Navigation – Plan du site
Chaires

Le tiers neutre dans la résolution des conflits

Jon ELSTER
p. 23

Notes de la rédaction

Colloque organisé par la chaire Rationalité et sciences sociales (Pr J. Elster) et A. Przeworski, avec le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France, 6 et 7 juin 2011

Texte intégral

Pr Jon Elster

© P. Imbert, Collège de France

1Le Pr Jon Elster a organisé, avec Adam Przeworski (New York University), un colloque international au Collège de France, intitulé « The Neutral Third Party in Conflict Resolution ».

2Il s’agissait lors de ces deux journées d’examiner la fonction que peuvent remplir de tels « tiers neutres » dans des champs très divers (la politique, les relations internationales, les relations de travail…). L’idée qui a présidé à l’organisation de ce colloque était d’identifier le phénomène (un tiers indique une solution à un conflit, ce qui permet d’éviter le recours par les parties à des formes plus violentes de résolution de celui-ci), d’en répertorier les différentes formes (le tiers est-il désigné par les parties au conflit ou par une instance extérieure ? formule-t-il des propositions ou impose-t-il des solutions ? etc) et d’en analyser les mécanismes (qu’est-ce que le tiers neutre permet, que les parties au conflit ne pourraient résoudre seules ?)

3Pour ouvrir le colloque, A. Przeworski a rapidement présenté les enjeux de cette question du « tiers neutre dans la résolution des conflits », en insistant sur les nombreux doutes qui, selon lui, continuent de l’entourer. Jon Elster a alors replacé cette question dans un cadre plus général, en l’occurrence celui des structures triadiques, dont il a rendu compte à partir des travaux de Georg Simmel et d’Ernst Fehr.

4Les intervenants ont ensuite entrepris de répondre aux questions soulevées par les organisateurs. Certains se sont efforcés de comprendre pourquoi une partie à un conflit pouvait avoir intérêt à recourir à un tiers pour régler ce dernier – que ce soit d’un point de vue théorique (John Ferejohn) ou plus pratique (Robert Mnookin). D’autres, comme Tianyang Xi, se sont attachés à mettre en évidence les avantages qui, pour ces parties, pouvaient résulter d’un tel recours.

5Tout en examinant à chaque fois ces problèmes d’ordre théorique, les autres intervenants ont surtout cherché à illustrer par des cas concrets ce problème du tiers neutre. Adriaan Lanni et Adrian Vermeule sont par exemple venus évoquer deux formes de création constitutionnelle issues du monde ancien : l’élaboration d’une constitution par un individu isolé, et l’élaboration d’une constitution par un étranger – qui toutes deux peuvent être analysées comme le recours à un tiers neutre pour prévenir des conflits politiques ou sociaux. Pablo Kalmanovitz a évoqué le problème de l’arbitrage dans les théories de la guerre juste, telles qu’élaborées par F. Suarez ou H. Grotius, en s’efforçant d’identifier les raisons pour lesquelles on pouvait espérer qu’un arbitre puisse trouver une solution à un conflit que les parties prenantes s’avéraient, seules, incapables de résoudre.

6Horacio Spector et Arnaud Le Pillouer ont quant à eux longuement discuté des mérites d’une institution imaginée par son auteur pour endosser le rôle d’un tiers neutre dans le monde politique : le « jury constitutionnaire » proposé par Sieyès en l’an III. Ils en ont montré les faiblesses, mais aussi l’originalité et l’intérêt – y compris pour le monde contemporain. Cette institution n’a du reste pas été sans suite. Elle a par exemple inspiré Benjamin Constant, lorsqu’il a théorisé la nécessité de consacrer un « pouvoir neutre préservateur », comme l’a rappelé José Antonio Aguilar. Ce « pouvoir neutre » a par la suite inspiré nombre de constitutions, par exemple celle de 1824, au Brésil – où, comme l’a démontré Fernando Limongi, l’Empereur Pedro II, censé exercer cette fonction de médiateur politique, n’a pas toujours fait preuve de la neutralité requise.

7Mais le « jury constitutionnaire » peut également être considéré comme l’ancêtre de nos cours constitutionnelles, dont Pasquale Pasquino a montré combien elles étaient nécessaires dans une démocratie digne de ce nom, puisqu’elles permettent aux citoyens de contester l’interprétation que les gouvernants donnent du texte constitutionnel, et en particulier du chapitre consacrant leurs propres droits. Toujours dans le monde contemporain, José Antonio Cheibub a examiné (pour la réfuter) la thèse selon laquelle l’armée pourrait jouer, en certaines circonstances, le rôle d’un tiers neutre dans la résolution de conflits post-électoraux, tandis que Torgeir Stokke a analysé le recours à la médiation dans les négociations collectives au sein de trois pays scandinaves.

8Ces différentes analyses ont permis de constater la très grande variété à la fois des formes que peut revêtir un tiers neutre, et des modalités par lesquelles il peut intervenir dans un conflit.

Sont intervenus
Adam Przeworski et Jon Elster. The Neutral Third Party : an introductory exchange.
Horacio Spector. Two Models of Constitutional Jury.
Arnaud Le Pillouer. The Neutrality of Sieyès’ Jury constitutionnaire.
Adriaan Lanni et Adrian Vermeule. Constitutional Design in the Ancient World.
Pablo Kalmanovitz. Neutrality and mediation in early modern international conflicts.
José Antonio Aguilar. Constant’s Neutral Power.
Tianyang Xi. Constitutional Mediation and Political Compromise in Repeated Conflicts.
John Ferejohn. Neutrality and Arbitration : simple models ; strategic questions.
Robert Mnookin. Barriers to Conflict Resolution : Why Neutrals Can Help.
Fernando Limongi. The Puzzle of commanding : the exercise of moderating Power.
José Antonio Cheibub. The Military as Third Party.
Pasquale Pasquino. The Reichspräsident of the Weimar Republic. A critical genealogy of the neutral power.
Torgeir Stokke. The Scandinavian systems of labour mediation and arbitration.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Jon Elster
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 23, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Jon ELSTER, « Le tiers neutre dans la résolution des conflits », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1346

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page