Navigation – Plan du site
International

Les neurosciences cognitives appliquées ausocial

Uta Frith
p. 37

Notes de la rédaction

Le Pr Uta Frith, de l’université d’Aarhus (Danemark), a été invitée par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du Pr Stanislas Dehaene. Vidéos en ligne : www.college-de-france.fr

Texte intégral

Pr Uta Frith

© P. Imbert, Collège de France

Similitudes et différences entre les espèces sociales

1On dit que les êtres humains sont des créatures profondément sociales, mais on ignore souvent que beaucoup d’autres animaux sont eux aussi extrêmement bien adaptés aux apprentissages et aux interactions sociales. Les études comparatives récentes sur la cognition sociale chez différentes espèces montrent qu’apprendre d’un congénère est un phénomène très répandu. Je présente des exemples montrant que l’on apprend d’autrui en copiant, ou qu’il y a un apprentissage au sujet d’autrui – à quel point il est dominant, ou fiable, par exemple. Cet apprentissage est important pour la construction de systèmes sociaux complexes et les négociations qu’ils impliquent, que ce soit chez les poissons, les abeilles ou les mammifères. Les capacités cognitives nécessaires à ce type d’apprentissage social ne présupposent pas la conscience. Les processus implicites qui permettent et régulent la plupart des comportements sociaux sont déclenchés automatiquement par la présence de congénères – chez les humains comme chez les autres animaux sociaux. Il existe aussi des formes explicites de ces processus qui, eux, requièrent la conscience, et sont probablement réservés aux humains. Leur développement et leur mise en œuvre sont lents.

2L’imitation, la copie aveugle (overimitation) et la mentalisation illustrent les différences entre les formes implicites et explicites. Le phénomène de copie aveugle a été étudié chez l’enfant de quatre ans et chez l’adulte. Les expérimentations montrent que les gens copient des actions irrationnelles « parce que c’est comme cela qu’on fait». Ce processus est crucial pour la construction de la culture humaine et de l’identité de groupe. On ne le trouve pas chez les chimpanzés. Quant à la forme implicite de la mentalisation – la capacité à reconnaître les intentions des autres pour prédire ce qu’ils vont faire –, elle est présente chez beaucoup d’espèces et peut également être observée chez de très jeunes enfants. En revanche, la forme explicite d’attribution d’états mentaux, qui implique de justifier la manière dont on explique et prédit le comportement, n’est observée chez les enfants qu’après l’âge de quatre ans. Ainsi, les êtres humains sont capables de reconnaître inconsciemment l’état mental d’autrui, mais ils peuvent aussi utiliser la mentalisation pour manipuler les autres. Les humains excellent en matière d’aptitudes sociales explicites, mais ils les emploient souvent de manière égoïste, machiavélique. Les objectifs pro-sociaux sont surtout réalisés par les formes automatiques d’imitation et de comportements d’alignement, comme le montrent l’effet caméléon et les expérimentations recourant à l’imitation intelligente, avec de surprenants effets d’augmentation de l’altruisme.

Comprendre les symptômes de l’autisme

3L’autisme est un trouble neuro-développemental qui affecte 1 % de la population. Il commence avant la naissance et produit des effets cérébraux et mentaux tout au long de la vie. On le définit par le comportement. Il est détecté ordinairement dès la petite enfance. Il présente différents degrés de gravité, selon un spectre qui va de l’autisme léger à l’autisme grave. Bien que les troubles comportementaux puissent s’améliorer au cours du développement et au moyen d’une éducation et d’un soutien appropriés, les personnes autistes présentent à chaque étape de leur vie des déficiences caractéristiques de communication et d’interactions sociales. Ils sont incapables d’engager de véritables interactions réciproques et il leur est difficile de bâtir des relations et des amitiés durables. Ils ont du mal à comprendre des comportements sociaux courants – taquineries, mensonges, tentatives de persuasion ou plaisanteries. On a attribué cette situation à un déficit de la mentalisation. Des études récentes suggèrent que c’est uniquement l’aptitude spontanée à attribuer des états mentaux qui est affectée, mais non la forme explicite de mentalisation, qui implique l’attribution d’états mentaux de manière autonome. La première aptitude semble faire défaut dans l’autisme, tandis que la seconde peut être acquise. Dans les cas légers, les autistes présentent une déficience de la mentalisation spontanée, mais pas nécessairement de la mentalisation explicite.

4Il y a également dans l’autisme d’autres particularités cognitives responsables d’un côté de déficiences et de l’autre de capacités cognitives supérieures. Diverses théories tentent d’expliquer cette irrégularité. L’une d’entre elles suggère qu’un mode de traitement concentrant l’attention sur les détails explique à la fois les forces et les faiblesses de la cognition dans l’autisme. Je présente quelques éléments à l’appui de cette théorie, qui a l’avantage de rendre compte des cas de talents exceptionnels que l’on trouve chez au moins 10 % et peut-être jusqu’à 30 % des autistes. Je soutiens que dans l’autisme, une constellation de trois facteurs peut favoriser le développement de talents exceptionnels. 1. L’absence de mentalisation spontanée libère l’individu de la pensée conventionnelle et de l’usage ordinaire des compétences. 2. L’absence d’un contrôle exécutif fort permet d’obtenir une « circulation» dans les systèmes perceptivo-moteurs inconscients. 3. Le fait que l’attention soit concentrée sur les détails favorise une segmentation originale des entrées perceptives. L’ensemble de ces facteurs peut expliquer le développement de talents particuliers dans des domaines aussi divers que la capacité à maîtriser les calendriers, les talents d’interprétation musicale et de production artistique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Uta Frith
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 37, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Uta Frith, « Les neurosciences cognitives appliquées ausocial », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1358

Haut de page

Auteur

Uta Frith

Uta Frith physiologiste, est diplômée de psychologie clinique de l’institut de neuroscience cognitive de King’s College, à Londres. Elle a été une pionnière de l’utilisation des approches neuro-cognitives pour l’étude des troubles du développement, en particulier de la dyslexie et de l’autisme. Elle recherche les causes cognitives de ces troubles pour les relier à la fois aux symptômes comportementaux et aux systèmes cérébraux. Ces recherches pourraient contribuer à l’éducation et à la qualité de la vie des personnes atteintes de ces pathologies.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page