Navigation – Plan du site
Événements

150 ans après L’Origine des espèces : du darwinisme de Darwin à l’évolutionnisme contemporain

Armand de Ricqlès
p. 41-42
Traduction(s) :
Ηistorical biology and evolutionism

Résumé

Colloque organisé par la chaire de Biologie historique et évolutionnisme, Pr Armand de Ricqlès. 10-12 juin 2009.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

biologie
Haut de page

Notes de la rédaction

Une version vidéo du colloque sera disponible sur le site Internet du Collège de France ainsi que sur le site CERIMES / Canal U.

Texte intégral

De gauche à droite : Pr A. de Ricqlès, G. Lecointre (professeur au Muséum national d’histoire naturelle) et G. Boeuf (Directeur du Muséum) lors de la discussion finale du 12 juin.

1« La biologie évolutionniste a été et demeure une pierre angulaire de la science moderne. Plus généralement l’évolution constitue un concept central de la biologie qui est fondé à la fois sur l’étude des organismes du passé et sur l’étude de la diversité et des relations de parenté entre les organismes actuels. Les progrès rapides actuellement réalisés dans les sciences de la vie et en médecine reposent sur des principes dérivés de notre compréhension de l’évolution. Cette compréhension est née à la fois de l’étude des données toujours plus abondantes issues des fossiles et, de façon tout aussi importante, de l’application des techniques issues des sciences biologiques et moléculaires modernes à l’étude de l’évolution. Bien entendu, comme dans tout domaine actif de la recherche scientifique, bien des questions fascinantes restent ouvertes, et il convient de mettre en valeur certains aspects particulièrement actifs des recherches actuellement en cours concernant l’évolution... »

  • 1  Sa version française sera bientôt disponible sur les sites internet de l’Académie des sciences et (...)
  • 2  Voir la Lettre du Collège de France no 25, p. 12-13.

2Cette profession de foi enthousiaste en faveur des sciences de l’évolution et de leur importance fondamentale ouvre un tout récent document publié par la prestigieuse Académie des sciences et par l’institut de Médecine des États-Unis. Il est intitulé La Science, l’évolution et le créationnisme1. Cet ouvrage met l’accent par son titre sur certains paradoxes inquiétants qui interviennent en ce moment même dans notre société humaine en voie de mondialisation rapide. La prise en considération de ces circonstances a inspiré l’organisation et le contenu du présent colloque, dans le cadre de l’Année Darwin2.

3Nous avons voulu débuter ce colloque par un bref regard sur l’histoire de l’évolutionnisme, grâce aux travaux des historiens des sciences, des épistémologues et des biologistes. Bien avant Darwin, certaines idées affines à ce que nous appelons aujourd’hui l’évolution étaient déjà dans l’air et fort discutées. Comme l’a montré Philippe Huneman (Paris I-IHPST) ces idées prirent des formes très variées au sein de divers transformismes pré-darwiniens. L’historiographie a fait de Lamarck le véritable fondateur de l’évolutionnisme scientifique, surtout en France. St. Tirard (Nantes) a montré combien les interprétations doivent rester nuancées à certains égards. La suite de l’histoire de l’évolutionnisme, jusqu’à la « synthèse classique » inclusive, a été relatée selon un ordre généralement chronologique mais aussi thématique par J. Gayon (Paris I-IHPST), Th. Hochet (Paris Ouest), L. Loison (Nantes), J. Deutsch (Paris VI) et G. Periquet (Tours).

4Ces exposés ont renforcé ma conviction que pour bien concevoir (et enseigner) l’état présent dans lequel se pose une question scientifique la prise en considération de son développement historique est d’une utilité majeure, constituant une source fondamentale de compréhension. L’histoire (et la philosophie) des sciences a encore un autre atout : elle favorise le développement d’une véritable culture scientifique, dont l’utilité pour le citoyen devient fondamentale en tant qu’outil critique, au fur et à mesure que les applications des connaissances scientifiques constituent des enjeux de société de plus en plus vitaux.

