Navigation – Plan du site

Éditorial

Plan campus, Labex, Equipex, Idex… : Pourquoi et comment le Collège de France s’est engagé dans la compétition pour les investissements de l’avenir
Pierre Corvol
p. 3

Entrées d’index

Mots-clés :

PSL
Haut de page

Texte intégral

Pr Pierre Corvol

© P. Imbert, Collège de France

  • 1  Repères n°7, juillet 2011.

1La connaissance et la recherche apparaissent à tous comme des objectifs prioritaires et indiscutables dans un monde traversé par le doute sur les voies à suivre pour son développement démographique, économique et écologique. De nombreux pays, y compris ceux dits émergents, l’ont bien compris et ont mis en œuvre les moyens pour figurer à terme dans le peloton de tête de l’offre en matière de connaissance et de recherche. L’enseignement supérieur et la recherche ne se conçoivent que dans un contexte international. Certes, la France se situe entre la 4e et la 7e place mondiale pour sa production scientifique1 ; et ses prix Nobel et ses médailles Fields la mettent respectivement au 4e et second rang mondial ; mais cette position est loin d’être acquise pour toujours et doit être encore renforcée.

2Dans cette optique, le gouvernement a décidé d’accroître substantiellement les moyens donnés à l’enseignement supérieur et à la recherche. Plutôt que d’accorder des crédits aux établissements pris individuellement, la stratégie adoptée a été de fournir un apport financier supplémentaire aux institutions qui se regrouperaient. Le but recherché est de créer des ensembles cohérents de recherche et d’enseignement de haut niveau, compétitifs et visibles au plan international.

3Concrètement, deux séries de mesures politiques ont été mises en œuvre :

41/ un « Plan Campus» a été décidé en 2008, dont l’objectif est de regrouper plusieurs établissements sous la forme de pôles d’enseignement supérieur et de recherche (PRES) et de leur donner la possibilité de promouvoir une politique immobilière sur leur site ;

52/ dans le cadre du Grand Emprunt, une somme très considérable a été dévolue à l’enseignement supérieur et à la recherche (près de 20 milliards d’euros).

6Le Grand emprunt a lancé plusieurs appels d’offres, destinés à épauler la recherche à la condition que les projets fassent état d’une collaboration entre plusieurs laboratoires : laboratoires d’excellence (Labex), équipements d’excellence (Equipex). L’appel d’offre « Initiative d’excellence» (Idex) des investissements d’avenir du Commissariat général à l’investissement est de loin le plus important. Il est destiné à faire émerger 5 à 10 pôles d’excellence et est doté de 7,7 milliards d’euros accordés sous la forme d’une dotation non consomptible, pour une durée de 20 ans.

7Dans ce contexte, le Collège de France s’est posé la question de savoir s’il devait ou non participer à ces opérations ; s’il devait rester à part, en dehors des regroupements qui se dessinaient autour de lui ou s’il devait au contraire envisager de s’associer à des partenaires proches de lui tant sur le plan géographique qu’intellectuel. La réponse n’était pas aisée car, fondé en 1530, le Collège de France est fier et jaloux de ses traditions. Il a traversé sans encombre et sans réforme notoire les grands bouleversements historiques et politiques, et est, à cet égard, la plus ancienne institution d’enseignement supérieur et de recherche de notre pays. Sa mission première, « enseigner la recherche en train de se faire», librement, dans tous les sens du terme, sans la contrainte de délivrance de diplômes, est toujours celle que lui avait assignée François Ier. Le Collège de France se différencie d’autres institutions par le statut de ses professeurs et par un mode de gouvernance particulier qui repose sur une assemblée générale des professeurs souveraine et douée d’une grande liberté d’action, à l’instar de celle qui prévaut toujours dans quelques prestigieuses institutions anglaises ou américaines.

  • 2  Rapport COSS, mars 2011.

8Le Comité international d’orientation scientifique et stratégique du Collège de France (COSS) a souligné que ces originalités doivent être préservées car « elles contribuent à faire du Collège probablement le seul lieu au monde où les territoires les plus avancés de la recherche peuvent être partagés avec toute personne motivée qui le souhaite, sans barrière de diplôme, d’âge, ou de milieu social.» Le Collège est de ce point de vue un « laboratoire de pointe pour expérimenter une démocratisation du savoir2».

Un environnement scientifique unique

92008 : à l’occasion du plan Campus, le Collège de France s’engage dans la création de la fondation de coopération scientifique PSL, « Paris Sciences et Lettres - Quartier Latin»

10Unique et original, le Collège de France a su déjà s’ouvrir au monde universitaire, au monde économique et social, et à l’international. Il l’a prouvé en créant récemment plusieurs chaires annuelles sur des sujets de société, en favorisant les liens d’enseignement et de recherche entre plusieurs de ses chaires et d’autres institutions (notamment l’École des Chartes, l’EHESS et l’EPHE), en donnant aux étudiants doctorants la possibilité de valider une partie de leur cursus doctoral en assistant aux cours et séminaires du Collège, et en engageant de nombreuses conventions internationales d’enseignement et de recherche.

