Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2013

Les termes du débat scientifique
et le problème de sa réception

Marc Fontecave
p. 10-11

Notes de la rédaction

Retrouvez en ligne l’intégralité de cette intervention sur le site Internet du Collège de France : www.college-de-france.fr/site/colloque-2013/symposium-2013-10-18-09h10.htm

Texte intégral

De gauche à droite : Jean Jouzel, Marc Fontecave et Jean Dalibard

Copyright : Patrick Imbert, Collège de France

1Le thème du réchauffement climatique a un statut tout à fait particulier dans les débats environnementaux qui animent en permanence la vie politique et sociale, en particulier en France.

  • 1  D. Pestre,à contre-science, Seuil, 2013.

2Pendant ce colloque, nous essayons de comprendre les difficultés et les blocages que notre pays, et d’autres sûrement, rencontre du point de vue des rapports de la science et de la technologie avec la société, de la place du progrès scientifique dans le développement économique et social, de la façon dont les medias et la sphère politique traitent cette question, enfin du point de vue du dialogue démocratique entre les différents acteurs, citoyens, politiques, entrepreneurs, experts scientifiques, etc. Nous voyons bien à l’œuvre cette situation schizophrénique dans laquelle, dans le même temps, le citoyen espère plus que jamais du scientifique la résolution des grands problèmes sociétaux, par exemple ceux liés à la santé ou au développement des nouvelles technologies de l’énergie qui permettraient une exploitation à grande échelle des énergies renouvelables, et voit la science de plus en plus exclusivement comme une source de malheurs. Le médicament n’est vu que sous l’angle du Mediator, en oubliant tous les bienfaits de la recherche pharmaceutique  ; la chimie comme essentiellement une source de pollutions en oubliant ce que la qualité de notre vie doit aux produits de l’industrie chimique, molécules, polymères, matériaux divers  ; l’énergie nucléaire exclusivement comme une potentialité de catastrophe en oubliant que chaque jour l’interrupteur qui permet chez soi de se chauffer et de s’éclairer si confortablement est relié à une centrale, pour un coût de l’énergie qui confère une certaine compétitivité à notre économie avec un moindre impact en termes d’émission de gaz à effet de serre. C’est cette schizophrénie qui rend le débat scientifique si tendu, et si difficiles les arbitrages politiques nécessaires. Les journalistes en général n’arrangent pas les choses, faisant évidemment la part belle à l’instantané et à la catastrophe, ainsi qu’au consensus, laissant peu de place aux voix discordantes. Pratiquement aucune des questions environnementales, énergie nucléaire, organismes génétiquement modifiés (OGM), gaz de schiste, et même changement climatique, n’échappe aujourd’hui à ces blocages. De mon point de vue, cette situation s’explique par la confrontation exacerbée entre deux idéologies qui dominent les sociétés modernes, d’une certaine façon aujourd’hui sans partage. L’idéologie libérale, d’un côté, qui organise la société sur des logiques de marché, de risque et de compétition, d’actions à court terme avec des retours rapides sur investissement, et de l’autre côté la nouvelle idéologie environnementale, que Dominique Pestre, qui intervient dans ce colloque, appelle dans son dernier livre, À contre science, « l’idéologie du développement durable1 ».

3Cette idéologie, qui s’est construite à partir des premiers débats sur le nucléaire et sur le rapport du Club de Rome il y a 50 ans sollicite une société respectueuse de l’environnement, élaborant collectivement des solutions aux problèmes de la société, s’appuyant à la fois sur des logiques de précaution et de long terme, enfin affirmant comme principe absolu non discutable que « la crise écologique est le déterminant majeur de notre bien-être collectif ». Cette idéologie s’appuie sur des valeurs nouvelles et très largement partagées par les citoyens de la planète, même si elle n’a toujours pas de traduction politique, au sens électoral, en France comme ailleurs. Ces valeurs sont le respect de l’environnement, notion relativement récente, d’une certaine façon révolutionnaire. C’est aussi la prise de conscience que nos actions d’aujourd’hui auront un retentissement beaucoup plus tard et affecteront essentiellement les générations futures. Valeurs si fortement partagées que quiconque donnerait l’impression de ne pas y adhérer et de mettre en priorité la satisfaction d’intérêts à très court terme, sans prendre en compte les impacts à long terme, serait largement exclu du débat. Valeurs de précaution enfin, si importantes pour le citoyen de plus en plus demandeur de protection et de sécurité, donc d’attitudes de précaution justement qui conduisent malheureusement à des prudences parfois excessives mais également à des politiques de normes nécessaires.

4Malheureusement, comme toute idéologie, cette dernière laisse aussi une place croissante à un certain nombre d’idées qui deviennent des dogmes contre lesquels il est de plus en plus difficile de s’exprimer. Il est néanmoins nécessaire de combattre avec détermination certaines visions catastrophistes opposant systématiquement l’homme, la science et la technologie, d’un côté, et la nature, de l’autre, les premiers n’étant le plus souvent appréhendés que comme des sources de destruction de la seconde.

5Il convient donc de redire, partout où c’est possible, que ce n’est pas la science qui génère des problèmes, c’est la nécessité de nourrir, de chauffer, de transporter, aujourd’hui 7, demain 10 milliards d’humains sur la planète  ; c’est en particulier l’inéluctabilité d’un doublement de la consommation d’énergie de la planète au cours des 40 prochaines années, ne serait-ce que pour répondre à la demande de plus d’un milliard d’êtres humains, en Chine, Inde, Afrique, aujourd’hui dans la plus extrême précarité énergétique. Cet objectif ne sera atteint que par un développement scientifique et technologique continu et maîtrisé, maîtrisé en effet à travers une évaluation correcte des risques potentiels de telle ou telle nouvelle technologie.

Haut de page

Notes

1  D. Pestre,à contre-science, Seuil, 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Légende De gauche à droite : Jean Jouzel, Marc Fontecave et Jean Dalibard
Crédits Copyright : Patrick Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Fontecave, « Les termes du débat scientifique
et le problème de sa réception », La lettre du Collège de France [En ligne], 37 | Décembre 2013, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1475

Haut de page

Auteur

Marc Fontecave

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Chimie des processus biologiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page