Navigation – Plan du site
Chaires

Être britannique à l'Académie française

Élection à l’Académie française
Michael Edwards
p. 30-31

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Le 21 février 2013, Michael Edwards, professeur honoraire de la chaire d’Étude de création littéraire en langue anglaise, est élu au fauteuil de Jean Dutourd (fauteuil 31)

Texte intégral

Être britannique à l'Académie française

1À en juger par l’accueil des membres de l’Académie française et par les médias, les Français sont heureux de voir un Britannique sous la Coupole.

2Ce qui est profondément rassurant à une époque où le monde anglo-saxon est perçu, à juste titre, comme une menace pour la culture française et pour l’intégrité du français. Mais j’ai eu la chance d’être attiré, dès mon premier contact, par tout ce qui touche à la France, d’être ébloui par Racine comme par Shakespeare, par Paris comme par Londres, par Chambord comme par Hampton Court. J’ai deux pays et deux langues, et lorsque je décidai d’écrire pour l’essentiel dans une langue apprise, le français devint, comme je l’ai souvent raconté, une langue « maternelle » qui enfante en moi un nouvel être.

Copyright : Patrick Imbert, Collège de France

3Si je suis, selon Pierre Assouline dans sa « Petite supplique à l’Académie française », « le plus français des Anglais et le plus anglais des Français », j’aimerais apporter à l’Académie, en ce moment difficile, la connaissance conjointe et comparée de nos deux manières d’interpréter et de vivre le réel, et en particulier une conscience intime de la culture britannique, voisine et contraire. Je désirerais surtout montrer ce que l’anglais­ peut offrir au français : en premier lieu, une continuelle inventivité et une ouverture attentive aux langues étrangères. À l’époque élisabéthaine, la plus faste pour l’anglais, les écrivains empruntaient à une cinquantaine d’autres langues et concevaient une abondance de mots nouveaux qui ont survécu. Pourquoi ne peut-on dire en français inimportant, ou promiscueux, qui seraient des mots dérivés régulièrement de sources latines ? (Unimportant et promiscuous sont courants en anglais.) Pourquoi avons-nous perdu ascendre (vieux) et surtout improfondeur et (s’il a bien existé) improfond, alors qu’il nous manque une traduction simple de shallowness et de shallow ? (En Angleterre, je parlerais des mots qui font défaut en anglais.) Il me plaît de trouver parmi mes prédécesseurs au fauteuil 31 Antoine Furetière, dont le dictionnaire, publié en 1690, contenait de nombreux néologismes.

4Il me plaît aussi de savoir que la présence de la poésie à l’Académie sera renforcée. Sans doute n’ai-je pas été élu principalement en tant que poète, mais la pratique de la poésie en français et en anglais sert de foyer à tout ce que j’écris. Mon œuvre, où s’associent la philosophie, la théologie, la réflexion sur l’art et la musique, et ce que j’appelle la spéculation littéraire, cherche son unité dans une façon poétique de vivre et de penser. C’est par une heureuse coïncidence que je publiai coup sur coup, quelques mois avant mon élection, Le Rire de Molière et un recueil de poèmes, Paris aubaine.

5Je reconnais que cette élection doit beaucoup au Collège de France. Les nombreux livres que j’ai écrits depuis mon entrée au Collège ont bénéficié du microclimat tonique de notre institution, comme de l’exigence d’originalité qui nous incite à avoir constamment des idées. Et si le premier académicien à me parler d’une possibilité à laquelle je n’avais jamais pensé fut François Cheng, qui me murmura un jour : « Dommage que vous ne soyez pas à l’Académie », c’est Jacqueline de Romilly qui, avec un enthousiasme qui m’étonnait autant qu’il me touchait, milita en ma faveur auprès de ses confrères. Marc Fumaroli fut à la tête de ceux qui m’appuyèrent ensuite, et je lui en suis très reconnaissant. Il est satisfaisant de trouver également, parmi les autres occupants de mon fauteuil, Joseph Bédier, grand médiéviste, professeur au Collège de France et Administrateur de 1929 à 1936.

