Navigation – Plan du site
Chaires

Yamá/Yima : variations indo-iraniennes sur la geste mythique

Samra Azarnouche
p. 17

Notes de la rédaction

Colloque international organisé par les 9 et 10 juin 2011. Les communications seront publiées dans la collection des Publications de l’Institut des études indiennes du Collège de France, fasc. 81.

Texte intégral

Pr Jean Kellens

© P. Imbert, Collège de France

1Après plusieurs années de recherches comparatives consacrées aux analogies et aux divergences des panthéons indien et iranien, représentés respectivement par le Veda et l’Avesta, il était urgent de faire une place au monde humain et à sa mythologie.

2La personnalité mythique choisie comme thème principal de ce colloque possède la particularité exceptionnelle d’être incontestablement commune à l’Iran et à l’Inde : son nom est identique (sanscrit Yamá, avestique Yima, « jumeau»), et sa geste se situe, du côté indien comme du côté iranien, aux premiers temps de l’histoire humaine. Pourtant nous sommes face à deux variations d’un mythe mettant en scène deux types de héros des origines. Ces variations peuvent aller jusqu’à l’inversion : si le Yama védique est le premier mortel et le roi du séjour des morts, le Yima avestique se donne pour tâche d’établir l’immortalité matérielle provisoire pour les êtres vivant sur la terre.

3Contrairement à son correspondant indien, Yima ne présente pas une figure uniforme. Les deux récits qui lui sont consacrés dans l’Avesta récent, le Vīdēvdād 2 et quelques strophes du Yašt 19, exposent des motifs en apparence inconciliables : le premier le présente dans son heure de gloire comme le confident de la divinité suprême Ahura Mazdā, le protecteur de l’existence et l’instaurateur de la survivance corporelle, tandis que le second relate l’épisode de sa déchéance survenue à la suite d’une « faute ».

4C’est lorsqu’on les observe à travers la doctrine iranienne des âges du monde que ces données cessent de paraître incompatibles. Selon cette doctrine, la première époque de l’humanité, c’est-à-dire le millénaire de Yima, est marquée par l’immortalité matérielle avant que l’immortalité mentale soit instaurée par Zaraθuštra à la fin du premier trimillénaire qu’aura peuplé l’union de Yima avec sa sœur jumelle. C’est en cela que le mythe iranien est innovant par rapport au mythe indien.

5Tenant aussi bien compte du dossier textuel concernant cette figure mythique que du matériel iconographique, le programme de ce colloque s’articulait autour de ces quelques axes principaux : la question de la gémellité de Yamá/Yima et de l’inceste gémellaire avec Yamī ; son aspect solaire ; l’analyse de la légende racontée par le Vīdēvdād 2 avec la construction d’un refuge contre un cataclysme démoniaque ; l’ancrage de sa légende dans l’idéologie religieuse d’Asie Centrale ; le développement mythologique et étiologique zoroastrien depuis les exégèses post-avestiques jusqu’à l’épopée persane médiévale.

Sont intervenus
Jean Kellens (Collège de France). Introduction aux thèmes du colloque.
Charles Malamoud (EPHE). Gémellité du Yama indien.
Audrey Tzatourian (Université d’Aix en Provence). La notion d’espace dans le Vīdēvdād 2.
Céline Redard (Collège de France). L’oiseau Karšiptar.
Alberto Cantera (Université de Salamanque). Yima et la daēnā mazdéenne.
Miguel Ángel Andrés-Toledo (Institut für Iranistik, Berlin). Yama Astiguhāda.
Georges-Jean Pinault (EPHE). Sur l’hymne védique dialogué de Yama et Yamī (RV X. 10).
Frantz Grenet (EPHE/ENS). Yima en Bactriane et en Sogdiane : nouveaux documents.
Gérard Fussman (Collège de France). Qu’y-a-t-il dans un nom ? Imro au Nouristan.
Antonio Panaino (Université de Bologne). The Triadic Symbolism of Yima’s vara- and Related Structures and Patterns.
Samra Azarnouche (EPHE/Collège de France). Séjour de Jam aux Enfers.
Eric Pirart (Université de Liège). Les enfants que sa sœur lui donna
.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Jean Kellens
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 17, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Samra Azarnouche, « Yamá/Yima : variations indo-iraniennes sur la geste mythique », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 21 avril 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1332

Haut de page

Auteur

Samra Azarnouche

ATER chaire du Pr Kellens

Haut de page

Droits d'auteur

© Collège de France

Haut de page