Navigation – Plan du site
International

L’archéologie afghane en Afghanistan

Conférences de Khair Muhammad Khairzada (directeur à l'Institut afghan d'archéologie)
Gérard Fussman
p. 44-45

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

• M. Khair Muhammad Khairzada a été invité par l’Assemblée des professeurs sur la proposition des Prs Gérard Fussman et Jean Kellens.

• Un résumé de cette conférence a depuis été publié dans Archeologia, n° 508, mars 2013, 62-71, 14 photos.

• Retrouvez la vidéo de cette conférence sur le site www.college-de-france.fr à la page du Pr Jean Kellens.

Texte intégral

1La situation de guerre dans laquelle l’Afghanistan est plongé depuis 1975 n’a pas entraîné la disparition de toutes les institutions culturelles.

2Leur activité fut jusqu’en 2001, date de l’intervention américaine, ralentie ou réduite à rien, mais une partie des per­sonnels est restée en place et leurs salaires ont été plus ou moins régulièrement versés. C’est ainsi que l’Institut Afghan d’Archéologie a pu reprendre ses activités, dans des conditions très difficiles, à partir de 2003, grâce aussi au soutien financier de plusieurs organisations étrangères dont la Délégation Archéologique Française en Afghanistan.

Le monastère de Kafiriyat Tepa vu du sommet de la mine (du sud)

3Une première série de fouilles eut lieu à Caboul même et dans les environs immédiats à la recherche de vestiges de monuments bouddhiques. Elle aboutit à la découverte d’un grand monastère situé au sud de la ville, le monastère de Tepe Narenj. M. Zafar Païman, qui dirigeait cette fouille, en a rendu compte dans une conférence donnée au Collège de France le 17 février 2009. Il publiera en 2013, dans les Publications de l’Institut d’Études Indiennes du Collège de France, le rapport final de ses dix campagnes de fouilles (2004-2012) sur ce site.

4Toutes les forces de l’Institut Afghan d’Archéologie sont engagées depuis 2009 dans la fouille de sauvetage d’un immense site, Mes Aynak, situé 30 km à l’est de Caboul sur un gisement de cuivre considéré comme l’un des plus grands au monde. La concession de la future mine a été confiée à une compagnie chinoise qui doit commencer à l’exploiter en 2013, ce qui entraînera la destruction des sites archéologiques. Le contrat conclu entre la compagnie chinoise et le gouvernement afghan prévoyait que celle-ci financerait la fouille. La somme a été effectivement versée (le contrat est secret, mais on parle de 25 millions de dollars) et, après quelques péripéties, la Banque Mondiale fut chargée de la supervision des fonds. La fouille se déroule dans des conditions politiques, administratives et financières pour le moins complexes. Les archéologues afghans, logés à la dure à côté de bâtiments confortables réservés aux étrangers, et les ouvriers ont souvent dû attendre plusieurs mois le versement de leur salaire. La Délégation Archéologique Française en Afghanistan a assuré la conservation sur place de quelques peintures, mais les autres découvertes, dont des statues en terre colossales, attendent toujours une consolidation minimale car les produits nécessaires à celle-ci n’ont pu être achetés, faute de fonds. On constate, sans pouvoir vraiment l’expliquer, l’absence de mesures prises pour permettre une publication scientifique : pas de journaux de fouilles, pas de relevés d’architecture, pas de localisation précise des monnaies et tessons, etc. Dans ces conditions difficiles, les archéologues afghans ont fait de leur mieux et mis au jour un ensemble impressionnant de monuments et de documents. M. Fussman et M. Ollivier, en mission d’information sur le site en 2011 et 2012 à l’invitation de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan, purent le visiter de manière détaillée sous la conduite de M. Khair Muhammad Khairzada, directeur à l’Institut Afghan d’Archéologie en 2011 et directeur de la fouille jusqu’à l’été 2012. Il fut convenu que celui-ci viendrait exposer les tous derniers résultats des travaux à la fin imposée de ceux-ci, en novembre 2012. à l’invitation des Professeurs Jean Kellens et Gérard Fussman (aujourd’hui professeur honoraire), M. Khair Muhammad Khairzada a donc donné le jeudi 29 novembre 2012 une conférence sur « Mes Aynak, un site majeur pour l’histoire du bouddhisme et de l’économie en Afghanistan ». La conférence a eu lieu en dari (persan d’Afghanistan), avec traduction en français, dans une salle pleine et très attentive. Le nom de Mes Aynak commence en effet à être connu parmi les archéologues et nombreux sont à Paris les savants intéressés par ce type de site dont la fouille apporte des indications importantes sur la survie du bouddhisme et de son art en Afghanistan et Asie centrale et sur l’histoire économique de ces régions.

5Après avoir brièvement présenté le site, découvert en 1964 par le géologue français Albert de Lapparent, M. Khairzada en montra deux panoramas permettant de localiser très précisément les monuments fouillés et les endroits où l’on pressent l’existence de restes tout aussi intéressants. Le site se compose d’une montagne nord-sud, où l’on trouve une abondance de pierres marquées d’oxyde de cuivre et de scories, et d’établissements installés à l’est de celle-ci, entre deux rivières sèches, sur des vallonnements de loess jadis boisés. On sait aujourd’hui que l’essentiel du gisement de cuivre se trouve sous ces apports de loess. Les techniques antiques permettaient seulement d’exploiter le cuivre de la montagne. L’extraction se faisait par tunnels et le minerai était fondu sur place. D’énormes dépôts de scories, atteignant jusqu’à 15 mètres de hauteur, attestent de l’intensité de l’exploitation dont la durée, autant qu’on puisse en juger aujourd’hui, s’étendit du Ier au VIIe siècle de notre ère. Pendant ces huit siècles, Mes Aynak fut l’un des plus importants ensembles miniers du nord de l’Inde et de l’Asie centrale. La mine était protégée par une muraille courant le long de la crête, contre laquelle étaient bâtis quelques logements de mineurs et ateliers de fonte (il y a des scories jusqu’au sommet de la montagne). Un personnage important devait aussi y résider puisqu’à l’automne 2012, un plat d’argent à l’effigie du souverain sassanide Shapur II fut découvert dans une de ces pauvres habitations.

