Navigation – Plan du site
International

La correspondance entre Saint-John Perse
et Calouste Gulbenkian (1948-1954)

Conférences de Vasco Graça Moura (écrivain, président de la Fondation Centro Cultural de Belém, Lisbonne)
Michel Zink
p. 42

Notes de la rédaction

M. Vasco Graça Moura a été invité par l’Assemblée des professeurs sur la proposition du Pr Michel Zink.

Texte intégral

1Vasco Graça Moura est un des plus grands écrivains portugais de notre temps. Il est l’auteur d’une œuvre poétique considérable en volume et en importance, partiellement traduite en français, mais également de récits, de romans, d’essais, de traductions de Dante, de Shakespeare, de Villon, de Rilke. C’est aussi, depuis son engagement dans la révolution des œillets, un homme public de premier plan. Il a occupé des charges importantes, a été deux fois ministre, longtemps député européen. Il est aujourd’hui directeur du prestigieux Centre culturel de Belém.

  • 1  Saint-John Perse, Calouste Gulbenkian. Correspondance, 1946-1954, édition établie, annotée et prés (...)

2Vasco Graça Moura a en commun avec Saint-John Perse d’être à la fois un poète et un acteur de la vie politique de son pays. Parmi les fonctions qu’il a exercées figure celle de directeur des services de la Fondation Gulbenkian. Il était donc particulièrement bien placé pour éditer la correspondance entre Saint-John Perse et Calouste Gulbenkian1. C’est à cette correspondance qu’il a consacré la conférence qu’il a donnée au Collège de France le 21 février 2013, après avoir parlé la veille de « L’auto allusion dans l’œuvre d’un poète portugais du XVIe siècle : Luis de Camões » dans le cadre du séminaire de Michel Zink, en relation avec son cours « Quel est le nom du poète ? ».

Calouste Gulbenkian peu avant 1900

3C’est à Paris, où Gulbenkian réside à partir de 1920 et où il se fait bâtir un superbe hôtel avenue d’Iena, qu’il se lie avec le diplomate Alexis Léger. Mais ils n’entrent en correspondance suivie qu’en 1948, exception faite d’un bref échange en 1946, c’est-à-dire après la guerre et l’exil américain de l’ancien secrétaire général du quai d’Orsay, exil librement prolongé, puisqu’il choisira de ne pas revenir en France à la Libération. On devine seulement à ses remerciements que Gulbenkian est venu en aide à sa mère pendant les années de guerre.

4L’aide de Gulbenkian, Saint-John Perse en bénéficie lui-même. En 1948, au moment où les nécessités financières allaient le contraindre d’accepter un poste universitaire dans l’Amérique profonde – perspective qui lui faisait horreur –, le financier lui propose un salaire régulier et assez important, présenté avec délicatesse comme la rémunération des analyses sur la situation internationale qu’il lui enverrait périodiquement. La correspondance, largement constituée de ces sortes de rapports informels, est de ce fait beaucoup plus celle d’Alexis Léger que celle de Saint-John Perse. Au milieu de considérations claires et souvent pénétrantes sur la stratégie politique et économique des grandes puissances en ces années où le monde entre dans la guerre froide, seules quelques formules fulgurantes, laconiques et grandioses, quelques confidences, quelques lignes consacrées au récit d’un voyage, à une description de la nature font entendre ou deviner la voix du poète.

5Saint-John Perse est l’obligé, Gulbenkian le bienfaiteur. Il est plus facile de faire bonne figure dans le second emploi que dans le premier. Les longues lettres du poète diplomate trahissent un peu l’apprêt. Moins nombreuses, plus courtes, dactylographiées, les lettres écrites par le magnat du pétrole paraissent plus naturelles, plus spontanément chaleureuses, porteuses d’une réelle admiration.

6En lisant cette correspondance, en écoutant la belle présentation qu’en a faite Vasco Graça Moura, on se dit que Saint-John Perse était décidément un homme déconcertant. Sa rancune tenace à l’égard du Général de Gaulle et de Paul Reynaud n’est pas une surprise. Ce qui est plus inattendu, c’est de le découvrir, par exemple, si préoccupé de sa santé et des risques que le climat, le mauvais air, les infections diverses pourraient lui faire courir. On ne l’aurait pas soupçonné hypocondriaque. Mais la publication d’une correspondance joue précisément son rôle en permettant ces petites révélations.

Haut de page

Notes

1  Saint-John Perse, Calouste Gulbenkian. Correspondance, 1946-1954, édition établie, annotée et présentée par Vasco Graça Moura, Paris, Gallimard, 2013, Cahiers Saint-John Perse 21, 335 p.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Calouste Gulbenkian peu avant 1900
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Zink, « La correspondance entre Saint-John Perse
et Calouste Gulbenkian (1948-1954) », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1669

Haut de page

Auteur

Michel Zink

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littératures de la France médiévaleFr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page