Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

État social et mondialisation :
analyse juridique des solidarités

Extraits de la leçon inaugurale prononcée le 22 novembre 2012
Alain Supiot
p. 4
Traduction(s) :
The Social State and Globalization : A Legal Analysis of Forms of Solidarity

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Leçon inaugurale parue aux Éditions Fayard et disponible sur le site www.college-de-france.fr à la page du Professeur.

Texte intégral

1Que l’injustice soit le ferment de la violence, voilà qui est facile à admettre. Mais c’est ici que les difficultés commencent. Elles sont de deux ordres – théorique et politique – qu’Aristote distinguait et hiérarchisait déjà soigneusement :

2« En ce qui touche l’égal et le juste, écrit-il dans « La Politique », même s’il est difficile de découvrir la vérité à leur sujet, il est cependant plus aisé de l’atteindre que d’y amener par la persuasion ceux qui ont le pouvoir de se tailler la part du lion : car toujours ce sont les plus faibles qui recherchent l’égalité et la justice, alors que la classe dominante n’en prend aucun souci ». à supposer même que soit levé cet obstacle politique, la seule observation des faits serait impuissante à découvrir les règles d’une juste répartition des biens et des places. Car contrairement à une métaphore biologique aussi ancienne que trompeuse, la régulation n’a pas le même sens s’agissant d’un organisme vivant ou d’une société humaine. En médecine, ainsi que l’a observé Canguilhem, on s’accorde sans peine sur ce qu’est le bien – c’est la santé – et c’est le mal qui fait problème : l’identification des maladies et de leurs causes. Au contraire dans la société, on s’accorde assez facilement sur les maux qu’il faut conjurer – la misère, le mensonge ou la violence – mais c’est la définition de ce qu’est un ordre idéal qui ne va pas de soi. Tandis que la norme de fonctionnement de l’organisme s’identifie à son existence même, une société doit, pour exister et se maintenir, poser cette Norme en dehors d’elle-même. Kelsen a parfaitement perçu cette extériorité de la Norme fondamentale, mais cela l’a conduit aux impasses d’une théorie purement formaliste du droit, rendue aveugle aux valeurs qui l’animent et aux faits qu’il régit. Comment échapper à cette impasse sans tomber dans celle d’un scientisme qui prétendrait trouver dans l’observation de l’être la réponse à la question du devoir être ?

Copyright : Patrick Imbert, Collège de France

3Aussi différentes soient-elles, ces deux impasses procèdent d’un même refoulement positiviste, que l’œuvre de Pierre Legendre a mis en pleine lumière : le refoulement par la modernité occidentale de ses propres bases dogmatiques. Cette œuvre marque dans la pensée juridique un tournant dont l’ampleur ne se révélera qu’avec le temps. Car il nous ­faudra du temps pour admettre qu’en Occident comme ­ailleurs, l’institution de l’homme et de la société repose sur des prémisses indémontrables, qui relèvent de la fiducie et non du calcul. Du temps aussi pour tirer tout le parti heuristique du concept d’espaces dogmatiques industriels, sans lequel on ne peut accéder aux soubassements institutionnels de la globalisation.

4Une métaphore ancienne représente la Justice comme la mère des lois. Elle est cette origine dont notre humanité orpheline postule l’existence sans jamais pouvoir y faire retour. Pour le dire dans les termes du gardien de la première porte de la Loi, dans le seul passage du Procès que Kafka ait publié de son vivant, il n’est pas possible d’entrer dans la Loi, d’accéder­ à ce qui serait sa raison ultime. Franchirait-on cette première porte, qu’une infinité d’autres continueraient de nous en ­séparer, de même qu’une série indéfinie d’axiomes, ajoutés les uns après les autres, ne saurait faire échapper un système formel à une part irréductible d’incalculable. Bien sûr, nous savons depuis Montesquieu que l’esprit des lois est lié aux caractéristiques du milieu où s’inscrit chaque société, et qu’il diffère donc nécessairement d’un lieu et d’une époque à une autre. Mais il ne s’agit nullement d’un lien de causalité ­mécanique, si bien qu’un même milieu peut voir germer des représentations différentes du devoir. La science est impuissante à fonder un ordre juridique. Les principes sur lesquels repose un tel ordre sont affirmés et célébrés, mais non pas démontrés ni démontrables.

5L’intitulé de cette nouvelle chaire – « État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités » – désigne à la fois un objet et une méthode. S’il est un peu long, c’est parce que cet objet ne se laisse pas enfermer dans les frontières sûres et reconnues d’une « branche » du droit, et que sa compré­hension suppose d’envisager ce dernier comme un outil d’analyse des sociétés et non pas seulement comme un système établi de règles. Ce que l’État social nous donne à voir, c’est tout à la fois l’armature de solidarités qui en un siècle ont profondément transformé nos manières de vivre ensemble, et le jeu de forces puissantes qui ébranlent cet édifice institutionnel et menacent de le mettre à bas. Ce sont ces forces qu’il s’agira d’essayer de comprendre, ainsi que leur impact prévisible.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Copyright : Patrick Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Supiot, « État social et mondialisation :
analyse juridique des solidarités », La lettre du Collège de France [En ligne], 36 | décembre 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1600

Haut de page

Auteur

Alain Supiot

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page