Navigation – Plan du site
Événements
Histoire et avenir de la chimie

Histoire de la chimie au Collège de France

Jacques Livage
p. 33-35

Résumé

Journée organisée par le Pr Jacques Livage, chaire de Chimie de la matière condensée et conçue par Bernadette Bensaude-Vincent, professeur d’histoire des sciences à l’université Paris Ouest-Nanterre-IUF, 4 mai 2009.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

chimie
Haut de page

Texte intégral

1Il n’était pas possible de décrire en quelques heures seulement, trois siècles de présence et dix-huit chaires de chimie au Collège de France. Six exemples ont été choisis pour présenter quelques étapes d’une longue histoire parfois mouvementée. De la médecine à la chimie, de l’analyse à la synthèse, de la molécule aux matériaux. Souvent en rivalité avec les sciences du vivant, la chimie affirme son identité comme science de laboratoire.

Pr Jacques Livage

Étienne-François Geoffroy, transmutations et affinités chimiques

Bernard Joly – UMR « Savoirs, textes, langage », Lille

2Étienne-François Geoffroy (1672-1731),était à la fois chimiste et médecin. Spécialiste de la matière médicale, il fut professeur de médecine au Collège royal de 1709 à sa mort et doyen de la faculté de médecine de Paris de 1726 à 1729. Mais c’est surtout comme chimiste qu’il fut connu, en raison de la « Table des rapports entre les différentes substances » qu’il présenta en 1718 à l’Académie royale des sciences dont il était membre depuis 1699, devenant ainsi l’inventeur de la théorie des affinités chimiques qui constitue l’un des piliers de la chimie du xviiie siècle. Pourtant, ce novateur, qui enseigna la chimie au Jardin royal des plantes de 1707 à 1730, était attaché aux théories de la tradition alchimique, au nom desquelles il s’opposa aux réductions mécanistes de la chimie d’inspiration cartésienne développée par ses collègues de l’Académie. Bien plus que les attaches newtoniennes qu’on lui prête parfois, c’est sa fidélité aux travaux des alchimistes qui lui permit de défendre la spécificité de la chimie face aux prétentions de la nouvelle physique.

Jean d’Arcet, un chimiste discret dans l’ombre de Lavoisier

Patrice Bret – Centre Alexandre Koyré et CRHST, Comité Lavoisier de l’Académie des sciences

3Professeur de chimie expérimentale au Collège de France pendant plus d’un quart de siècle Jean D’Arcet (1724-1801), traversa son époque avec une discrétion que le temps et l’ombre écrasante de Lavoisier ont transformée en injuste oubli. Élève et collaborateur de Guillaume-François Rouelle, professeur de chimie au Jardin du Roi et ami du baron d’Holbach, philosophe et minéralogiste, D’Arcet fut tour à tour protégé de Montesquieu, du comte de Lauraguais et du duc d’Orléans. Sa carrière doit pourtant moins à son entregent qu’à ses travaux et il n’entra qu’à un âge avancé, en 1784, à l’Académie royale des sciences, dont il fut le dernier président.

4L’enseignement de cet homme des Lumières est résolument moderne. Il prononce sa leçon inaugurale en français et professe sans la robe doctorale. Sa démarche pédagogique – du simple au complexe et de l’analyse à la synthèse – est fondée sur l’expérience et, à défaut d’obtenir la construction d’un vrai laboratoire, il y remédie de ses propres deniers. Le choix de ce docteur-régent de la faculté de médecine de Paris s’inscrit dans le cadre du renouveau de l’enseignement du Collège royal pour l’adapter à l’évolution des savoirs.

5Au moment même où Lavoisier lance ses premières offensives contre la théorie phlogistique, cette nomination consacre une œuvre de chimiste praticien exemplaire. Rénovant la tradition expérimentale par une approche « raisonnée et méthodique », D’Arcet est réputé avoir fondé l’analyse chimique moderne des terres, des pierres précieuses et des substances métalliques. Ainsi peut-il lancer la fabrication de la porcelaine en France, prouver la combustibilité du diamant et obtenir des alliages nouveaux. Artisan de l’application de la chimie aux besoins de la société, il est directeur-général de la manufacture de porcelaines de Sèvres, inspecteur des ateliers de teinture de la manufacture des Gobelins, inspecteur-général des essais des monnaies et il sert discrètement la défense nationale sous la Révolution. Et, s’il combat Lavoisier, il est commissaire de l’Académie pour l’examen de la Méthode de nomenclature chimique (1787) et de son Traité élémentaire de chimie (1789), et il participe à l’hommage posthume qui lui est rendu dix-huit mois après son exécution. De fait, sa posture et son expérience d’homme de terrain lui permettent de se tenir relativement à l’écart des débats théoriques sans nuire au succès des résultats.