5La seconde partie du programme, la plus développée, souhaitait constituer un « état des lieux » concernant quelques grands aspects de l’évolutionnisme contemporain. Là encore il n’était pas question de viser à une quelconque exhaustivité, mais seulement de donner un éclairage sur certains thèmes qui nous ont paru présenter un intérêt évident, soit du fait de leur portée générale (J. van Helden – ULB, Bruxelles) soit parce qu’ils touchent à une particulière actualité (M. Morange, ENS). De façon peut être un peu discutable (S. Samadi – IRD Paris, A. Barberousse – IHPST), on a distingué une approche « patterns », touchant à la reconstitution de l’historicité de l’évolution, d’une approche « process » s’intéressant aux mécanismes sous-jacent, à cette histoire. Cette distinction s’est articulée à toute une réflexion sur les « niveaux d’intégration » du vivant, aux plans structuraux comme fonctionnels. De la molécule d’ADN (N. Galtier – Montpellier II, R. Debruyne – Mc. Master, V. Barriel – MNHN) aux génomes (M. Veuille – EPHE, D. Higuet – Paris VI, O. Jaillon – Evry-Genoscope), aux clades (N. Vidal – MNHN, J-Y. Dubuisson – MNHN), écosystèmes (Ph. Grandcolas – MNHN) et à leurs contextes spatiaux (F. Cecca – Paris VI) ; de l’unicellulaire (P. Furla – Nice) à l’humain (E. Heyer – MNHN) et à ses langages, (P. Darlu – INSERM) ; du fossile (D. Goujet – MNHN, I. Rouget – Paris VI) à l’actuel (S. Mazan – Orléans), en passant par l’espèce (A. Dubois – MNHN), M. Laurin – CNRS) et la spéciation (J-N. Wolff – Lyon I, J. Cubo – Paris VI) ou les complexes symbiotiques (M. Poirié – Nice, M-A. Selosse – CEFE Montpellier) des contributions précises et variées ont illustré certaines thématiques et recherches très actuelles.

6On retire de l’ensemble de ces interventions que jamais peut être autant qu’aujourd’hui, l’évolutionnisme n’a constitué un champ de recherche aussi actif, immense et diversifié, structurant en profondeur et donnant désormais valeur et signification réciproque à tous les aspects de la biologie. De ce point de vue il est remarquable de constater la valeur heuristique toujours renouvelée du « programme de recherche » offert par l’évolution. Un des aspects actuels les plus encourageants est la remarquable perception, désormais partagée par tous les acteurs, que tous les niveaux d’intégration (de la molécule à l’écosystème) sont simultanément indispensables à la compréhension du monde vivant et que les recherches sont donc légitimes à tous ces niveaux. Ainsi devraient progressivement se cicatriser d’anciennes (et féroces) oppositions entre « structuralistes » et « fonctionnalistes », « naturalistes » et « molécularistes », etc., pour le plus grand progrès des connaissances.

7On pourrait s’étonner que le thème de la troisième et dernière partie, « Enseigner l’évolution aujourd’hui » trouve sa place dans ce colloque. Il y a encore une trentaine d’années, il pouvait paraître impensable que, dans un pays comme la France, s’élève une contestation visant à chasser l’enseignement de l’évolutionnisme scientifique des écoles de la République (O. Baudouin et C. Brosseau). Tout cela pose une série de problèmes non seulement scientifiques mais pédagogiques (C. Fortin – INRP, A. Mamecier et D. Rojat - Inspection générale, ministère de l’Éducation nationale) et sociétaux et, en fin de compte, politiques, au meilleur sens du mot. La question ne se pose pas qu’en France, comme on a pu le voir (K. Padian – Berkeley), mais participe d’un enjeu mondialisé (G. Lecointre – MNHN). Un éventuel refus de l’évolutionnisme scientifique par de nombreuses cultures ou communautés humaines risque fort d’avoir des conséquences pratiques catastrophiques. Ce xxie siècle va être en effet celui d’une crise, sans précédent à l’échelle humaine historique, touchant à tous les aspects de la biodiversité et de l’environnement planétaire (A. Dubois – MNHN). Face à de tels défis, la pleine et entière intégration de la perspective évolutionniste devrait être, plus que jamais, un enjeu fondamental de l’enseignement mondial.

Haut de page

Notes

1  Sa version française sera bientôt disponible sur les sites internet de l’Académie des sciences et du Collège de France.

2  Voir la Lettre du Collège de France no 25, p. 12-13.

Haut de page

Table des illustrations

Légende De gauche à droite : Pr A. de Ricqlès, G. Lecointre (professeur au Muséum national d’histoire naturelle) et G. Boeuf (Directeur du Muséum) lors de la discussion finale du 12 juin.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/166/img-1.png
Fichier image/png, 193k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/166/img-2.png
Fichier image/png, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 26, Collège de France, Paris, juin 2009, p. 41-42. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Armand de Ricqlès, « 150 ans après L’Origine des espèces : du darwinisme de Darwin à l’évolutionnisme contemporain », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/166

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page