Navigation – Plan du site
Publications

Henri Leridon et Ghislain de Marsily (sous la direction de), Démographie, climat et alimentation mondiale

Académie des sciences - rapport sur la science et la technologie no 32, Paris, EDP sciences, 2011
p. 70

L’humanité trouvera-t-elle de quoi nourrir 9 milliards d’hommes en 2050, dans un contexte climatique probablement plus difficile ? L’inquiétude n’est pas nouvelle, mais la croissance démographique s’est emballée dans la seconde moitié du xxe siècle, et la crainte d’une crise alimentaire mondiale est réapparue.

Certes, les progrès des technologies agricoles ont permis, au plan global, de maintenir le niveau nutritionnel moyen pendant les années de la « Révolution verte », mais la situation restait loin d’être satisfaisante, puisque environ 850 millions de personnes étaient sous-alimentées au début du xxie siècle. Or de nouvelles inquiétudes se font jour : les surfaces cultivables ne sont plus guère extensibles, la productivité des sols atteint des niveaux qui risquent de les endommager de façon irréversible, les prix de l’énergie et des intrants indispensables à l’agriculture moderne sont à la hausse... Et les perspectives de changements climatiques ne sont pas rassurantes. De nouveaux progrès technologiques permettront-ils de dépasser, une fois encore, les contraintes naturelles et démographiques ? Cet ouvrage rappelle d’abord ces contraintes démographiques, climatiques et environnementales qui pèseront sur la disponibilité de ressources à l’horizon 2050, et traite ensuite des facteurs d’évolution de la demande alimentaire, des moyens techniques et économiques d’y faire face, et enfin des conditions d’un équilibre possible. Une synthèse est proposée en début de volume.

Des recommandations y sont faites, destinées aux pouvoirs publics français pour les éclairer sur leur politique nationale et internationale, mais aussi à la société civile, qui est concernée car les problèmes ne sont pas seulement scientifiques ou technologiques : ils mettent aussi en jeu les comportements individuels des producteurs et des consommateurs. Trois domaines où il faut agir sans tarder sont mis en valeur : la nutrition et les habitudes alimentaires, puis la démographie, et enfin l’économie mondiale et le commerce international. Les recommandations portent ensuite sur la production agricole et les questions d’environnement puis sur la prévention, l’anticipation et la gestion des situations de crise, hélas quasi inévitables.