11Et le Collège entretient tout naturellement une longue histoire de collaboration pour l’enseignement, la formation et la recherche, avec ses voisins les plus proches de la montagne Sainte-Geneviève : l’ENS-Ulm, les écoles d’ingénieurs de Physique Chimie (ESPCI ParisTech) et de Chimie de Paris (ENSCP ParisTech) et l’Institut Curie. Qu’on se souvienne simplement du parcours d’un Pierre-Gilles de Gennes qui fut à la fois professeur au Collège de France et directeur de l’ESPCI. La rénovation en cours des laboratoires sur le site Marcelin-Berthelot du Collège contribue à la reviviscence d’une longue tradition de recherche collaborative en biologie, en chimie et physique. Le Collège construit des plateformes technologiques en commun avec les équipes des autres établissements et élabore des projets de recherche en concertation avec elles. Toutes ces actions requièrent des investissements importants qui ne peuvent être satisfaits par les seules dotations récurrentes du Collège.

  • 3  Pôle de recherche et d’enseignement supérieur.

12Dès 2008, le Collège de France décide donc de s’engager pleinement dans le Plan Campus afin de réaliser plus rapidement et d’amplifier ces objectifs partagés avec ces établissements voisins avec lesquels il a noué depuis longtemps de fructueuses collaborations. D’emblée, il joue un rôle moteur dans la création d’un groupement original de recherche et d’enseignement supérieur aux côtés de l’ENS-Ulm, de l’ESPCI ParisTech, de l’École de Chimie ParisTech et de l’Observatoire de Paris Meudon pour former un « PRES3» intitulé « PSL, Paris Sciences et Lettres». La structure juridique de PSL est une fondation de coopération scientifique qui possède les avantages de souplesse propres à une fondation de droit privé tout en ayant la possibilité de recevoir de l’argent public. Cette fondation est créée par décret du 8 juillet 2010.

13Le dossier de candidature de PSL au plan Campus comporte plusieurs projets immobiliers. Celui de l’Institut des civilisations du Collège de France apparaît immédiatement comme prioritaire, du fait de la complémentarité unique de cet ensemble prestigieux avec notamment les ressources documentaires de l’ENS-Ulm. Cet institut, rue du Cardinal Lemoine, regroupe sur un même site actuellement vétuste un ensemble de neuf chaires en sciences humaines dans les domaines de l’orientalisme et de l’anthropologie, des bibliothèques spécialisées, des laboratoires et plusieurs équipes de recherche sur l’Orient proche (égyptologie, Proche-Orient ancien, assyriologie, études sémitiques et christianismes anciens, études byzantines), l’Extrême-Orient (Chine, Japon, Inde, Corée, Tibet) et l’Anthropologie sociale.

14Situé dans les anciens locaux de l’École polytechnique, au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, cet ensemble remarquable abrite des fonds documentaires d’une richesse exceptionnelle et attire d’ores et déjà, mais dans des conditions qui ne sont pas dignes de sa réputation, des chercheurs français et étrangers au plus haut niveau. Les bâtiments qui abritent ces bibliothèques et ces équipes de recherche n’ont pas été refaits depuis 1979 et nécessitent une profonde rénovation évaluée à environ 22 millions d’euros. Le Collège de France a privilégié cette seule demande dans le cadre du plan Campus, dans le souci d’équilibrer, au cœur du Quartier latin, les projets de développement en sciences dures et la diversité des recherches en sciences humaines et sociales. Un groupe de travail animé par Pierre-Étienne Will, titulaire de la chaire d’Histoire de la Chine moderne, porte ce projet. L’étude scientifique de ces civilisations du passé et du présent constitue l’un des seuls moyens de parvenir à une meilleure intelligence du monde contemporain dans toute sa diversité, avec toutes les surprises qu’il nous réserve, et cet Institut des civilisations sera un outil exceptionnel pour assurer la visibilité de la recherche française.

15En avril 2011, le Collège de France a donc été particulièrement heureux que le projet de Campus PSL ait été sélectionné par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et ait été doté de 70 millions d’euros. Les projets immobiliers de PSL qui seront subventionnés dans ce cadre ainsi que leur niveau de financement seront connus d’ici peu.

Une opportunité unique

162010 : PSL s’engage dans la compétition pour les IDEX (initiatives d’excellence)

17Dans le cadre du Grand emprunt, l’appel d’offre Idex du gouvernement vise à faire émerger des groupements d’excellence en formation et en recherche dans la droite ligne des objectifs de PSL et de ce qui constitue l’essence même du Collège de France : création de nouvelles formes d’enseignements, développement d’axes de recherche interdisciplinaires originaux, valorisation de la recherche et diffusion des savoirs.

18C’est donc tout naturellement que le Collège, au sein de la fondation PSL, s’est engagé dans ce nouveau défi, certes avec détermination et conviction, mais aussi avec prudence et en prenant la mesure exacte des circonstances et des enjeux. Pour répondre à l’ampleur de ces nouveaux enjeux, PSL a alors décidé de se rapprocher d’autres institutions dans les domaines de l’économie et de la gestion financière, de la santé et de la création artistique. C’est pourquoi la fondation PSL s’élargit depuis septembre 2011 à quatre nouveaux membres fondateurs (l’Institut Curie, l’université Paris-Dauphine, le CNRS et l’Inserm) et à sept membres associés (quatre écoles de création artistique : l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, ainsi que l’Institut national de la recherche en informatique et en automatique (INRIA), l’Institut Louis Bachelier et la Fondation Pierre-Gilles de Gennes pour la recherche.