6La majorité des mineurs et le personnel de l’administration habitaient au pied de la montagne, là où se trouvait jusqu’en 2009 le village de Baba Wali. Une grande partie des habitations a été dégagée. Il n’y a pas de casernes, ni de « palais », mais la fouille a livré des documents intéressants : un trésor de joailler, des statues de Bouddha en pierre et des restes de manuscrits en écriture indienne (brāhmī) des IVe-VIe siècles de notre ère.

7Le village était surplombé par une forteresse ou poste de police, appelé Tepe Shah, jouissant d’une vue exceptionnelle sur la mine et le village, mais aussi vers l’est d’où pouvaient venir les attaques. L’ensemble du site semble avoir été protégé ou surveillé par une ligne de fortins, non encore fouillés, mais que l’on croit bien discerner sur les crêtes avoisinantes.

8Tous les indices recueillis par les fouilleurs montrent que la seule religion pratiquée était le bouddhisme, religion indienne présente dans la région depuis le Ier siècle de notre ère. Les donateurs et fidèles représentés sur les peintures ne sont pourtant pas en costume indien : ils portent les pantalons et la tunique à pans croisés caractéristiques des populations centrasiatiques, et ils ne ressemblent en rien à des mineurs. Les sites cultuels bouddhiques jusqu’ici fouillés sont au nombre de cinq. Il semble bien qu’ils aient été abandonnés intacts, le dernier moine fermant la porte derrière lui en partant. L’existence d’un village moderne sur l’un d’entre eux (Gol Hamid) et les fouilles clandestines de ces dernières années semblent responsables de la plupart des dégâts constatés. Mais dans l’ensemble les sculptures et peintures étaient particulièrement bien conservées lorsqu’elles furent mises au jour. Il faut espérer qu’elles trouveront un jour place au Musée de Caboul. Le temps presse. Le déplacement de peintures murales sur enduit de terre et de statues de terre colossales est chose délicate et demande des mesures de conservation préalables sur place et du temps qui, pour l’instant, ne semble pas accordé aux archéologues.

9Deux des édifices bouddhiques (Baghcha Ghundi, au nord-est, et Kamr Ghari, sur la crête sud de la mine) présentent un plan original. Ce sont des successions de pièces, dont quelques-unes au moins étaient couvertes en coupoles sur trompes, abritant des stupas et (à Kamr Ghari seulement) des statues de terre. Pas de trace de logement pour les moines : c’étaient simplement des lieux de culte. On y a aussi trouvé des monnaies dont, à Kamr Ghari, un trésor de 850 monnaies de bronze apparemment attribuables aux derniers souverains kouchans, mais qui ont continué à circuler après la disparition de l’empire kouchan.

10Les trois autres édifices bouddhiques sont des monastères de plan classique : une partie résidentielle autour d’une cour ou d’une grande salle couverte, une partie cultuelle avec des niches et stupas accessibles aux fidèles laïcs. À en juger par l’architecture (pièces couvertes en coupoles sur trompes, décor architectural gandharien mal compris), le style des peintures et sculptures et les trouvailles de monnaies et poteries, ces monastères ont fonctionné du IVe au VIIe siècle de notre ère, mais leur fouille n’est pas achevée et sa poursuite pourrait mettre au jour des éléments plus anciens. La chronologie relative de ces trois monastères n’est pas établie non plus : nous ne savons pas s’ils fonctionnaient ensemble. Le monastère de Gol Hamid, situé un peu à l’ouest du site de la mine, était décoré de très belles peintures (Bouddhas et donateurs) et de sculptures de terre de grande qualité. Le monastère de Kafiriyat Tepa, lui aussi décoré de peintures, comportait des niches abritant des statues en terre colossales (plus de 4 mètres de haut pour certaines) de Bouddha, fort bien conservées, et, dans son dernier état, des stupas au décor très particulier. Ces trouvailles font le lien entre les sculptures de type gandharien des premiers siècles de notre ère trouvées à Hadda et dans la région de Caboul et les peintures et sculptures de Bamiyan (après 600). Elles permettent d’écrire une nouvelle histoire de l’art en Afghanistan.

11Tout ceci a fait regretter à M. Khairzada et à l’assistance, qui a posé beaucoup de questions, l’arrêt programmé des fouilles. Il reste un petit espoir que l’exploitation minière commence fin 2013 seulement, mais cela dépend entièrement des négociations entre le gouvernement afghan et la compagnie minière chinoise.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le monastère de Kafiriyat Tepa vu du sommet de la mine (du sud)
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Fussman, « L’archéologie afghane en Afghanistan », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1681

Haut de page

Auteur

Gérard Fussman

Professeur honoraire au Collège de France, titulaire de la chaire d'Histoire du monde indien (1985-2011)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page