Navigation – Plan du site
Événements

Lire un texte vieilli, du Moyen Âge à nos jours

Michel Zink
p. 22-24

Résumé

Colloque organisé par le Pr Michel Zink et la chaire de Littératures de la France médiévale dans le cadre du programme de recherche Balzan 2007 « Circulation des textes et milieux littéraires au Moyen Âge», du 1er au 3 avril 2009, au Collège de France et, pour la dernière session, à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Haut de page

Texte intégral

1Lire un texte vieilli : c’est ce que fait tout lecteur, dès lors qu’il lit autre chose que le journal du jour ou un roman de l’année. La distance créée par le vieillissement du texte est la première cause qui fait de la littérature une expérience du temps et un arrachement à soi-même. Cette distance est essentielle à l’idée que nous nous faisons de la littérature. Elle l’a toujours été. Depuis plus de deux millénaires dans notre civilisation, depuis plus longtemps encore dans d’autres, la littérature s’enseigne à travers des textes anciens, des classiques. Les poèmes homériques ont été la base de l’éducation à une époque où ils étaient déjà vieux et où leur langue était vieillie.

2Cette distance est à la fois subie et goûtée. Elle est subie, puisqu’elle est source d’incompréhension ou de malentendus. Elle est goûtée, car le vieillissement de la langue et le dépaysement du passé exercent en eux-mêmes un charme sur le lecteur, tout en accroissant le malentendu, puisque le texte n’est pas né vieux et qu’il a été écrit pour ses contemporains.

3Les littératures médiévales se prêtent tout particulièrement à l’examen de ces questions. Écrites dans des langues jeunes ou dans des langues qui accèdent seulement alors au statut de langue couramment écrite, elles ne sont pas d’abord elles-mêmes confrontées à ce phénomène, mais le rencontrent cependant, voire le suscitent en mettant délibérément l’accent sur une tradition ancienne dont elles prétendent s’inspirer, soit dans la même langue (la poésie scaldique pour la littérature norroise), soit dans une autre (le latin, le « breton »).

4Face aux œuvres de l’Antiquité latine classique et chrétienne, avec laquelle ils se sentent en continuité, les lecteurs médiévaux, selon leur statut, selon l’époque, selon leur culture, selon la langue qui est la leur et selon celle du texte qu’ils lisent, peuvent avoir eu le sentiment, soit d’un état ancien de leur langue, soit d’un état savant de leur langue, soit d’une autre langue.

5Le Moyen Âge est une période longue, qui voit apparaître et se développer, avec les langues romanes, les littératures écrites dans ces langues. Un moment vient où les premiers textes sont écrits dans une langue désormais sentie comme vieillie. L’étude de la littérature médiévale permet de saisir le moment où une langue prend conscience de son propre vieillissement et d’étudier les réponses apportées par la littérature soit aux difficultés soit aux effets nouveaux nés de ce vieillissement.

6Plus tard, les littératures médiévales, les plus anciennes écrites dans les langues européennes modernes, ont offert à ces langues les cas les plus extrêmes de textes reflétant leur état ancien. Les attitudes diverses adoptées à leur égard, simultanément ou au fil des âges, sont pour cette raison révélatrices : rejet, modernisation, traduction, restitution, conservation, imitation.

7La distance créée par le vieillissement du texte est certes goûtée et entre dans le jeu de l’esthétique littéraire. Mais, s’il faut répéter cette évidence, elle est aussi et d’abord subie. Elle est source d’incompréhension. Les textes anciens s’éloignent, et de plus en plus vite. Nos contemporains ne peuvent les lire que si nous les équipons de tout un appareil – introductions, explications, notes et, dans les cas extrêmes, modernisation du texte ou traduction. Tout un appareil qui rapproche le texte du lecteur, mais qui en même temps élève entre eux un écran. C’est ainsi que les philologues, les éditeurs de textes, les historiens de la littérature sont placés devant des choix qui ne sont pas seulement pratiques, mais mettent en cause ce que nous attendons du passé. L’éditeur moderne peut choisir de rendre sensible la distance qui nous sépare d’un texte ancien en conservant la langue, les graphies, la ponctuation et jusqu’à la mise en page d’origine. Il privilégie alors la compréhension historique. Ou, cette distance, il peut choisir de la réduire en facilitant la lecture autant qu’il est possible de le faire. Il privilégie alors la relation entre le texte et le lecteur. La première attitude est une attitude d’historien : l’important est de comprendre une époque. Peu importe que l’effort exigé réduise le nombre des lecteurs, puisque de toute façon, sans cet effort, la lecture est sans valeur. La seconde attitude est une attitude de littéraire : l’important est que les textes vivent encore, qu’ils soient encore lus, goûtés, aimés, qu’ils contribuent à l’enrichissement et au plaisir des esprits de nos contemporains, qu’ils soient associés à leur conscience du monde. Peu importe que cette lecture entraîne des distorsions, voire des erreurs, puisque aussi bien l’éloignement dans le temps en crée fatalement jusque dans l’esprit de l’érudit le plus savant et le plus scrupuleux et qu’après tout l’art littéraire se nourrit de ces distorsions.