6L’élection à l’Académie signifie que je suis définitivement accepté par la France. Être le premier Britannique à ­l’Académie, comme au Collège – à deux établissements prestigieux et avant tout uniques –, relève étrangement du rêve. Vue de la lointaine Angleterre de ma jeunesse, l’Académie française était la maison de Valéry, de Claudel, de Mauriac, le lieu même de l’inattingible lointain. Je me retrouve au fauteuil de Cocteau, d’Edmond Rostand, de Sieyès, de Condillac, et je me rappelle que pour pénétrer dans le Collège de France nous montons des marches entre Dante et Ronsard et nous passons à côté de Claude Bernard et de Champollion. Mais je terminerai par une affirmation de Jean Dutourd, que je « remplace » à ­l’Académie, découverte l’autre jour et que je citerai peut-être dans mon discours de réception, tant elle correspond, avec son inversion d’une idée reçue, à ma propre vision du comique de la vie. La littérature, écrit-il, n’est point faite pour les époques barbares : « Les barbares ne veulent pas voir l’envers du monde, qui est gai. Rien que son apparence, qui est tragique. »

Le Collège de France et l’Académie française

7Depuis la création du Collège de France, 48 de ses professeurs, représentant les disciplines les plus diverses, ont été élus à l'Académie française. Depuis le XXe siècle, 20 professeurs ont rejoint la coupole des Immortels :

Physique et chimie

8• 1900 élection de Marcelin Berthelot (chaire de Chimie organique) au fauteuil 40

9• 1934 élection de Maurice de Broglie (chaire de Physique générale et expérimentale) au fauteuil 37

10• 1966 élection de Louis Leprince-Ringuet (chaire de Physique nucléaire) au fauteuil 35

Sciences du vivant

11• 1944 élection d’André Siegfried (chaire de Géographie économique et politique) au fauteuil 29

12• 1971 élection d’Étienne Wolff (chaire d’Embryologie expérimentale) au fauteuil 24

13• 1996 élection de François Jacob (chaire de Génétique cellulaire) au fauteuil 38

Sciences humaines

14• 1914 élection de Henri Bergson (chaire de Philosophie grecque et latine, puis chaire de Philosophie moderne) au fauteuil 7

15• 1945 élection d’Édouard Le Roy (chaire de Philosophie moderne) au fauteuil 7

16• 1973 élection de Claude Lévi-Strauss (chaire d’Anthropologie sociale) au fauteuil 29

Histoire et littérature

17• 1920 élection de Joseph Bédier (chaire de Langue et littérature françaises du Moyen Âge) au fauteuil 37

18• 1924 élection de Camille Jullian (chaire d’Histoire et d’antiquités nationales) au fauteuil 10

19• 1925 élection de Paul Valéry (chaire de Poétique) au fauteuil 38

20• 1940 élection de Paul Hazard (chaire d’Histoire des littératures comparées de l’Europe méridionale et de l’Amérique latine) au fauteuil 11

21• 1960 élection de René Huyghe (chaire de Psychologie des Arts plastiques) au fauteuil 5

22• 1978 élection de Georges Dumézil (chaire de Civilisation indo-européenne) au fauteuil 40

23• 1984 élection de Fernand Braudel (chaire d’Histoire de la civilisation moderne) au fauteuil 15

24• 1987 élection de Georges Duby (chaire d’Histoire des sociétés médiévales) au fauteuil 26

25• 1988 élection de Jacqueline de Romilly (chaire de la Grèce et de la formation de la pensée morale et politique) au fauteuil 7

26• 1995 élection de Marc Fumaroli (chaire de Rhétorique et société en Europe – XVIe-XVIIe siècles) au fauteuil 6

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Copyright : Patrick Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Edwards, « Être britannique à l'Académie française », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1660

Haut de page

Auteur

Michael Edwards

Professeur honoraire au Collège de France, titulaire de la chaire d'Étude de création littéraire en langue anglaise (2002-2008)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page