Navigation – Plan du site
Chaires

La Renaissance d’Alberto Tenenti (1924-2002)

Colloque des 9 et 10 novembre 2012
Carlo Ossola
p. 32

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Colloque consultable en ligne sur le site www.college-de-france.fr à la page du Professeur.

Texte intégral

1Pour le dixième anniversaire de la mort d’Alberto Tenenti, le Collège de France – où enseignèrent deux de ses maîtres, Lucien Febvre et Fernand Braudel –, l’École des hautes études en sciences sociales, où il accomplit l’essentiel de sa carrière, et Florida State University, où enseigne aujourd’hui un de ses anciens élèves, ont rendu hommage à un des plus importants historiens de l’économie, de la culture et de l’État à la Renaissance.

Copyright : Patrick Imbert, Collège de France

2Le colloque, organisé en cet anniversaire en présence de Mme Tenenti et de sa famille, a permis de reconstituer l’itinéraire intellectuel d’Alberto Tenenti à partir des rapports filiaux, mais exigeants, qu’il noua très tôt avec Lucien Febvre, qui persuada ce philosophe de formation, venu à Paris au lendemain de la deuxième guerre mondiale pour étudier la philosophie de Diderot, de se tourner vers l’histoire et vers la Renaissance, cela avant que sa proximité intellectuelle et personnelle avec Fernand Braudel ne le lie étroitement aux destins croisés de la VIe section de l’École pratique des hautes études et des « Annales ». Témoignage de première importance sur les échanges culturels franco-italiens dans le domaine de l’histoire au cours de la seconde moitié du XXe siècle, l’œuvre très originale d’Alberto Tenenti – centrée sur une Méditerranée qui ne se confond pas avec celle de Fernand Braudel – a été « revisitée » par des historiens d’aujourd’hui en privilégiant les domaines où il fut un pionnier et demeure un maître, comme les attitudes devant la mort ou la construction sociale du sentiment du temps et de l’espace.

3À Maurice Aymard-, ami de très longue date et collègue pendant plusieurs décennies d’Alberto Tenenti, il revenait d’ouvrir le colloque par une présentation d’Alberto Tenenti à travers sa correspondance inédite avec Fernand Braudel, aujourd’hui conservée aux Archives nationales avec la plus grande partie des papiers Braudel. Dans ce dossier exceptionnel par son abondance (248 lettres) et sa continuité (de 1950 à 1984), Maurice Aymard a choisi de distinguer trois thèmes essentiels qui s’y entrelacent constamment : Alberto Tenenti et la France, la construction de son œuvre, l’amitié avec Fernand Braudel. On mentionnera ici deux passages significatifs d’une lettre d’avril 1958 : « […] sans vous et Lucien Febvre je n’aurais presque rien pu donner ni à la culture italienne ni à la culture francaise […] » et « […] je me sens plus proche de la France que d’aucun autre pays. » Cette correspondance offre un véritable « auto-portrait » d’Alberto Tenenti qui est aussi, par certains aspects, un portrait du groupe de jeunes historiens italiens de la même génération qu’Alberto Tenenti – Elena Fasano, Corrado Vivanti ou Ruggiero Romano par exemple –, que Fernand Braudel réunit au Centre de recherches historiques et fit collaborer à la grande entreprise collective que fut la seconde édition de sa Méditerranée.

4Ceux qui ont connu Alberto Tenenti savent quelle importance il accordait à sa bibliothèque, riche de 7 000 volumes au moment de sa mort, et à la dizaine de milliers de fiches, rédigées selon un modèle immuable dans les archives et les bibliothèques de toute l’Europe, qui constituaient, pour lui comme pour Fernand Braudel, la matière première de sa recherche. Giorgio Tenenti, fils unique et exécuteur littéraire d’Alberto Tenenti, a évoqué la rigoureuse méthode de travail de son père – qui devrait permettre bientôt aux chercheurs d’accéder à un fonds excellemment conservé et classé –, mais aussi, avec sensibilité et pudeur, une éthique du travail intellectuel aux exigences si hautes qu’elles ont pu parfois paraître difficiles à comprendre pour ses proches.

5Au terme de ces deux journées Yves Hersant (École des hautes études en sciences sociales), dans ses conclusions, a utilisé la citation de Montaigne – « ô mes amis il n’y a nul ami » – pour en souligner la valeur d’appel à l’amitié véritable et souhaiter que le colloque à sa mémoire vaille de nouveaux amis à Alberto Tenenti, dont il souligna fortement, au-delà de sa curiositas d’historien qui le rapproche de Burckhardt, la qualité d’écrivain qui rappelle souvent Italo Calvino, un de ses interlocuteurs chez Einaudi au moment de la publication du Senso della morte e l’amore della vita.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Copyright : Patrick Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlo Ossola, « La Renaissance d’Alberto Tenenti (1924-2002) », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1631

Haut de page

Auteur

Carlo Ossola

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littératures modernes de l'Europe néolatine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page