Louis-Jacques Thénard, pionnier de l’enseignement en laboratoire

Antonio Garcia Belmar – Université d’Alicante, Espagne

6Jacques Thénard (1777-1857)est connu pour sa découverte du bore, la synthèse de l’eau oxygénée et surtout par le « bleu de Thénard », pigment à base de sels de cobalt. Mais, au-delà de ses contributions scientifiques, Thénard est pour ses anciens élèves et collègues le créateur d’une nouvelle méthode d’enseignement de la chimie qui inspira des chimistes étrangers comme Berzelius et Liebig et qui servit de modèle à plusieurs générations d’enseignants de la chimie en France. Une analyse de l’évolution des plans du Collège de France permet de comprendre les changements dans la conception des espaces d’enseignement et de recherche qui ont accompagné la transformation des laboratoires privés de recherche en espaces publics dédiés à l’enseignement. L’étude des cahiers de classe rédigés par ses élèves et des articles publiés par ses préparateurs, donne une nouvelle vision de l’amphithéâtre et des laboratoires de chimie du Collège de France, répartis de façon à optimiser cette nouvelle forme d’apprentissage par l’expérience.

Une affaire de poisons : François Magendie vs Mateu Orfila

José Ramon Bertomeu Sanchez – Université de Valence, Espagne

7Les poisons ont attiré l’attention des scientifiques et du public au xixe siècle. L’augmentation des crimes par empoisonnement a suscité une alarme sociale et la création de nouvelles méthodes d’analyse par les toxicologistes. L’investigation ces activités criminelles a conduit des toxicologues comme Mateu Orfila (1787-1853) à des conclusions théoriques très importantes sur l’absorption des poisons. Il s’oppose alors au prince des physiologistes, François Magendie qui utilisait les poisons, notamment les nouveaux alcaloïdes, comme « réactifs de la vie », selon l’expression de son élève Claude Bernard. Les recherches d’Orfila et de Magendie sur l’absorption des poisons permettent d’analyser les tensions et controverses entre deux conceptions du poison pendant la première moitié du xixe siècle.

Marcelin Berthelot : la synthèse chimique aux confins du vivant

Bernadette Bensaude-Vincent – Université Paris Ouest-Nanterre

8Autant Marcelin Berthelot (1827-1907), fut célébré et adulé au début du xxe siècle, autant il fut honni et accablé par des chimistes historiens durant la deuxième moitié du xxe siècle à cause de son opposition à l’atomisme. Son grandiose projet de synthèse chimique s’inscrit dans la longue histoire des tumultueux rapports entre chimie et médecine. Entré au Collège de France en 1851 comme préparateur de Balard, Marcelin Berthelot y a passé la plus grande partie de sa carrière. La première chaire de chimie organique fut créée pour lui en 1865. Sa nomination a marqué sans aucun doute un tournant décisif dans le développement de la chimie au sein de cette institution. Elle marque une très nette rupture avec le passé. Jusque là, la chimie était essentiellement une science de l’analyse cherchant à découvrir la composition de la matière. En 1860, Marcelin Berthelot publia un ouvrage intitulé La chimie organique fondée sur la synthèse. Ce fut sans doute son principal apport, symbolisé par « l’œuf électrique » qui est exposé dans le hall du Collège de France.

9Au Collège de France, Marcelin Berthelot côtoie les grands esprits de son temps, comme Ernest Renan et Claude Bernard. Cet environnement intellectuel exceptionnel aura contribué sans aucun doute à l’originalité et la diversité de son œuvre scientifique ainsi qu’à son engagement politique. Fondateur de la synthèse organique, il n’hésitera pas à aborder des domaines tout à fait nouveaux en jetant les bases de la thermochimie et de la chimie végétale.

10Marcelin Berthelot a introduit la chimie organique au collège de France. Depuis 1865, cette discipline sera représentée de façon continue jusqu’à nos jours. Ce ne fut pas le cas de la chimie minérale qui disparaîtra en 1934 pour ne réapparaître qu’à la fin du siècle avec la chaire de chimie du solide de Jean Rouxel.

Émile Jungfleisch vs Pasteur, la synthèse asymétrique

Catherine Kounelis – ESPCI

11Élève et successeur de Marcelin Berthelot à l’École de Pharmacie (1876) et au Collège de France (1880), Émile Jungfleisch (1839-1916) publie en 1873 un mémoire sur « la synthèse des corps doués du pouvoir rotatoire ». La synthèse totale de l’acide tartrique (mélange de racémique et de mésotartrique) décrite dans ce mémoire aurait apporté selon son auteur la dernière pierre manquante à l’imposant édifice de la Chimie organique fondée sur la synthèse mis en avant par Berthelot en 1860. Par ce mémoire, Jungfleisch s’engage dans une polémique contre Pasteur, défenseur de la force vitale. Aujourd’hui, cette controverse nous laisse perplexes par sa tenue et par sa durée et elle est symptomatique des clivages idéologiques qui séparent le monde scientifique à la fin du xixe siècle. Elle n’en reste pas moins une belle page de l’histoire de la chimie de cette période.

12Une table ronde sur « Le vivant : horizon et rêve de la chimie » a permis de jeter un pont entre cette journée et le colloque du lendemain. Le rêve est celui que Stéphane Leduc pensait avoir réalisé en recréant une vie minérale sous la forme des cellules osmotiques des jardins minéraux (Richard Emmanuel Eastes, ENS). La journée s’est teminée par une petite pièce de théâtre représentant une interview anachronique de Marcelin Berthelot (Xavier Bataille, ENCPB) par un journaliste du xxie siècle (R. E. Eastes).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Jacques Livage
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/155/img-1.png
Fichier image/png, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, juin 2008, p. 33-35. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Jacques Livage, « Histoire de la chimie au Collège de France », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/155

Haut de page

Auteur

Jacques Livage

Professeur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page