Navigation – Plan du site
Événements

Karl Bühler, penseur du langage

Jacques Bouveresse
p. 29-30

Résumé

La chaire de Philosophie du langage et de la connaissance et le laboratoire d’Histoire des théories linguistiques (CNRS, université Paris-Diderot) ont organisé au Collège de France, les 29 et 30 avril 2009, un colloque intitulé : Karl Bühler, penseur du langage. Linguistique, psychologie et philosophie.
Cet événement est lié à la récente parution de la traduction française de la Théorie du langage de Karl Bühler1, avec une préface de Jacques Bouveresse dont nous publions ci-dessous quelques extraits.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

philosophie
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce colloque est disponible en audio sur le site internet du Collège de France (page Bouveresse, audio/vidéo).

Texte intégral

1La Théorie du langage (Sprachtheorie) de Karl Bühler, qui a été publiée à Vienne en 1934, est indiscutablement un des classiques de l’histoire de la linguistique du xxe siècle. C’est aussi, pourrait-on ajouter, un des classiques de l’histoire de la philosophie du langage de ce même siècle, et également de l’histoire de la philosophie du langage en général.

2Les contributions de Bühler à la linguistique et à la théorie et à la philosophie du langage sont, de façon générale, loin d’être connues autant qu’elles le mériteraient, et elles le sont rarement de façon directe. Bien des gens ne savent plus grand-chose aujourd’hui de l’héritage qu’il nous a laissé, en dehors de la distinction des trois fonctions du langage : la fonction expressive, la fonction appellative et la fonction représentationnelle ; et ils n’en ont guère entendu parler, dans bien des cas, que grâce aux références qui y sont faites par d’autres, notamment par Popper. Celui-ci s’est toujours présenté, pour ce qui concerne sa conception du langage comme un continuateur de Bühler, qui avait été, du reste, le directeur de sa thèse.

  • 2  « Présentation » par Janette Freidrich, op. cit., p. 22.
  • 3 Ibid., p. 21-22.

3Une des choses qui sont susceptibles de rendre difficile la lecture d’un ouvrage comme la Théorie du langage est certainement le fait que « Bühler a fait partie d’une génération de précurseurs des sciences humaines et sociales qui se servaient encore avec beaucoup de profit et d’élégance d’un savoir sur le langage non encore transformé en un savoir purement disciplinaire2 ». Les contributions que Bühler considère et évalue sont extrêmement diverses et vont du plus empirique au plus philosophique : « Bühler discute la majorité des courants de pensée qui, de la fin du xixe siècle au début du xxe, ont abordé les problèmes du langage. Qu’il s’agisse des recherches empiriques sobres et extrêmement minutieuses des néo-grammairiens (Brugmann, Paul), des travaux de Wundt sur la phrase et le système casuel, de l’évolution des idées de Husserl (des Recherches logiques aux Méditations cartésiennes) et de sa portée pour la pensée linguistique, du Cours de linguistique générale de Saussure, de la Philosophie des formes symboliques dont les trois volumes ont été publiés par Cassirer peu avant la Théorie du langage,ou encore des travaux d’Anton Marty (un élève de Brentano), tous sont traités par Bühler d’une manière aussi bien réceptive que critique3 ».

  • 4 Ibid., p. 36.

4Mais ce qui rend aussi impressionnant le travail effectué dans la Théorie du langage n’est évidemment pas simplement ni même principalement l’exposé et la discussion critique d’un nombre aussi considérable de courants, de doctrines et de controverses. C’est aussi et surtout le fait qu’elle « offre les sources, les germes, les esquisses, et parfois même les modèles achevés de nombreuses idées qui font aujourd’hui partie des connaissances confirmées et institutionnalisées dans les sciences du langage4 ».

Représentation et action

5D’une façon qui n’a rien de surprenant, l’intérêt renaissant pour les idées de Bühler a eu tendance à privilégier, pour dire les choses de façon un peu sommaire, la théorie du langage comme action, à laquelle la Sprachtheorie a apporté effectivement une contribution majeure, au détriment de la théorie du langage comme représentation, devenue entre-temps, pour de multiples raisons, nettement moins attirante. Il n’y a sûrement aucune incongruité dans le fait que Bühler puisse apparaître comme une sorte de père du pragmatisme en Allemagne, comme cela semble être le cas depuis qu’il a été redécouvert, et que l’intérêt qu’il suscite dans le monde anglo-saxon soit plutôt lié à des thèmes qui ont un rapport avec la pragmatique. Mais cela ne peut pas constituer une raison d’ignorer que sa préoccupation principale dans la Sprachtheorie était de comprendre la façon dont le langage parvient à représenter le monde et de déterminer quel genre de médiation il réalise, dans sa fonction de représentation (Darstellung), entre le langage et le monde.

