Navigation – Plan du site
Événements

Étude des civilisations de l’Himālaya et de l’Asie centrale

Gérard Fussman
p. 25-26
Traduction(s) :
History of India and Greater India

Résumé

Premier colloque européen de la Société européenne pour l’étude des civilisations de l’Himālaya et de l’Asie centrale, 27-28 avril 2009.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

asie
Haut de page

Texte intégral

Mme le Pr Anna-Maria Quagliotti et le Pr Gérard Fussman.

1La chaire d’indianisme que j’occupe au Collège de France porte le nom de « chaire d’Histoire du monde indien ». « Monde indien » est la traduction française de l’expression anglo-indienne Greater India. Le concept n’est pas très éloigné de celui maintenant popularisé par Sheldon Pollock : the Sanskrit cosmopolis, c’est-à-dire un monde dont les divisions politiques ne cachent pas une réalité fondamentale : le partage d’une culture informée par le sanskrit. On se rend en effet trop peu compte, y compris chez les indianistes, que le concept d’Inde, qu’il soit géographique (le sous-continent indien limité par la mer d’Oman, le golfe du Bengale et l’Himālaya) ou géopolitique (aujourd’hui la République indienne ; dans sa plus grande extension la vice-royauté britannique des Indes dans les frontières atteintes en 1914, qui coïncidaient à peu près avec celles de l’Inde géographique), n’a de valeur que pour les politiques. Ce qu’on appelle la civilisation indienne est dans beaucoup de régions de l’Inde géographique une tard venue. Par contre, des pays politiquement considérés comme non-indiens, la Birmanie, la Thaïlande, l’Indochine et singulièrement le Cambodge, Śrī Lanka, quelques îles indonésiennes aussi, dont Java, Sumatra et Bali, durant le premier millénaire de notre ère au moins, appartenaient autant à la culture indienne que l’Andhra Pradesh ou le Bengale oriental à la même époque. La population parlait des langues non-sanskritiques et vénérait des dieux locaux. Mais la langue de culture et de la politique était le sanskrit ou le pāli, la religion était le même hindouisme ou le même bouddhisme qu’en Inde continentale, les formes architecturales et artistiques étaient largement inspirées des traités techniques indiens.

2Au nord, l’influence indienne doit beaucoup à l’expansion du bouddhisme. Le Tibet, malgré la différence de langue, est l’héritier direct du bouddhisme de la vallée du Gange et de nombreux moines tibétains connaissaient parfaitement le sanskrit. En Afghanistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, les fondations bouddhiques furent nombreuses et ces pays constituèrent une sorte de tremplin pour les moines qui apportèrent en Chine et au Japon, avec le succès que l’on sait, textes et images bouddhiques. Mais les apports se firent aussi dans l’autre sens. Du iie siècle avant notre ère au vie siècle de notre ère existèrent des royaumes à cheval sur l’Asie centrale et le sous-continent indien. Les conquêtes islamiques, ensuite, mirent sur le trône de Delhi Afghans, Turks et Moghols qui gardèrent longtemps leur langue d’origine et imposèrent leurs goûts.

Buddha de Fajaz Tepa

Buddha de Fajaz Tepa

Cette sculpture, trouvée dans un monastère d’Ouzbékistan et réalisée dans la région même, illustre un thème parfaitement indien: le Buddha assis sous le figuier où il atteint l’Illumination. Sa facture est celle de l’art gréco-bouddhique du Gandhāra (l’actuelle région de Peshawar, au Pakistan).

3C’est pour tenir compte de cette réalité et réunir les quelques savants européens qui travaillent à la fois sur l’Asie centrale et le sous-continent indien que fut fondée à Paris en 2007 la Société européenne pour l’étude des civilisations de l’Himālaya et de l’Asie centrale (http://seechac.org). Il était normal que le Collège de France, où mes prédécesseurs Sylvain Lévi et Jean Filliozat ont tant fait pour montrer que les frontières de l’Inde ne se limitent pas à celles du sous-continent, et la chaire d’histoire du monde indien accueillent son premier colloque international. Le thème du colloque était « la création artistique face aux contraintes politiques et religieuses de l’Himālaya à l’Asie centrale, de l’Antiquité à nos jours ». Il permettait de traiter de sujets purement religieux (par exemple la création et l’évolution de l’image du Buddha ou des dieux) ou politiques (peintres et sculpteurs face à l’étiquette et aux conventions de cour). Il permettait aussi d’aborder des sujets très contemporains comme la transformation des danses lamaïques et du théâtre tibétain traditionnel confrontés à la double pression de la volonté normalisatrice des autorités chinoises et du goût des publics européens et américains devant lesquels les troupes tibétaines se produisent assez souvent.

