Navigation – Plan du site
Actualités

Exposition Tony Cragg à Saint-Étienne

Extraits du dossier de presse du musée d’Art moderne de Saint-Étienne
p. 12

Notes de la rédaction

• L’exposition Tony Cragg s’est tenue au musée d’Art moderne de Saint-Étienne du 14 septembre 2013 au 5 janvier 2014.

• Tony Cragg a été invité sur la chaire annuelle de Création artistique au Collège de France pour l’année académique 2013 / 2014. Il a prononcé sa leçon inaugurale le 24 octobre 2013 sur le sujet suivant : « Sculpture et langage ».

Texte intégral

Copyright : Patrick Imbert, Collège de France

1L’artiste britannique Tony Cragg a été invité par l’Assemblée des professeurs sur la chaire annuelle de Création artistique pour l’année académique 2013/2014. Sa leçon inaugurale, prononcée le 24 octobre 2013, portait sur le thème « sculpture et langage ».

2Une exposition Tony Cragg s'est tenue au musée d’Art moderne de Saint-Étienne du 14 septembre 2013 au 5 janvier 2014. L’artiste offre à Saint-Étienne une sélection évènementielle de ses œuvres, dont certaines n’ont jamais été présentées en France. Délaissant les fragments d’objets en plastique de ses débuts (La lune bleue, 1980) pour des matériaux comme le bois, le marbre, l’acier poli ou le bronze fondu, chaque sculpture de Tony Cragg présentée ici introduit le motif de la variation sur le thème de la circularité et du mouvement.

3Chaque changement de matériau se traduit par une réflexion nouvelle sur les possibilités formelles et expressives. Ce qui est constant chez Tony Cragg, c’est l’enthousiasme passionné pour chacune des propriétés physiques du matériau. L’artiste raconte que « la valeur de la surface (de la sculpture) peut aussi venir de l’interaction entre les matériaux ou de leur géométrie sous-jacente. On peut étirer un cercle en trois dimensions : il devient cylindre, doigt, bras, intestin, arbre, membrane soumise à une pression interne, voire symbole universel d’énergie vitale. »

4Tony Cragg voue une véritable admiration au travail de Medardo Rosso, sculpteur contemporain qui réalise des bustes en cire, en plâtre ou en bronze. Il s’intéresse en particulier au traitement de la peau envisagée comme une membrane « située à l’interface de l’extérieur et de l’intérieur du corps […] en travaillant et retravaillant la surface pour en faire une peau qu’on regarde comme la peau d’un visage. On lit dessus comme on lit sur nos propres peaux : texture, tension des muscles, nervosité (…) ». Il souhaite aussi que « le regard crève la surface : ce sont les formes internes qui créent les formes externes ». Chez Tony Cragg, la fragmentation est à l’œuvre : ses réalisations semblent souvent faites de morceaux. Les récipients de verre empilés, disposés par étages, fragiles constructions en hauteur (Fields of Heaven, 1998) dissipent l’impression d’unité. Même l’œuvre en bois (Group, 2012) contient des ruptures ou des trous d’air.

5Tony Cragg conçoit des sculptures qui, vues de face, proposent une vision unifiée, mais dont l’unité, à mesure qu’on tourne autour d’elles, est déconstruite en parties détachées et parfois distantes les unes des autres. Car la sculpture est rarement une et indivisible, et c’est précisément la relation de continuité entre les parties et le tout qui implique un mouvement perpétuel.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Copyright : Patrick Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Extraits du dossier de presse du musée d’Art moderne de Saint-Étienne, « Exposition Tony Cragg à Saint-Étienne », La lettre du Collège de France [En ligne], 37 | Décembre 2013, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1477

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page