8La question se pose d’autant plus que les formes de la culture et que les langues elles-mêmes changent aujourd’hui à une telle vitesse que la fuite des textes vers le passé en est soudain accélérée. Le canon s’est effondré, les modes mêmes de la lecture et d’une façon générale de l’appréhension du réel et de l’imaginaire se modifient, dans des directions parfois inattendues, au rythme de la révolution numérique. Si bien que les questions posées par la lecture d’un texte vieilli tendent à devenir les questions mêmes de toute lecture.

9Ces réflexions, qui étaient à la source de ce colloque, Michel Zink les a exposées et développées en ouverture.

10Yves Bonnefoy, professeur honoraire au Collège de France, a soutenu une position plus optimiste, du moins en apparence (« Pourquoi certains livres ne vieillissent-ils pas ? »). Pour lui, on le sait, la poésie, qui va directement des mots à l’expérience, est un antidote à l’abstraction desséchante du concept. Sous les concepts, le son : la forme rend aux mots leur dignité. À la vérité, tous les livres vieillissent, mais la poésie peut y trouver son compte. Le vieillissement est en soi si lié à ce qu’on éprouve et à ce qu’on vit que son expérience est la meilleure défense contre le concept. L’archéologie du texte fait revivre l’atome de poésie qui y était enfoui. Fondée sur le Canzoniere de Pétrarque, sur les Chimères de Nerval, sur la forme particulière des sonnets de Shakespeare, une brillante et profonde analyse du sonnet, opposant la symétrie des quatrains à la temporalité des tercets a conclu cette communication.

11Jacqueline Cerquiglini-Toulet, professeur à l’université de Paris IV, traitant du « Syndrome d’Alceste : François Villon et le vieux style entre nostalgie et polémique », a subtilement opposé un texte vieilli à un vieux texte, comparant Pierre Sala récrivant les romans de chevalerie, Jean Molinet mettant en prose le Roman de la Rose, Clément Marot éditant Villon et désignant comme telle sa « ballade en vieux langage français », observant que dans l’Heptaméron, l’histoire de la châtelaine de Vergy est considérée comme neuve, car elle est vieille, donc oubliée, commentant la chanson d’Alceste et citant des remarques de Julien Green et d’Aragon sur le sens produit par la difficulté même et le « vacillement » de la langue.

12Karlheinz Stierle, professeur émérite à l’université de Constance, membre du COSS du Collège de France, a souligné au début de sa communication intitulée « Valse mélancolique : Charles d’Orléans qui revient » que savoir lire un texte vieilli est une invention du romantisme et que pour Baudelaire le vieilli est l’autre face du moderne, avant d’analyser la position de du Bellay face à Charles d’Orléans et ses contemporains, de montrer que Charles d’Orléans et Pétrarque ont tous deux pour architexte le premier Roman de la Rose, et surtout avant d’analyser la place de la mélancolie dans la poésie de Charles d’Orléans.

13Anna Maria Babbi, professeur à l’université de Vérone, a analysé et interprété la pièce de Carlo Goldoni inspirée en 1758 de la chanson de geste romanesque de Bueve de Hantone (« Le long chemin de Bueve de Hantone : le “dramma giocoso” de Carlo Goldoni »).

14Mario Mancini, professeur à l’université de Bologne, sous le titre « “Moëlleuses sentences” : lire le Roman de la Rose » a très brillamment montré comment Étienne Pasquier lisait et interprétait le Roman de la Rose sur l’horizon des auteurs plus proches de lui qu’il admirait, en particulier de Rabelais, découvrant la philosophie naturelle et morale de Jean de Meun, son jeu sur la folie et la sagesse, ses audaces théologiques et d’une façon générale la « moelle » cachée dans ses « sentences », selon le modèle rabelaisien.

15Claudio Galderisi, professeur à l’université de Poitiers, a finement analysé le remploi des textes anciens, le jeu entre le temps et l’élan du discours opposés à l’esthétique de la glose, dans les Chroniques italiennes de Stendhal (« Stendhal et les Chroniques italiennes : la réécriture entre marginalité esthétique et traduction »).

16Patricia Oster-Stierle, professeur à l’université de Sarrebruck, sous le titre « Les cinq réveils de la Belle au bois dormant », ne s’est pas contentée de comparer avec pénétration La Belle au bois dormant de Perrault à Dornröschen des frères Grimm, mais a étudié les versions anciennes du conte, depuis le roman de Perceforest jusqu’à Giambattista Basile.

