Navigation – Plan du site
Nouvelles ressources numériques

Philosophie de la connaissance

Une nouvelle collection de livres numériques
Jean-Jacques Rosat
p. 32-33

Notes de la rédaction

La collection « La philosophie de la connaissance » est en accès libre sur OpenEdition Books : http://books.openedition.org/cdf/

Texte intégral

1Depuis cinquante ans – à travers les enseignements de Jules Vuillemin (Philosophie de la connaissance, 1962-1992), de Jacques Bouveresse (Philosophie du langage et de la connaissance, 1995-2010) et de Claudine Tiercelin (Métaphysique et philosophie de la connaissance, depuis 2010) –, la philosophie de la connaissance a une forte présence au Collège de France.

2Pour traiter sérieusement les problèmes qui sont depuis toujours les siens – vérité et objectivité  ; rationalité et justification  ; langage, perception et réalité  ; causalité et lois de la nature  ; description et explications  ; etc. –, la philosophie de la connaissance aujourd’hui doit répondre notamment à trois exigences : s’appuyer sur l’histoire des sciences et l’histoire de la philosophie, sans jamais cependant se réduire à elles  ; recourir à l’analyse conceptuelle la plus rigoureuse  ; assimiler – autant que faire se peut – les apports les plus récents et l’état des problèmes dans d’autres branches de la philosophie : philosophies de la logique, des mathématiques et du langage  ; philosophies de la perception et de l’esprit  ; philosophie des sciences et métaphysique. Enfin, elle ne peut ignorer la question des relations entre connaissance et société, et notamment entre rationalité, vérité et démocratie.

3Créée en janvier 2012, la collection de livres numériques « Philosophie de la connaissance » a pour but de rendre visibles et largement accessibles les travaux des trois chaires qui se sont successivement investies dans cette tâche. Elle réunit aujourd’hui neuf livres numériques : deux volumes de cours, quatre recueils d’articles et conférences (dont un en anglais), trois rééditions d’ouvrages épuisés chez leur éditeur d’origine. Paraîtront prochainement un séminaire, plusieurs années de cours, et un colloque récent.

4Tous ces livres sont en ligne sur le site des Publications du Collège de France, au côté des Leçons inaugurales et des Conférences, en accès libre et gratuit  ; les produits dérivés (PDF, epubs pour liseuses) sont en vente (gratuits pour les usagers des bibliothèques abonnées).

5Il s’agit ainsi de la première collection de livres numériques du Collège publiée sous la responsabilité scientifique et éditoriale d’une chaire. Une telle collection répond à plusieurs exigences.

Rendre accessible à tous le « noyau dur » de la recherche

6Depuis quelques années, le Collège de France a développé la diffusion audio-vidéo de la plus grande partie de ses cours, de séminaires et de colloques  ; est ainsi aujourd’hui en place sur son site web un véritable campus numérique. Parallèlement, et de façon complémentaire, la diffusion de la recherche qui est menée au Collège de France (trop peu visible encore) passe – notamment dans une discipline comme la philosophie – par la mise en ligne de textes qui ne soient pas seulement des documents (de type PDF, par exemple), mais bel et bien des livres, faisant l’objet d’un travail d’édition aussi soigné que s’ils étaient imprimés (mise au point du texte, composition de l’ouvrage, mise en page, appareil de notes, bibliographie, etc.). De tels livres peuvent non seulement être lus partout dans le monde, mais cités et référencés, pouvant devenir des points d’appui pour d’autres travaux.

Rendre visibles les travaux de recherche dans leur cohérence et dans leur contexte

7Publier dans une même collection des ouvrages d’une même chaire ou d’une lignée de chaires, c’est les éclairer les uns par les autres et permettre qu’ils soient mieux lus. Le poids et la signification d’un livre ne sont pas les mêmes selon qu’il est publié isolément ou bien au sein d’une collection porteuse d’un véritable projet intellectuel dans lequel il prend place. En outre, une collection numérique n’est pas elle-même isolée : sur le portail des publications du Collège de France, les livres des professeurs côtoient leurs leçons inaugurales (en français et en anglais). Et, sur la plate-forme OpenEdition Books (où notre espace est installé, et qui rassemble aujourd’hui vingt-six éditeurs, parmi lesquels le CNRS, l’EHESS, la MSH, l’ENS-Ulm, etc.), grâce aux renvois d’index et au moteur de recherche, chaque livre peut trouver des lecteurs intéressés par son thème ou par les débats dans lesquels il s’inscrit.

Allier le temps long de la recherche avec la souplesse du numérique

  • 1  Ludwig Wittgenstein, Remarques mêlées, GF, p. 80/153.

8Toute recherche s’inscrit dans la durée, et se déploie selon des rythmes qui lui sont propres. La philosophie rigoureuse est incompatible avec la philosophie-spectacle, les coups médiatiques et la « pop philosophie ». Ce choix ne l’enferme pas dans une tour d’ivoire ou un laboratoire : une des séries de la collection s’intitule « Rationalité, vérité et démocratie ». Mais, comme le suggère un aphorisme de Wittgenstein, « les philosophes devraient se saluer en se disant mutuellement : “prends ton temps1 !” » Construire une collection numérique, c’est un bon moyen d’essayer de rapprocher le tempo de l’édition de celui de la recherche et de la pensée : on peut à la fois éditer une conférence quelques semaines après qu’elle a été prononcée, faire paraître un cours quelques années après qu’il a été donné (et non quarante ans plus tard), et republier un livre épuisé mais qui n’a pas vieilli.

Offrir aux chercheurs les moyens de leur autonomie éditoriale

9Les diverses contraintes qui pèsent sur l’édition savante de livres imprimés sont bien connues : étroitesse du marché  ; coûts de fabrication  ; politiques des éditeurs, dont les choix répondent à des intérêts qui ne sont pas nécessairement ceux de la recherche  ; étroitesse des circuits de distribution, etc. Une collection de livres numériques est le moyen de se libérer d’une grande partie de ces contraintes. Le libre accès démultiplie le nombre de lecteurs potentiels. Grâce au partenariat avec OpenEdition Books – partenaire public qui offre une solide infrastructure technique et assure la distribution –, éditer un livre ne nous coûte pas beaucoup plus que le temps de travail nécessaire à sa préparation. Celui-ci, il ne faut pas se le cacher, peut être considérable  ; et, s’il n’est pas supérieur à celui de préparation d’un livre imprimé, il incombe entièrement à l’auteur et à l’équipe de la chaire  ; mais c’est le prix de l’autonomie. Les chercheurs décident eux-mêmes de leur politique d’édition. Et les ouvrages sont accessibles dans le monde entier, d’autant qu’il est tout à fait possible d’éditer sur le même site dans d’autres langues que le français.

10Les statistiques confirment cette analyse. Ainsi, entre février et septembre 2013, les cours de Jacques Bouveresse, Qu’est-ce qu’un système philosophique ? et Dans le labyrinthe : nécessité, contingence et liberté chez Leibniz ont enregistré respectivement 9 048 et 7 639 visites, et La pensée-signe de Claudine Tiercelin, 8 367. Il s’agit de visites, certes, et visite ne signifie pas nécessairement lecture intégrale. Mais acheter un ouvrage imprimé ne signifie pas non plus qu’on le lira nécessairement en entier.

Haut de page

Notes

1  Ludwig Wittgenstein, Remarques mêlées, GF, p. 80/153.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Jacques Rosat, « Philosophie de la connaissance », La lettre du Collège de France [En ligne], 37 | Décembre 2013, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1537

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Rosat

Chaire de Métaphysique et philosophie de la connaissance

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page