Navigation – Plan du site
International

Exhumer les Classiques chinois

Edward L. Shaughnessy
p. 25

Entrées d’index

Mots-clés :

Classiques chinois
Haut de page

Notes de la rédaction

• M. Edward L. Shaughnessy a été invité par l’Assemblée des professeurs sur la proposition du Pr Anne Cheng.

• Retrouvez les vidéos de ces conférences sur le site www.college-de-france.fr à la page du Pr Anne Cheng.

• Ce texte a été traduit par le Pr Anne Cheng.

Texte intégral

1Au début du XXe siècle, le sort des Classiques chinois était précaire, nombre d’intellectuels 
les considérant comme la source des problèmes de la Chine moderne et préconisant de les enfouir avec les vestiges du passé.

2Mais les Classiques ne sont ni morts, ni enterrés. Aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard, ils continuent littéralement à sortir de terre. Pendant toute la période moderne, le rapport de la Chine à ses Classiques s’est fait avec le pinceau du lettré dans une main et la pelle de l’archéologue dans l’autre. Deux découvertes majeures ont attiré l’attention des savants comme celle du grand public. La première concerne la forme la plus ancienne d’écriture, des inscriptions sur os oraculaires des Shang qui remontent aux environs de 1200 avant notre ère. La seconde concerne des écrits sur lattes de bois découverts dans les sables d’Asie centrale et datant du début de notre ère. C’est au cours du millénaire écoulé entre ces deux époques que les Classiques furent composés et copiés sur différents supports.

3Dans ma série de conférences au Collège de France, j’examine la manière dont l’archéologie a influé sur l’étude des Classiques au cours du siècle passé, en me concentrant sur les trois premiers, le Classique des Mutations (Yijing), le Classique des Documents (Shujing), le Classique de la Poésie (Shijing), ainsi que sur un texte non canonique, le Classique de la Voie et de la Vertu (Daodejing). Dans la première conférence, je montre comment les inscriptions sur os ont amené à repenser­ radicalement la façon dont le Classique des Mutations a pu être composé. Les quatre dernières décennies ont apporté un flux continu de nouvelles découvertes, à commencer par celle du manuscrit sur soie de Mawangdui daté du IIe siècle av. J.-C., suivie de celle de trois autres manuscrits sur fiches de bambou (Musée de Shanghai, Wangjiatai et Fuyang). Outre ces manuscrits du Yijing ou en rapport avec lui ont été découverts bien d’autres écrits divinatoires, dont des inscriptions sur os des Zhou, qui fournissent des renseignements précieux sur la manière dont ce Classique était utilisé.

Symboles numériques en hexagrammes sur spatule de poterie provenant de Zhouyuan

4Dans ma deuxième conférence, je retrace la transmission du Classique des Documents depuis l’« autodafé » de Qin en 213 av. J.-C., en passant par la reconstitution partielle de 28 chapitres aux alentours de 165 av. J.-C., jusqu’à la présentation à la cour d’un texte comprenant 16 chapitres supplémentaires au début du IVe siècle apr. J.-C. Je traite ensuite des doutes émis par certains lettrés dès les Song (960-1279) sur ces chapitres qui passent pour être la version en texte ancien (guwen). La démonstration de leur inauthenticité sous les Qing (1644-1911) a longtemps été considérée comme le summum de la tradition érudite chinoise. Or, elle a trouvé une preuve archéologique ces trois dernières années dans la découverte de manuscrits sur bambou datant du IVe siècle av. J.-C.

5La troisième conférence est consacrée au Classique de la Poésie, le plus souvent cité dans l’antiquité comme le prouvent les découvertes archéologiques récentes. À l’instar des Mutations, divers types de manuscrits du Shijing ou en rapport avec lui ont refait surface dans les dernières décennies. Le premier, daté de 165 av. J.-C., a été exhumé en 1977 dans une tombe Han à Fuyang, tandis que le plus récent est apparu en décembre 2012. Ces découvertes montrent que le Shijing circulait largement au cours des derniers siècles avant notre ère, mais ne nous disent rien sur la manière dont il fut composé, ou même transmis, dans l’antiquité.

6La dernière conférence se penche sur le Classique de la Voie et de la Vertu, texte non canonique considéré comme la source de la tradition taoïste. Pendant la majeure partie du XXe siècle, sa datation et sa nature ont été les sujets les plus disputés parmi les érudits chinois, certains maintenant la datation traditionnelle au VIe siècle av. J.-C., tandis que d’autres la placent au IIIe, voire au IIe siècle av. J.-C. Les manuscrits récemment découverts en relation avec ce Classique sont, entre autres, ceux de Mawangdui, datés de 168 av. J.-C. et exhumés en 1973, et ceux de Guodian découverts en 1993. À signaler également un manuscrit qui vient tout juste d’être publié, en mars 2013, par l’université de Pékin et qui, sans apporter de solution aux débats, fournit une nouvelle façon d’authentifier les manuscrits anciens.

7En somme, cette série de conférences montre comment les manuscrits exhumés ont renouvelé l’intérêt porté par les sinologues du monde entier aux Classiques, les plus anciens textes de la longue tradition littéraire chinoise.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Symboles numériques en hexagrammes sur spatule de poterie provenant de Zhouyuan
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edward L. Shaughnessy, « Exhumer les Classiques chinois », La lettre du Collège de France [En ligne], 37 | Décembre 2013, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1520

Haut de page

Auteur

Edward L. Shaughnessy

Professeur à l’université de Chicago (États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page