Navigation – Plan du site
Dossier

L’institut des civilisations du Collège deFrance

Pierre-Étienne Will
p. 10-11

Entrées d’index

Mots-clés :

institut, civilisations
Haut de page

Notes de la rédaction

À l’occasion des journées européennes  du patrimoine, le Collège de France a organisé une exposition intitulée Objets et richesses de l’Institut des civilisations

Texte intégral

Naissance du Buddha sortant du flanc droit de sa mère (Népal, xviiie siècle).

Naissance du Buddha sortant du flanc droit de sa mère (Népal, xviiie siècle).

Institut d’études indiennes du Collège de France, Collection Sylvain Lévi

1La circulation mondiale des idées, des marchandises et des personnes donne l’illusion d’une homogénéisation des pratiques et des référents culturels comme des systèmes politiques et économiques.

2Rien n’est plus trompeur, ainsi que l’actualité se charge de nous le rappeler jour après jour. Faut-il redire qu’on ne peut comprendre le monde arabe si l’on ne prend pas en compte le rôle que continuent à y jouer les tribus ou le système de mariage entre cousins ; qu’on ne saurait saisir la situation singulière de la Turquie contemporaine si l’on néglige le passé byzantin et ottoman ; que l’on ne peut appréhender les nationalismes qui travaillent le Pacifique insulaire ou l’Asie centrale si l’on ignore tout des cultures où ils s’enracinent ; enfin que ces « puissances émergentes» que sont la Chine et l’Inde nous restent totalement opaques sans la connaissance approfondie d’une histoire et d’une culture plurimillénaires à laquelle elles ne cessent d’ailleurs de se référer de façon plus ou moins rigoureuse.

3Bref, l’étude scientifique des civilisations du passé et du présent, partant de la familiarité avec leurs langues et basée sur l’arsenal des sciences humaines et sociales, est non seulement un objectif de recherche fondamentale dont une grande nation scientifique comme la nôtre ne saurait faire l’économie ; elle constitue aussi le seul moyen de parvenir à une meilleure intelligence du monde contemporain dans toute sa diversité et avec toutes les surprises qu’il nous réserve.

4L’Institut des civilisations que propose le Collège de France sur le site Cardinal-Lemoine sera un outil exceptionnel pour réaliser ces deux ambitions. Il regroupera un ensemble de chaires, de bibliothèques spécialisées, de laboratoires, d’équipes de recherche et de services dont il existe peu d’équivalents dans le monde, tant par l’ampleur des domaines couverts – l’histoire culturelle et sociale et l’ethnologie des cinq continents –, que par la richesse exceptionnelle des fonds documentaires, par le nombre et l’excellence des chercheurs, par la très haute qualification du personnel technique et par l’effet d’attraction internationale que la renommée de ce pôle de recherche suscite déjà.

5Car la plupart des éléments qui composeront l’Institut des civilisations existent et fonctionnent, certains depuis longtemps. Notre ambition est de transformer et développer ce qui se présente actuellement comme une juxtaposition de fonds documentaires et d’équipes de recherche en un ensemble interdisciplinaire intégré, évolutif, ouvert sur l’extérieur, disposant d’équipements et logé dans des locaux à la mesure de ses missions, et offrant une visibilité accrue par rapport à celle qu’il possède déjà.

6Une premier étape à d’ores et déjà été accomplie avec l’aménagement, en cours d’achèvement, d’une salle de conférence de 80 places, de deux salles de séminaires et d’une cafétéria communes au site.

7La seconde étape envisagée, dont la programmation sera entreprise dès le début 2012, porte sur la restructuration des lieux qui devrait accroître les surfaces disponibles pour la recherche comme pour la documentation, optimiser l’utilisation des bibliothèques en termes d’amplitude horaire et de conditions de travail des lecteurs, mutualiser des services, permettre une gestion intégrée d’un certain nombre de fonctions.

8De la sorte, l’ensemble des chaires du Collège de France, des centres et équipes de recherche et des bibliothèques, qui constitue d’ores et déjà un puissant pôle d’attraction pour la recherche française et étrangère dans les domaines couverts, sera en mesure de jouer un rôle moteur dans le développement de l’orientalisme français, dans le sens le plus large, et de toutes les disciplines qu’il regroupe en son sein, et d’être un véritable pôle de référence.

9En préfiguration de ce projet, les Journées du patrimoine, les 17 et 18 septembre derniers, ont été l’occasion de présenter des objets, archives et ouvrages rares conservés par les Instituts d’Extrême-Orient, l’Institut des études byzantines, l’Institut du Proche-Orient ancien, l’Institut d’études arabes, turques et islamiques, l’Institut d’égyptologie, le Laboratoire d’anthropologie sociale, la Société asiatique et la chaire d’épigraphie grecque.


