Navigation – Plan du site
Colloque de rentrée 2013

Temporalité scientifique, temporalité politique

Transcription de l’entretien avec le Pr Pierre Rosanvallon
Pierre ROSANVALLON
p. 7

Notes de la rédaction

Retrouvez sur le site du Collège de France des entretiens de 4 minutes, avec Serge Haroche, Steven Chu, Marc Fontecave, Alain Prochiantz, Dominique Pestre, Jean Jouzel et Yves Brechet

Texte intégral

Copyright : Patrick Imbert, Collège de France

Les démocraties ont du mal à penser le temps long. Pourquoi est-ce grave ?

Si l’intégration du souci du long terme dans la démocratie est si fondamentale, c’est parce que nous sommes confrontés, dans un certain nombre de domaines, à des épreuves tout à fait inédites dans l’histoire de l’humanité – et celle du réchauffement climatique en est peut-être l’exemple le plus spectaculaire. Il ne suffit pas simplement d’une gestion de « bon père de famille » de la planète, comme celle à laquelle pensaient ceux qui avaient en charge, par exemple, les grands domaines des forêts publiques  ; il s’agit d’intégrer cette question d’un monde qui peut être fondamentalement bouleversé pour les générations à venir. Ce que montre le climat, c’est que la connaissance scientifique nous invite à regarder absolument différemment cet enjeu du long terme. La connaissance scientifique nous alarme, en quelque sorte. Les scientifiques, à leur façon, sont des lanceurs d’alerte, et ils doivent être pris tout à fait au sérieux. Comment ? En commençant à réfléchir aux types d’institutions, aux formes d’éducation, aux formes de délibérations publiques qui permettent d’intégrer davantage ce souci du long terme dans le quotidien des citoyens.

Quelles pistes pour intégrer le long terme dans nos sociétés ?

Cette question a commencé à tarauder les esprits dès la fin du XIXe siècle dans la plupart des pays. On a d’abord pensé y répondre en termes de représentation, en disant qu’au fond, s’il y a une préférence pour le court terme, c’est parce que les élus du peuple sont les élus des passions immédiates, des intérêts immédiats. Il faudrait alors qu’il y ait d’autres élus : les élus du futur, de la longue durée, et, pendant toute une période, des propositions, par exemple, de faire des secondes chambres, de transformer le rôle du Sénat pour en faire un Sénat représentant les générations futures, alors que la Chambre des Députés aurait toujours à représenter la génération présente. Mais cette vision, on s’en rend compte maintenant, est un petit peu étroite. Ce n’est pas simplement à l’intérieur du monde électoral que l’on peut régler la question de cette intégration du long terme dans la démocratie. D’autres voies peuvent être explorées, et c’est à celles-là que j’essaye de réfléchir. Une première voie, c’est tout simplement de donner plus de prix, dans nos calculs, au long terme. On peut mieux articuler le long terme et le court terme si on donne un prix plus important au premier. Or, aujourd’hui, le long terme n’a pas de prix. Dans la façon même que nous avons de calculer, nous ne l’intégrons pas. Il faudrait changer tout simplement notre façon de calculer, notre rationalité, pourrait-on dire. Car, si nous ne donnons pas plus de prix au futur, ce sont les générations futures qui paieront le prix d’un présent très dégradé. La démocratie, ce n’est pas simplement penser à la décision immédiate. La démocratie, c’est construire une histoire collective, qui est aussi une humanité, et l’humanité, c’est une figure du temps, ce n’est pas seulement une figure de l’instant.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Copyright : Patrick Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1466/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre ROSANVALLON, « Temporalité scientifique, temporalité politique », La lettre du Collège de France [En ligne], 37 | Décembre 2013, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1466

Haut de page

Auteur

Pierre ROSANVALLON

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire moderne et contemporaine du politique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page