Navigation – Plan du site
Hommages

Hommage à Sophie Kessler-Mesguich

(1957-2010)
John SCHEID
p. 30

Texte intégral

Hommage

1Sophie Kessler-Mesguich, professeur de linguistique hébraïque et directrice du Centre de recherche français de Jérusalem (CRFJ), est décédée en 2010 des suites d’une longue maladie.

2Elle avait notamment participé au premier tome de L’Histoire du Collège de France, en rédigeant le chapitre 14, consacré à l’enseignement de l’hébreu et de l’araméen par les premiers lecteurs royaux.

3Normalienne, agrégée de grammaire et d’hébreu, Sophie Kessler-Mesguich était professeur de langue et linguistique hébraïques à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle a soutenu en 1994 à l’université Paris 8 un doctorat intitulé Les études hébraïques en France, de François Tissard à Richard Simon (1510-1685), dont le texte vient de paraître chez Droz, et, en 2000, une habilitation à diriger des recherches, portant sur le sujet suivant : De Sa‘adya Ga’on à l’Académie de la langue hébraïque, dix siècles de tradition grammaticale de l’hébreu.

4Elle a publié en 2002 un ouvrage intitulé La langue des Sages, matériaux pour une étude linguistique de l’hébreu de la Mishna (Paris/Louvain, Peeters, 2002) et L’hébreu biblique en quinze leçons (Presses universitaires de Rennes, coll. Études anciennes, 2008). En 2008, elle a été détachée auprès du Ministère des Affaires Étrangères pour prendre la direction du Centre de recherche français à Jérusalem (CFRJ). Membre de l’unité mixte de recherche du CNRS « Histoire des théories linguistiques », elle préparait, avec une équipe franco-israélienne, une grammaire méthodique de l’hébreu moderne, ouvrage toujours en cours d’élaboration, qui a pour ambition de donner une description de l’hébreu contemporain dans tous ses registres. Elle a de nombreux articles à son actif, parmi lesquels « La terminologie linguistique de l’hébreu contemporain », (Bernard Colombat, éd., Métalangage et terminologie linguistique, Paris/Louvain, Peeters, 2001) et « L’Académie de la langue hébraïque et la morphologie de l’hébreu contemporain (1977-1987) » (Barbara Kaltz, dir., Regards croisés sur les mots non simples, ENS Éditions, 2008). Elle a dirigé, en collaboration avec Jean Baumgarten, deux numéros de la revue Histoire Épistémologie Langage : « La linguistique de l’hébreu et des langues juives » (HEL 18/1, 1996) et « Dix siècles de linguistique sémitique » (HEL 23/2, 2001).

L’hébreu et l’araméen au Collège de France
Histoire du Collège de France, I, La création 1530-1560, André Tuilier (dir.), Fayard, 2006

5En 1530, le Collège royal fondé par François Ier est le premier à enseigner publiquement l’hébreu. Sophie Kessler-Mesguich s’interroge sur les contenus, les manuels et les méthodes que les premiers lecteurs royaux choisissent. Durant la première moitié du XVIe siècle, ils sont à l’origine de deux grandes catégories de publications : des ouvrages grammaticaux et des travaux sur la Bible.

6La première génération de lecteurs vient majoritairement d’Italie (Agathius Guidacerius et Paul Paradis), où les contacts sont plus fertiles entre chrétiens et juifs, et de France pour François Vatable. Les générations suivantes seront constituées d’hébraïsants nés en France (Bertin Lecomte, Alain Restauld de Caligny, Jean Mercier et Jean Cinquarbres), à l’exception de l’un d’entre eux qui était d’origine anglaise (Ralph Baynes).

7En étudiant les œuvres que publient ces huit lecteurs royaux d’hébreu et d’araméen, Sophie Kessler-Mesguich évalue la part qu’ils ont prise dans la diffusion des connaissances hébraïques en milieu humaniste. Leur nouveauté est de centrer leurs travaux sur la Bible, construisant des commentaires fondés sur le texte original et sur les sources juives médiévales.

8De 1530 à 1560, l’enseignement de l’hébreu et de l’araméen participe au bouleversement des pratiques érudites, pédagogiques et religieuses en train de s’opérer : c’est en philologues respectueux du texte massorétique et adaptateurs scrupuleux de la tradition linguistique de l’hébreu que les lecteurs royaux ont redonné vie à l’idéal médiéval de l’hebraica veritas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John SCHEID, « Hommage à Sophie Kessler-Mesguich », La lettre du Collège de France [En ligne], 37 | Décembre 2013, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1529

Haut de page

Auteur

John SCHEID

Vice-président de l'Assemblée des Professeurs, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Religion, institutions et société de la Rome antique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page