Navigation – Plan du site
International

La menace microbienne des maladies infectieuses

Brett Finlay
p. 32

Notes de la rédaction

L’invitation du Pr Brett Finlay s’inscrit dans le cadre d’une convention de coopération signée le 2 décembre 2008 entre le Collège de France et le Peter Wall Institute for Advanced Studies (PWIAS) à Vancouver. Cette convention donne lieu à des échanges réguliers et à l’organisation, chaque année, d’un séminaire de recherche, cofinancé par le PWIAS et la Fondation Hugot du Collège de France. C’est ainsi que s’est tenu au Collège de France, les 23 et 24 mai dernier, un séminaire intitulé « The commensal Microbiota : from Homeostasis to Disease » co-organisé par les Pr. Brett Finlay et Philippe Sansonetti (voir p. 14-15). Vidéos en ligne : www.college-de-france.fr

Notes de l’auteur

Le Pr Brett Finlay, de l’université de Colombie britannique, Vancouver (Canada), a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du Pr Philippe Sansonetti.

Texte intégral

Pr Brett FInlay

© DR

Combattre la menace microbienne

1Les maladies microbiennes continuent d’être responsables d’une morbidité et d’une mortalité importante dans le monde entier, et de nombreux agents pathogènes sont de plus en plus résistants aux médicaments. La compréhension des mécanismes pathogènes fondamentaux fournit des informations qui permettent de développer des voies nouvelles pour la thérapeutique et la prévention. Dans notre laboratoire, nous avons mené des travaux visant à comprendre les mécanismes moléculaires des effets pathogènes de E. coli et des salmonelles. Ces agents pathogènes parviennent, par des mécanismes sophistiqués, à introduire des molécules bactériennes à l’intérieur de cellules hôtes pour reprogrammer les cellules infectées et neutraliser les défenses de l’hôte. Nous présentons une vue générale des mécanismes employés par ces agents pathogènes, ainsi que les approches qui ont été développées pour les contrer. Nous examinons également les démarches visant à développer un vaccin contre le SARS, dans le contexte de l’apparition de nouvelles maladies infectieuses, qui incluent la grippe H1N1.

Interdisciplinarité et maladies infectieuses entériques

2Pour comprendre les mécanismes des maladies microbiennes, il faut varier les approches. Les microbiologistes traditionnels ont étudié les agents pathogènes microbiens et se sont intéressés en particulier aux facteurs responsables de maladies (facteurs de virulence). L’immunologie et la biologie cellulaire ont étudié les réponses des cellules hôtes face à ces agents pathogènes. Tout récemment, on s’est aperçu que le troisième acteur clé de ces interactions est le microbiote, c’est-à-dire l’ensemble des flores microbiennes symbiotiques qui peuplent nos surfaces cutanées et muqueuses. Pour cette raison, l’étude des interactions entre hôte et agent pathogène exige des techniques et des connaissances variées issues de disciplines différentes. Des exemples d’agents pathogènes entériques permettent d’illustrer la grande variété d’approches et de techniques utilisées pour étudier ces maladies bactériennes, et permettre de les prévenir ou de les guérir.

Le rôle du microbiote dans les maladies infectieuses entériques

3En principe, lorsqu’il est question d’interactions hôte-pathogène, on parle généralement de l’hôte réel. Mais on a découvert récemment que le microbiote intestinal joue un rôle majeur dans le processus infectieux. Nous avons étudié le rôle du microbiote dans les infections entériques à partir de modèles développés chez la souris en utilisant E. coli et la salmonelle. Ces études montrent que le microbiote joue un rôle critique dans le développement immunitaire et les réponses de l’hôte, ainsi que dans l’apparition et les effets des maladies infectieuses intestinales. Le microbiote joue également un rôle dans la susceptibilité de l’hôte aux maladies et il affecte même le métabolisme de l’hôte au cours de l’infection. Des résultats concernant ces différents aspects sont discutés dans le cas de ces agents infectieux et de la manière dont sont affectées les interactions entre hôte et pathogène.

La salmonelle : de la diarrhée à la fièvre typhoïde

4La salmonelle a de nombreuses interactions avec différents tissus et cellules de l’hôte, ainsi qu’avec le microbiote intestinal, au cours du processus infectieux. La fièvre typhoïde a été décrite en détail, mais on n’a développé que récemment des modèles produisant des gastroentérites chez la souris. À l’aide de ces modèles, nous avons étudié différents aspects de la salmonellose. Nous avons développé un nouveau modèle de fibrose induite par la salmonelle au cours d’une infection chronique. Nous avons aussi étudié la localisation de la salmonelle dans l’épithélium de la vésicule biliaire, un processus essentiel pour son transport et son déversement dans la bile, qui sont associés à la propagation de la fièvre typhoïde. Nous avons examiné également les effets de la salmonelle sur le microbiote, et la manière dont il contribue à la colonisation intestinale et à la gastroentérite. Divers aspects de ces interactions sont discutés à la lumière de leur contribution à la salmonellose.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Brett FInlay
Crédits © DR
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 32, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Brett Finlay, « La menace microbienne des maladies infectieuses », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 01 août 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1353

Haut de page

Auteur

Brett Finlay

Brett Finlay est professeur aux Michael Smith Laboratories et à l’université de Colombie britannique (UBC), faculté de biochimie et biologie moléculaire et faculté de microbiologie et immunologie. Il a étudié l’invasion de cellules hôtes par la salmonelle à l’université Stanford. À l’UBC, il travaille sur les interactions hôte-pathogène au niveau moléculaire. En combinant la biologie cellulaire et la microbiologie, il a été l’un des pionniers de la microbiologie cellulaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page