Navigation – Plan du site
Chaires

Abolir la faim dans le monde

Ismail SERAGELDIN
p. 28-29

Notes de la rédaction

Colloque organisé les 19-20 mai 2011. La chaire reçoit le soutien de l’AFD. Programme et vidéos en ligne (français et anglais) : www.college-de-france.fr

Texte intégral

Pr Ismail Serageldin

© P. Imbert, Collège de France

1L’origine de la faim dans le monde n’est pas liée à un manque de nourriture.

2Condorcet, contrairement à Malthus, croyait que l’ingéniosité humaine serait capable de satisfaire les besoins alimentaires d’une population croissante et que l’humanité ne serait plus soumise au cycle infernal des famines.

3Il avait raison. Personne ne pouvait imaginer alors que notre planète serait capable de satisfaire aujourd’hui les besoins de six milliards d’êtres humains.

4C’est pour dégager des réponses aux questions brûlantes de l’alimentation et plus avant, de la faim dans le monde en prélude au G8/G20, que s’est tenue au Collège de France les 19 et 20 mai 2011, dans le cadre de la chaire Savoirs contre pauvreté soutenue par l’AFD (Agence française de développement), une conférence internationale sur le thème « abolir la faim», sous la direction du Pr Ismail Serageldin et en présence de spécialistes de la question venus du monde entier.

Des conditions politiques et climatiques avérées

5Si un milliard de personnes souffrent encore de la faim, c’est principalement du fait de politiques mal adaptées. Les régions du monde où sévit la malnutrition se superposent à celles où règnent des conflits et où l’État est défaillant. Les changements climatiques augmentent encore davantage la vulnérabilité des petits agriculteurs. Alors que la fréquence des catastrophes naturelles s’accentue, leur impact économique, social et environnemental se révèle de plus en plus important. Au-delà des actions d’urgence, essentielles pour porter secours aux victimes, la sécurité alimentaire exige des réformes de long terme, à la fois profondes et globales. Elles touchent aussi bien à la production, la distribution, les prix des denrées, la recherche et le développement.

6Ainsi, l’augmentation des prix de la nourriture est souvent brutale et non prévisible. Les plus pauvres n’ont en général ni les capacités d’organisation ni les moyens financiers d’anticiper la variabilité des prix. La mise en place, au niveau international, de mécanismes de stabilisation des prix des matières premières est donc essentielle. Elle passe notamment par l’établissement de stocks de céréales. Alors que la politique de subventions des pays riches à leurs propres agricultures crée des distorsions sur les marchés, il faut aussi développer des politiques de commerce plus loyales vis-à-vis des pays les plus pauvres.

Un changement politique, économique et social nécessaire

7Face aux nouveaux enjeux du changement climatique, la recherche agronomique mérite d’être considérée comme un bien public mondial. Ses bénéfices doivent avant tout aller à ceux qui l’utilisent, et à ceux qui produisent les denrées. Il faut davantage de recherche au Sud pour soutenir la petite agriculture au Sud. De nouvelles règles de régulation doivent être instaurées pour mettre fin au monopole des grandes entreprises agro alimentaires et permettre l’émergence d’entreprises locales capables de produire des génériques et des semences pour le marché local.

8La connaissance et son partage sont aussi essentiels pour lutter contre la faim. Dans le monde entier, des agriculteurs, et des entrepreneurs inventent de nouvelles pratiques agricoles, créent de nouveaux savoirs qui permettent de sortir de la pauvreté. Pourtant, ces savoirs sont loin d’être tous transmis et diffusés. Le système d’intensification de la culture du riz mis en pratique à Madagascar, qui permet de doubler la production, pourrait ainsi s’implanter en Afrique. Encore faut-il que cette pratique soit connue. Il faut encourager la création de plates-formes numériques d’échange des bonnes pratiques.

9La bataille contre la faim ne sera gagnée que si les pertes de nourriture tout au long de la chaîne de production et de distribution sont réduites au maximum. Cela nécessite l’amélioration des moyens de stockage, de conservation, et de transport. L’agriculture vivrière des pays les plus pauvres doit être réhabilitée et devenir complémentaire d’une agriculture d’exportation, et prioritaire par rapport à elle.

10L’amélioration de la productivité des petites exploitations familiales, seule solution durable pour sortir de la pauvreté des centaines de millions d’agriculteurs, passe enfin par un changement des politiques agricoles menées par de nombreux pays. L’agriculture ne redeviendra une priorité que si les pays développés respectent leurs engagements concernant l’aide internationale.

11L’éradication de la faim n’est pas une utopie. Des solutions existent. Ce sujet doit être placé au plus haut dans l’agenda international. C’est plus que jamais une cause d’intérêt universel.

Sont intervenus
Klaus AMMAN, Rédacteur, Environmental Biosafety Research
David BECKMANN, Président, Du pain pour le monde
Partha DASGUPTA, Professeur d’économie, université de Cambridge
Peter DOHERTY, Prix Nobel de physiologie ou médecine
Adel EL BELTAGY, Professeur, École d’agriculture, Ain Shams University
Nina FEDOROFF, Conseiller scientifique et technologique auprès du secrétaire d’État des États-Unis
Michel GRIFFON, Président du comité scientifique, Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM)
Pierre JACQUET, Chef économiste, AFD
Yolanda KAKABADSE, Présidente, WWF International
Ashok KHOSLA, Président, IUCN
Philippe KOURILSKY, chaire d’Immunologie moléculaire, Collège de France
Uma LELE, Expert du développement économique international
Jeffrey McNEELY, Directeur scientifique, Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), Suisse
Kanayo NWANZE, Président, Fonds international de développement agricole (FIDA)
Phillip PARDEV, Professeur de politiques scientifiques et technologiques, université du Minnesota
Prabhu L. PINGALI, Directeur adjoint du programme développement-agriculture Fondation Melinda et Bill Gates
Ingo POTRYKUS, Professeur émerite d’agronomie, Institut fédéral de Zurich, co-inventeur du « Riz doré»
Roelof RABBINGE, Professeur de développement durable et de sécurité alimentaire, président de l’université de Wageningen, Pays-Bas
Bunker ROY, Fondateur-directeur, Barefoot College (Social Work and Research Center), Inde
Nicéphore SOGLO, ancien Président du Benin, maire de Cotonou
Mahmoud SOLH, Directeur général, International Center for Agricultural Research in the Dry Areas (ICARDA), Syrie
Wole SOYINKA, Écrivain nigérian, Prix Nobel de littérature
Norman UPHOFF, Professeur de gouvernance et d’agriculture internationale, Cornell University
Marc VAN MONTAGU, Président, Fédération européenne des biotechnologies (EFB), Belgique
Florence WAMBUGU, Fondateur et PDG, Africa Harvest Biotech Foundation International
Dov ZERAH, Directeur général, Agence française de développement (AFD)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Ismail Serageldin
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 28-29, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Ismail SERAGELDIN, « Abolir la faim dans le monde », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1343

Haut de page

Auteur

Ismail SERAGELDIN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page