19L’implication du Collège de France se situe à plusieurs niveaux de ce projet Idex : le Collège participe à deux Labex (« Memolife»dans le domaine des sciences biologiques et « TransferS» dans celui des sciences humaines et sociales) ; il est responsable du Liberlabo, une initiative originale de partage et d’exploitation des ressources documentaires de PSL ; il a créé le site internet de PSL et prend en charge le lourd dossier des systèmes d’information qu’il faut mettre en place pour interconnecter les différents établissements.

20En juillet 2011, ce projet d’Idex porté par PSL, avec 6 Labex et 6 Equipex, rencontre le succès et est sélectionné avec deux autres Idex seulement pour toute la France (les universités de Strasbourg et de Bordeaux) par un jury international et par le ministère. Ce financement va permettre à PSL de mener des opérations ambitieuses de recherche et de formation et d’augmenter la visibilité de la recherche de haut niveau conduite dans les établissements qui y participent.

Une expérience unique.

21Un modèle nouveau pour des institutions singulières

22Pour les Idex, le jury international indépendant et le ministère ont fait le choix audacieux de sélectionner et de reconnaître un modèle nouveau. Chacune des institutions de PSL a son histoire, parfois ancienne, parfois plus récente. Chacune a été créée pour une mission bien particulière de recherche et d’enseignement, à un moment donné de l’histoire de l’enseignement supérieur en France, mission que ne remplissait pas l’Université. Chacune a montré, avec son parcours singulier, et la mission singulière qu’elle a remplie et qu’elle continue toujours de satisfaire, ce pour quoi elle a été créée. La forte identité de chacune de ces institutions historiques suffit en elle-même à démontrer que PSL ne saurait être un projet d’intégration ou de fusion de divers établissements regroupés avec conviction en une fondation de coopération scientifique.

23PSL est donc une structure réactive, créative et ambitieuse, au service des projets communs des institutions qui la composent et qui seront financés par les crédits supplémentaires apportés par l’Idex. La gouvernance de PSL consiste en un conseil d’administration où sont représentés chacun des établissements fondateurs et une équipe présidentielle avec un président nommé par le conseil d’administration assisté d’un vice-président et d’un vice-président administratif. Trois conseils (de la formation, de la recherche et de la valorisation) auront pour tâche d’élaborer la politique de PSL dans ces différents secteurs. Ils interagiront étroitement avec l’équipe de direction.

24Cette gouvernance disposera des moyens nouveaux apportés par les crédits des investissements d’avenir et les répartira sur des objectifs ciblés, suivant les recommandations apportées par les trois conseils. L’autonomie de chaque institution est expressément préservée dans le projet, chacune ayant une spécificité, un statut, un budget qui lui sont propres et qui ne sauraient être remis en cause. Pour sa part, le Collège de France, placé sous la protection directe du président de la République, ne remettra jamais en question son indépendance scientifique, qu’il s’agisse du statut particulier de ses professeurs, de leur nomination, de l’organisation de ses enseignements, de la conduite de ses recherches propres et de la gestion de ses ressources propres et de celles que lui confie l’État.

25Ainsi PSL va tout à la fois rassembler sur des projets ambitieux et nouveaux les différentes institutions qui la constituent, et respecter leurs spécificités. Le financement apporté par l’Idex à PSL, et, au-delà, le choix affiché de la coopération entre différentes institutions d’exception, sont une chance historique unique de renforcer le paysage académique français en valorisant les particularités qui le différencient de la plupart des organisations de l’enseignement supérieur au niveau international.

26Le Collège de France est soucieux avant tout de la visibilité de la recherche française dans le contexte de mondialisation et de compétition accélérées que nous vivons au quotidien, et est conscient de l’effort national que représente le Grand emprunt, et de la confiance ainsi accordée à la communauté des chercheurs, en une période économique si difficile. Le Collège de France saura donc être, au sein de PSL, auprès de ses partenaires privilégiés, le porteur et le garant d’opérations novatrices, tout en préservant avec vigilance ses traditions séculaires d’indépendance et de liberté académiques : elles sont, de fait, le fondement de notre image internationale d’excellence.

Haut de page

Notes

1  Repères n°7, juillet 2011.

2  Rapport COSS, mars 2011.

3  Pôle de recherche et d’enseignement supérieur.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Pierre Corvol
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/1313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 32, Paris, Collège de France, p. 3, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Pierre Corvol, « Éditorial », La lettre du Collège de France [En ligne], 32 | octobre 2011, mis en ligne le 28 mars 2012, consulté le 30 août 2014. URL : http://lettre-cdf.revues.org/1313

Haut de page

Auteur

Pierre Corvol

Administrateur du Collège de France, Professeur, titulaire de la chaire de médecine expérimentale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page