Navigation – Plan du site
Leçons inaugurales

La connaissance métaphysique

Extraits de la leçon inaugurale prononcée le 5 mai 2011
Claudine Tiercelin
p. 7

Entrées d’index

Mots-clés :

philosophie
Haut de page

Notes de la rédaction

L’enregistrement vidéo de la leçon inaugurale est disponible sur le site du Collège de France : http://www.college-de-france.fr. Le texte intégral est en libre accès sur le site de la collection : http://lecons-cdf.revues.org/444

Texte intégral

Pr Claudine Tiercelin

© P. Imbert, Collège de France

1Je mesure l’audace et peut-être la témérité ou l’inconscience qu’il aura fallu à Pierre Corvol, à Jacques Bouveresse, et à vous, mes chers collègues, pour me confier l’honneur de porter une chaire qui, pour la première fois dans l’histoire du Collège de France, inscrit, dans son intitulé, le terme de « métaphysique», en l’associant, de surcroît, à celui de « philosophie de la connaissance», si remarquablement illustré par les maîtres que furent  pour moi Jules Vuillemin et, plus encore, Jacques Bouveresse.

2Il peut sembler en effet saugrenu ou culotté de proposer un tel attelage, tant dans l’esprit de beaucoup, le doute n’est plus permis : est désormais réglé le sort de celle qui fut jadis « reine des sciences», entrés que nous sommes, depuis belle lurette, dans l’ère de la « pensée» post-métaphysique. Dogmatisme insensé, radotages verbeux d’esprits cédant aux idoles logiques ou onto-théologiques, ou au fantasme d’un possible accès à la Réalité, à la Vérité, à la Connaissance, c’est ainsi que le plus souvent, on se figure la métaphysique et que l’on ironise sur ses partisans, quand seulement il en reste. Pour les esprits chagrins ou censément lucides, certains « tournants» (kantien, heideggerien, positiviste, linguistique, cognitiviste) ont été pris, une fois pour toutes. Qui oserait-aller au-delà des phénomènes ? La réalité nous est inaccessible, pris que nous sommes aussi, et de toute façon, dans les rets du langage. Sauf à se présenter comme une recherche dont la visée serait quelque céleste transcendance, ou comme le simple envers dont la théologie serait le naturel endroit, une démarche qui prétendrait encore, dans la pure tradition de la metaphysica generalis, enquêter sur l’essence des choses ou sur l’être en tant qu’être, serait effectivement ignorante, bien naïve ou bien sotte. Pour les optimistes ou simplement pour ceux qui, suivant leur bon sens, constatent que, malgré tout, bien des choses restent encore connaissables, et qu’il est concevable, voire possible de les tenir pour vraies, il va généralement de soi que c’est aux nombreuses sciences de s’en occuper – ce que, reconnaissons-le, elles font, et, du reste, fort bien. Et si, plutôt, en toute rigueur, qu’à « connaître», du moins selon certains, il reste des choses à « penser», à « exprimer» ou à « vivre», la littérature et l’art s’en chargent, et mieux encore, incontestablement, que la métaphysique : à supposer donc que cette dernière ait encore un sens, quel os lui resterait-il bien à ronger ?

  • 1  « De l’analyse des produits de la pensée», Revue Philosophique, t. CXVIII, n° 9-10, septembre-oct (...)

3Il est d’usage de se féliciter de la création d’une nouvelle chaire. Je serais tentée de dire, pour ma part, que ce n’est pas forcément, dans le cas présent, une aussi bonne nouvelle. Car on peut se demander si la raison pour laquelle il a fallu, pour la première fois, introduire dans l’intitulé d’une chaire le terme de « métaphysique» – auquel tous les philosophes qui ont fait l’histoire du Collège de France, à quelque tradition qu’ils appartinssent, eurent recours le plus naturellement du monde – ne serait pas, en vérité, que depuis quelque temps, nous avons tout bonnement oublié ce que rappelait Émile Meyerson, à savoir que « l’homme fait de la métaphysique comme il respire1». Aussi ne chercherai-je pas ici vraiment à la définir, et encore moins à la défendre.

  • 2  Recherches sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale, Vrin, 1973, p.  (...)

4Paradoxalement en effet, l’une des caractéristiques incontestables de la métaphysique, est l’impression que l’on a, en s’y livrant, de pouvoir « simultanément parvenir à la plus haute certitude possible», tout en étant incapable de donner ou de construire une définition de son objet. Kant notait qu’en métaphysique, « à l’inverse de ce qui se passe en mathématique, où je ne possède absolument aucun concept de mon objet, j’ai déjà un concept qui m’est donné, bien que confusément, et je dois en chercher la notion distincte2».

5Je voudrais donc plutôt nous rafraîchir la mémoire et tâcher de faire comprendre, le temps de cette leçon, pourquoi et comment il n’y a rien finalement d’inconcevable, et encore moins d’inconvenant, à choisir d’associer la métaphysique et la philosophie de la connaissance ; qu’il est, tout au contraire, possible d’envisager aujourd’hui encore une authentique connaissance métaphysique, aux méthodes et critères de validation distinctifs, et d’y voir même une forme aussi légitime qu’indispensable de l’enquête rationnelle.

Haut de page

Notes

1  « De l’analyse des produits de la pensée», Revue Philosophique, t. CXVIII, n° 9-10, septembre-octobre 1934.

2  Recherches sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale, Vrin, 1973, p. 40.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Claudine Tiercelin
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 7, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Claudine Tiercelin, « La connaissance métaphysique », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1316

Haut de page

Auteur

Claudine Tiercelin

Agrégée et docteur en philosophie. Professeur à l’université Paris xii de 1996 à 2010. De 2008 à 2011, responsable scientifique du projet « KNOWJUST» (connaissance, méta-cognition et modes de justification) dans le cadre de l’Institut Jean Nicod.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page