Navigation – Plan du site
Chaires

Comment devient-on prophète ?

Thomas Römer et Jean-Marie Durand
p. 16

Notes de la rédaction

Colloque interdisciplinaire organisé par les chaires Assyriologie (Pr J.-M. Durand) et Milieux bibliques (Pr Th. Römer), 4 et 5 avril 2011. Actes du colloque à paraître dans la collection Orbis Biblicus et Orientalis (Academic Press Fribourg / Vandenhoeck & Ruprecht Göttingen). Programme du colloque et vidéos en ligne : www.college-de-france.fr.

Texte intégral

Prs Thomas Römer et Jean-Marie Durand

© P. Imbert, Collège de France

1Ce colloque consacré au prophétisme a réuni des chercheurs des disciplines des chaires organisatrices ainsi qu’un helléniste et un représentant du monde arabe.

2Rapprochant et confrontant la vocation et l’activité prophétique sur près de trois millénaires et dans une ère géographique circonscrite, des bords de la Méditerranée à la Mésopotamie, les intervenants ont pu donner un état de leurs recherches sur cette thématique. Au delà de l’intérêt particulier de chaque contribution, la démarche comparative a favorisé des échanges transdisciplinaires et guidé une réflexion commune. Les influences et emprunts culturels entre les civilisations mésopotamiennes et le monde biblique sont indéniables, bien que leurs généalogies soient difficiles à reconstituer. Les différences posent quant à elles des questions et offrent des angles d’approches différents.

3De ce point de vue, l’étude de la terminologie est révélatrice de la portée de la thématique des prophètes dans les corpus étudiés. Les biblistes recourent au terme hébreu de navi aussi bien pour désigner une section littéraire (une des trois grandes divisions de l’Ancien Testament), pour décrire les personnages dont les paroles ont été rassemblées dans les livres prophétiques, que pour citer les diverses figures de prophètes apparaissant dans les textes narratifs. Cette unification terminologique a pour effet de masquer certaines caractéristiques propres à l’une ou l’autre de ces figures. Les assyriologues, de leur côté distinguent deux traditions prophétiques : les âpilum (« ceux qui prennent la parole après ») et les muhhûm (« fous ») à Mari ou les raggimu (« crieurs ») et les mahhû (« fous ») de la période néo-assyrienne. Les premiers (âpilum et raggimu), à vocation politique, peuvent être l’équivalent des prophètes de cour sur les questions relatives à la gestion du royaume. Les seconds (muhhûm et mahhû), s’apparentent plus aux prophètes bibliques et se font souvent l’écho de la vox populi auprès du roi.

4Les interventions croisées des biblistes et des assyriologues ont également souligné une différence fondamentale liée au thème du colloque. Si le récit de vocation prophétique est récurrent, structuré et bien détaillé dans le corpus biblique, il est en revanche absent des sources étudiées par les assyriologues qui attestent tout au plus de formules de mission ou d’envoi. Cette différence majeure rappelle la nature des textes qui, pour la Mésopotamie, proviennent généralement d’archives témoignant de la vie du Palais et de l’organisation de la vie quotidienne (voir www.archibab.fr). Les biblistes sont confrontés à une littérature développée et réécrite durant plusieurs siècles. La figure du prophète y évolue au fil de la construction du corpus biblique, d’abord lors de la mise par écrit des traditions orales sur les prophètes, puis dans les nombreuses réinterprétations des prophéties en fonction des nouveaux contextes socio-historiques. Les milieux formateurs (écoles de scribes, prêtres) de ces textes jouent également un grand rôle dans la conception du prophétisme comme l’illustrent déjà la tradition deutéronomiste et, à partir du second siècle av. J.-C., les textes de Qumran, le christianisme naissant ou Flavius Josèphe.

5L’approche multidisciplinaire pratiquée durant ce colloque a également permis de recourir à une vision extérieure par son éloignement géographique, à travers la figure d’Apollonius de Thyane. Ce représentant du prophétisme gréco-romain offre un exemple de l’importance des figures prophétiques dans l’élaboration de la mémoire collective. Leur souvenir est enrichi de nombreux détails et anecdotes extraordinaires. Il arrive également qu’il s’insère dans une topographie comme le montre l’exemple des lieux de pèlerinages musulmans se constituant autour de Damas dès le Moyen-Âge sur les traces des prophètes bibliques.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Prs Thomas Römer et Jean-Marie Durand
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 16, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Thomas Römer et Jean-Marie Durand, « Comment devient-on prophète ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1329

Haut de page

Auteurs

Thomas Römer

Articles du même auteur

Jean-Marie Durand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page