Le site Cardinal-Lemoine abrite à l’heure actuelle :
- Neuf chaires du Collège de France.
- Quatre instituts gérant des bibliothèques spécialisées sur l’orient proche : égyptologie, monde arabe, turc et islamique, études byzantines, Proche-Orient ancien (assyriologie, études sémitiques, christianismes anciens).
- Cinq instituts gérant des bibliothèques spécialisées sur l’Extrême-Orient : Chine, Japon, Inde, Corée, Tibet.
- Le laboratoire d’Anthropologie sociale, spécialisé dans l’ethnologie contemporaine du monde européen et non-européen (Afrique, Océanie, Asie et Amérique indigène), ainsi que sa bibliothèque.
- Deux sections de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT) du CNRS (monde grec et monde arabe) gérant de très riches fonds documentaires.
- La bibliothèque de la Société asiatique, qui couvre tous les domaines de l’orientalisme depuis le début du xixe siècle.
- Trois unités mixtes de recherche (UMR) du CNRS – le Laboratoire d’anthropologie sociale, le Centre de recherches sur les civilisations de l’Asie orientale et l’Institut d’assyriologie – ont leur siège sur le site ; le Centre d’histoire et civilisation de Byzance (rattachée à l’UMR orient et méditerranée) y est également installé, de même qu’un groupe de chercheurs appartenant à l’UMR d’études turques.

Inscriptions bouddhiques de la passe Juyongguan : un estampage précieux

Inscriptions bouddhiques de la passe Juyongguan : un estampage précieux

10La passe Juyongguan 居庸關 est située sur la Grande Muraille à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Pékin. La légende veut que son nom remonte à la construction de la Muraille à l’époque du Premier Empereur, Qin Shihuang di (221-210 av. J.-C.), lorsque l’endroit servait de cantonnement (ju) aux soldats, prisonniers, esclaves et corvéables employés (yong) sur le chantier. En réalité la Muraille des Qin était située nettement plus au Nord.

11Les fortifications actuelles de la passe Juyongguan remontent au début de la dynastie des Ming (1368-1644). La terrasse traversée par la voûte à l’intérieur de laquelle se trouvent les inscriptions reproduites ici est un peu plus ancienne. Elle a été édifiée en 1345, à la fin de la dynastie mongole des Yuan (1271-1368). À cette époque la Grande Muraille n’avait pas d’utilité défensive, car l’empire mongol contrôlait les territoires aussi bien en deçà qu’au-delà de son tracé : la porte se trouvait sur une des principales routes de l’Empire, sur laquelle circulaient voyageurs, marchands, fonctionnaires, pèlerins, etc.

12Appelé la « Terrasse des Nuages» (Yuntai 雲臺), l’édifice est orné de représentations bouddhiques en bas-relief (Bouddhas, mandalas, etc.) et d’inscriptions en six langues : le sanskrit, le tibétain, le phags-pa (écriture mongole alphabétique basée sur le tibétain), le Uigur, le Xixia (ou Tangut, basé sur l’écriture chinoise), et le chinois. Les textes gravés sont des dharani (formules magiques, invocations), des fragments de sutra et des eulogies.

13L’image ci-dessous représente un extrait de l’estampage de 6m x 2,45 m réalisé à la demande du prince, géographe, botaniste et ethnologue Roland Bonaparte (1858-1922) en 1895, au cours d’un de ses voyages à travers le monde. La technique chinoise de l’estampage permettait de reproduire en multiples exemplaires les inscriptions sur pierre qui ont été depuis l’Antiquité un des moyens favoris des Chinois pour préserver leurs textes et leurs calligraphies. D’innombrables inscriptions aujourd’hui disparues continuent de circuler sous forme d’estampages ou de reproductions d’estampages anciens. Toujours en usage, cette technique consiste à appliquer sur la pierre une feuille de papier humide de sorte à en épouser la moindre anfractuosité. La feuille est ensuite longuement tapotée avec un tampon encré, faisant apparaître par défaut les lignes gravées dans la pierre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Naissance du Buddha sortant du flanc droit de sa mère (Népal, xviiie siècle).
Légende Institut d’études indiennes du Collège de France, Collection Sylvain Lévi
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1321/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Inscriptions bouddhiques de la passe Juyongguan : un estampage précieux
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1321/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 10-11, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Pierre-Étienne Will, « L’institut des civilisations du Collège deFrance », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1321

Haut de page

Auteur

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page