4Le colloque s’est tenu les 27 et 28 avril 2009 au Collège de France, devant un public nombreux, dont beaucoup de spécialistes. Le nombre des interventions avait été limité à vingt pour permettre de longues discussions qui furent suivies avec beaucoup d’intérêt. Les intervenants étaient français, italiens, britanniques, allemands et même canadiens et américains, venus à leurs frais, preuve de l’intérêt que la nouvelle SEECHAC suscite même au-delà des frontières de l’Europe, preuve aussi de son utilité scientifique.

  • 1  On trouvera le programme détaillé du colloque sur le site internet du Collège et sur celui de la S (...)

5Beaucoup de communications furent de très haut niveau, qu’elles traitent de la civilisation de l’Oxus, des représentations symboliques du pouvoir en Inde, au Khorezm et Iran, des variations iconographiques dans les arts du Tibet et de Dunhuang, des circonstances politiques entourant la création de grands monastères tibétains etc.1 Le colloque a aussi marqué la grande vitalité des études tibétaines, anciennes et contemporaines, et, par contre coup, marqué en creux les domaines moins à la mode vers lesquels il faudrait attirer les jeunes chercheurs. L’émergence d’une génération de jeunes et enthousiastes anthropologues du Tibet contemporain et de la diaspora tibétaine a été l’un des traits saillants de ces deux journées.

Cette peinture népalaise, léguée par Mme Anne Vergati au Collège de France, montre le roi Pratapa Malla accomplissant en 1664 un rite purement indien, la pesée de son fils contre un poids équivalent d’or ensuite distribué aux brahmanes. L’architecture est locale (himalayenne), le style et surtout les costumes des personnages doivent beaucoup à l’art de l’Empire moghol dont le fondateur et beaucoup de dignitaires étaient originaires d’Asie centrale.

6Par ailleurs, le colloque a bien rempli sa fonction à mes yeux essentielle : faire se rencontrer et mieux se connaître des spécialistes aux conceptions et intérêts à première vue très divers, mais qui tirent bénéfice pour leur pratique future des idées, méthodologies et problématiques exprimées lors des interventions, des discussions publiques et des entretiens privés par des collègues dont souvent il ne connaissaient d’abord que le nom. Ce colloque était fait pour briser les limites des spécialités, permettre à de jeunes chercheurs et à des chercheurs plus expérimentés de se connaître et éventuellement de se confronter, et réunir des collègues de toute l’Europe avec l’espoir de faciliter ainsi l’émergence de groupes de recherches européens, scientifiquement nécessaires vu le petit nombre de spécialistes et l’ampleur des sujets, mais aussi seuls capables d’obtenir des financements européens.

7Le personnel technique du Collège de France a permis que ce colloque difficile (toutes les interventions, sauf une, étaient accompagnées de projections de formats très divers) se déroule dans les meilleurs conditions. Les participants ont tenu à le marquer à la fin du colloque et dans les lettres reçues depuis. Ce n’était que justice.

8Un deuxième colloque de la SEECHAC est programmé pour 2011, à Rome très probablement : la SEECHAC est une organisation qui se veut véritablement européenne.

Haut de page

Notes

1  On trouvera le programme détaillé du colloque sur le site internet du Collège et sur celui de la SEECHAC (http://seechac.org).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Mme le Pr Anna-Maria Quagliotti et le Pr Gérard Fussman.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Buddha de Fajaz Tepa
Légende Cette sculpture, trouvée dans un monastère d’Ouzbékistan et réalisée dans la région même, illustre un thème parfaitement indien: le Buddha assis sous le figuier où il atteint l’Illumination. Sa facture est celle de l’art gréco-bouddhique du Gandhāra (l’actuelle région de Peshawar, au Pakistan).
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Cette peinture népalaise, léguée par Mme Anne Vergati au Collège de France, montre le roi Pratapa Malla accomplissant en 1664 un rite purement indien, la pesée de son fils contre un poids équivalent d’or ensuite distribué aux brahmanes. L’architecture est locale (himalayenne), le style et surtout les costumes des personnages doivent beaucoup à l’art de l’Empire moghol dont le fondateur et beaucoup de dignitaires étaient originaires d’Asie centrale.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 26, Collège de France, Paris, juin 2009, p. 25-26. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Gérard Fussman, « Étude des civilisations de l’Himālaya et de l’Asie centrale », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/133

Haut de page

Auteur

Gérard Fussman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page