale, les matériaux de terrain des anthropologues et les sources des instituts d’Orient.

5Sur l’histoire du Collège de France, on trouve actuellement sur Salamandre une centaine d’affiches de cours du XVIIe au XIXe siècle, des photographies de professeurs, des reportages photographiques conduits au XIXe siècle dans certains laboratoires et un très bel album de dessins des plans de l’architecte du Collège de France, Jean-François-Thérèse Chalgrin (1739-1811). La description des comptes rendus d’assemblées de professeurs permet de suivre au plus près les débats, les évolutions et les interrogations de l’institution.

6L’importance de la médecine expérimentale au Collège est illustrée par deux fonds tout à fait exceptionnels : un ensemble de manuscrits de Claude Bernard (qui a occupé la chaire de Médecine de 1855 à 1878), et plus de 2000 plaques photo­graphiques d’Etienne-Jules Marey (qui a occupé la chaire d’Histoire naturelle des corps organisés durant 35 ans).

7Les matériaux de terrain des anthropologues sont de deux types. Ils comportent des documents libres de droit, comme les notes prises aux cours de Claude Lévi-Strauss par son élève Jean Pouillon  ; les manuscrits et notes de Robert Hertz (1881-1915)  ; des campagnes photographiques du géographe Jean Brunhes (1869-1930). La plateforme présente aussi des documents soumis à autorisation du directeur du laboratoire d’anthropologie : les archives de campagnes anthropologiques qui décrivent des rituels toujours pratiqués aujourd’hui, par exemple.

8Les sciences humaines sont représentées par les enregistrements des cours de Michel Foucault et par des ouvrages précieux et des photographies des bibliothèques des instituts d’Orient, en particulier : un ensemble de manuscrits des XVIIIe et XIXe siècles, pour certains uniques au monde, rapportés de Corée par le professeur Maurice Courant (1865-1935) et numérisés grâce au soutien de la bibliothèque nationale de Corée, des campagnes photographiques menées au Pakistan par le professeur­ Gérard Fussman sur des sites archéologiques, ainsi que des archives de Thomas Whittemore (1871-1950), fondateur de la bibliothèque Byzantine et du Byzantin Institute.

9Courant 2013, Salamandre s’enrichira de documents d’archives audiovisuelles de cours donnés au Collège de France par une vingtaine de professeurs, tels Georges Duby, Pierre-Gilles de Gennes, Claude Lévi-Strauss ou Jacqueline de Romilly.

10Portée et réalisée par la DRPD (Direction des Réseaux et Partenariats Documentaires) avec l’appui technique de la DSI (Direction des Systèmes d’Information), Salamandre a pu voir le jour grâce au soutien de la Fondation de l’Orangerie et de ses généreux donateurs, et au travail mené avec eux par la Fondation du Collège de France  ; la Bibliothèque nationale de Corée et le CNRS ont également contribué à la numérisation de certains fonds.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John SCHEID et Anne Chatellier, « Ouverture de Salamandre », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1699

Haut de page

Auteurs

John SCHEID

Articles du même auteur

Anne Chatellier

Vice-administrateur du Collège de France, directrice des réseaux et partenariats documentaires

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page