17Patrick Labarthe, professeur à l’université de Zurich, a admirablement cerné la méthode critique de Sainte-Beuve, conversation avec les morts, sans esprit de système et sans emphase (sans la dérision non plus du Dialogue des morts de Lucien), animée de la conviction, partagée avec Baudelaire, que la modernité est marquée du sceau de la vieillesse (« Les “Lundis” de Sainte-Beuve : une poétique vieillie ? »).

18Harald Weinrich, professeur honoraire au Collège de France, empruntant à Kurt Lewin le terme hodologie, repris plus tard par Sartre, a confronté la rétrochronologie et la rectochronologie en une mise au point à la fois théorique et concrète qui a fortement marqué les conclusions du colloque, la lecture et la prise de connaissance du passé étant nécessairement rétrochronologique, alors que la pensée historique ne peut échapper qu’artificiellement à la rectochronologie (« Lire un texte vieilli de nos jours jusqu’au Moyen Âge. Esquisse d’une hodologie à rebours »).

19Jean-Charles Vegliante, professeur à l’université de Paris III, a tiré parti de son expérience de traducteur de Dante pour mettre en lumière les choix qu’exigent l’édition et la traduction de la Vita nova, enracinée elle-même dans le passé littéraire (la forme même du prosimètre renvoyant à Boèce) comme dans le parcours de son auteur dont elle retrace l’itinéraire personnel et conserve les premières pièces poétiques (« Traduire, restituer : l’édition du prosimètre Vita nova »).

20Hélène Tétrel, maître de conférences à l’université de Brest, (« Parler, conserver et transmettre les vieux textes : les Islandais et leur Moyen Âge ») a éclairé les enjeux de la conservation d’un état ancien de la langue dans la revendication de l’identité nationale islandaise autour du débat scientifique et politique sur les règles éditoriales pour la publication des sagas. Elle a montré que c’est précisément parce que l’écart entre la langue des sagas et la langue moderne est minime qu’il est important.

21Elena Mochonkina, maître de conférences à l’université d’Astrakhan, se penchant sur les traductions russes de la Divine Comédie au xixe siècle et les comparant aux traductions françaises par lesquelles elles passent parfois, a fait apparaître le poids considérable des possibilités et des restrictions propres à chaque langue dans le domaine du rythme, de la rime, de la versification (« ’Onorate l’altissimo poeta’ : lectures russes de La Divine Comédie »).

22Giovanna Angeli, professeur à l’université de Florence, ne s’est pas contentée de suivre la fortune littéraire de la châtelaine de Vergy, de la nouvelle française du xiiie siècle au cantare italien, à Boccace, à Marguerite de Navarre, à Bandello et au-delà, jusqu’au moment où son histoire se confond avec celle du châtelain de Coucy. Elle a montré tout le parti qu’on pouvait tirer des fresques magnifiques et énigmatiques qui retracent son histoire aux murs d’un palais de Florence (« Relectures italiennes et françaises de La Châtelaine de Vergy »).

23Daniel Heller-Roazen, professeur à l’université de Princeton, a montré que la métrique, qui relève de la musique et des rapports numériques, perdure quand les langues s’écroulent et survit à leur obsolescence et à leur oubli. Autrement dit, les arts du trivium sont menacés par l’oubli, mais, seul art du langage, celui des vers relève aussi du quadrivium et survit grâce à cela. Il a précisé et illustré cette idée en suivant le cours du Moyen Âge, de saint Augustin à Boèce, à Jean de Garlande, à Evrard de Conty, à Eustache Deschamps (« Le Gai savoir des vers vieillis »).

24Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, a analysé le sens que revêt, dans notre relation aux textes anciens, le choix fait par les éditeurs les plus récents de Montaigne de ne plus suivre l’édition de Bordeaux, mais de revenir, comme cela se faisait autrefois, à l’édition posthume de Marie de Gournay. Il a suggéré qu’il serait raisonnable, aujourd’hui, de faciliter la lecture de Montaigne en rajeunissant l’orthographe et en divisant le texte en paragraphes, tout en fournissant une annotation et un appareil critique abondants, alors que la tendance est de réserver cet appareil aux éditions savantes et de livrer nu le texte rajeuni.

Mme Patricia Oster-Stierle, vice-présidente de l’université de Sarrebruck

25À la fin de la table ronde qui a occupé l’après-midi du jeudi 2 avril, Ursula Bähler, Alain Corbellari, Lino Leonardi et Michel Zink ont présenté le volume Gaston Paris – Joseph Bédier. Correspondance, éditée par Ursula Bähler et Alain Corbellari, Florence, 2009 (Collège de France. Groupe de recherche sur l’histoire de la philologie romane « L’Europe des philologues. Correspondances », sous la direction de Michel Zink).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Mme Patricia Oster-Stierle, vice-présidente de l’université de Sarrebruck
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 26, Collège de France, Paris, juin 2009, p. 22-24. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Michel Zink, « Lire un texte vieilli, du Moyen Âge à nos jours », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/125

Haut de page

Auteur

Michel Zink

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page