  • 5  Ibid., p. 54.
  • 6  Oswald Ducrot, « Langage et action », in Oswald Ducrot et Tzvetan Todorov, Dictionnaire encyclopéd (...)

6L’auteur de la Théorie du Langage n’a, pour sa part, éprouvé à aucun moment le besoin de choisir entre le langage comme action et le langage comme représentation, mais au contraire essayé de comprendre un peu mieux qu’on ne l’avait fait jusqu’alors la raison pour laquelle ces deux aspects sont indissociables. Pour lui, la « force de représentation » qui appartient à la phrase n’est pas réalisée par une représentation psychologique (Vorstellung) qui est suscitée au moment où elle est lue ou entendue : « La phrase ne représente pas sous forme d’une image, mais demande une activité de la part du locuteur et de l’auditeur5. » La représentation n’est donc pas une chose que la phrase fait par elle-même, mais essentiellement une chose que nous faisons avec elle. Et elle n’est pas non plus, comme la Vorstellung a été le plus souvent supposée l’être, une « imitation » de ce qui est représenté. Oswald Ducrot a par conséquent raison de remarquer que, si on traduit Darstellung par « représentation », il faut se garder de « prendre ce mot au sens de Humboldt ou de Port-Royal, qui implique une idée d’imitation6 ». Mais ce n’est pas parce que la représentation est le résultat d’une action des sujets parlants et parce qu’elle n’est pas imitative et pas non plus directe, qu’elle est pour autant empêchée d’avoir un contenu qui mérite d’être appelé objectif ou incapable de représenter avec une fidélité quelconque ce à quoi elle nous renvoie.

Le langage comme « outil médiateur »

  • 7  « Présentation », op. cit., p. 58.

7C’est probablement dans la discussion du langage comme « outil médiateur », et plus précisément comme outil de la représentation indirecte, que la confrontation entre le point de vue de Bühler, d’une part, et ceux de Saussure et de Cassirer, d’autre part, se révèle la plus intéressante. Bühler a à proposer, sur ce point, des réponses qui sont réellement originales et novatrices. « Guidés par les médiateurs langagiers, explique Janette Friedrich, le locuteur et l’auditeur voient et pensent quelque chose dans le monde qui sans intermédiaire du langage ne serait ni vu ni pensé par eux. Dans ce sens on pourrait parler d’une ouverture vers un monde qui n’existerait pas sans le langage7. » Mais un monde qui n’existerait pas sans le langage, en ce sens-là, n’est pas un monde que l’on est obligé de se représenter comme étant une création plus ou moins arbitraire du langage. Dès que nous utilisons celui-ci, nous sommes contraints de percevoir et de penser un monde ; mais cela ne signifie pas que le monde en question soit un produit du langage. Il n’y a pas que la linguistique, la philosophie du langage, les sciences cognitives ou les sciences humaines en général, qui, sur ce point-là comme sur beaucoup d’autres, pourraient avoir aujourd’hui bien des choses à apprendre de Bühler. C’est aussi le cas, me semble-t-il, de la philosophie tout court.

8Je ne voudrais pas terminer cette préface sans rendre l’hommage qu’ils méritent au traducteur, à la présentatrice et à l’éditeur pour le courage dont ils ont fait preuve et le travail considérable et remarquable qu’ils ont effectué. Je ne peux que constater, en l’occurrence, que, si nous allons avoir enfin la chance de disposer d’une version française d’un ouvrage à tous égards classique et qui aurait dû être traduit depuis longtemps, c’est une fois de plus aux efforts d’un petit éditeur que nous le devons. Autant il y a lieu de se réjouir sans réserve de la parution éminemment improbable et, à bien des égards, inespérée d’une traduction comme celle-là, autant on peut s’inquiéter de la tendance que semblent avoir de plus en plus les grands éditeurs à laisser à ceux qui ont le moins de moyens, de facilités et de pouvoir sur le marché des œuvres de l’esprit le soin de faire ce qui est le plus difficile et le plus risqué.

Haut de page

Notes

1  Karl Bühler, Théorie du langage. La fonction représentationnelle, présenté par Janette Friedrich, traduit par Didier Samain, préface de Jacques Bouveresse, Agone, Marseille, janvier 2009.

2  « Présentation » par Janette Freidrich, op. cit., p. 22.

3 Ibid., p. 21-22.

4 Ibid., p. 36.

5  Ibid., p. 54.

6  Oswald Ducrot, « Langage et action », in Oswald Ducrot et Tzvetan Todorov, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Éditions du Seuil, Paris, 1972, p. 426.

7  « Présentation », op. cit., p. 58.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 26, Collège de France, Paris, juin 2009, p. 29-30. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Jacques Bouveresse, « Karl Bühler, penseur du langage », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/146

Haut de page

Auteur

Jacques Bouveresse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page